Ouverture la 20e réunion du MCR-Afrique à Marrakech    Ali Bongo quitte le Maroc au terme d'un séjour médical    Le Maroc envoie une aide humanitaire d'urgence aux victimes du cyclone Idai    Tunis: 2è édition du Festival International d'Improvisation Théâtrale    Ingérence présumée de la Russie dans la présidentielle US de 2016 : Bientôt la fin du suspense    La région de Casablanca-Settat prend 20% du capital de CFC    C'est parti pour la 18e édition du FICAM    Maroc-Argentine. Messi finalement absent    Sahara marocain – Bourita : « Le Maroc ne veut pas un processus où les réunions deviennent une fin en soi »    Casablanca: Grand meeting des élus du Maroc et de France sur les bonnes pratiques territoriales    Le nouveau service de «Dotation touristique supplémentaire» en quelques clics    Mobile, ADSL, FTTH … Le parc Internet continue sa progression    700 millions de dollars de la Banque mondiale pour la transformation numérique au Maroc    Special Olympics 2019 : belle moisson pour le Maroc    500 Kg de chira saisis au large de Tanger    Inertie    Modèle de développement: L'université de Casablanca présente son mémorandum    Modèle de développement: L'université de Casablanca pointe du doigt le partage inégal des richesses    Un Monde Fou    Venezuela: L'ONU durcit le ton face aux sanctions américaines    Expo: L'Afrique entre mélancolie et espoir    Tourisme culturel: Dubaï veut confirmer sa nouvelle réputation    La gastronomie marocaine à l'honneur en Ukraine    Clap de fin pour la 2e table ronde sur la question du Sahara marocain    Mohamed Benabdelkader : La Charte de la déconcentration administrative, une étape décisive dans la consécration de la régionalisation avancée    Euro 2020: La Croatie s'en tire à bon compte    "Football Leaks": Le hacker Rui Pinto extradé au Portugal    En attendant le verdict de la CAF, les U23 jouent leur va-tout devant la RDC    Eliminatoires CAN-2019 : Déjà qualifiés, les Lions font match nul au Malawi    Driss Lachguar : Ce qui importe pour nous, c'est que le futur Premier secrétaire serve au mieux le projet sociétal moderniste du parti    Le président de la Chambre des représentants s'entretient avec l'ambassadeur du Liban à Rabat    Divers Economie    Beckham admet avoir utilisé son téléphone en conduisant    La césarienne cinquante fois plus mortelle pour les femmes africaines    Ces célébrités ont touché le fond : Britney Spears    Nota Bene    Aujjar : Le mariage des mineures demeure une réalité qui interpelle tout le monde    Michel Temer, le survivant rattrapé par le scandale Lavage Express    L'hommage de Céline Dion aux victimes de Christchurch    Winston Peters : Les musulmans de Nouvelle-Zélande seront en sécurité    Combien gagne Nagui    La ZLECA, une avancée en matière de commerce et d'investissement transfrontalier    Janet Jackson grillée par ses fans en pleine crise d'ego    La décision radicale des enfants de Michael Jackson    Björk réédite tous ses albums en cassettes colorées    Naufrage à Mossoul: Le bilan s'élève à 100 morts    Le WAC retrouve le Horoya Conakry en quarts    Sahara marocain-Genève II : Kohler garde espoir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Blocage à Paris-Nanterre contre la hausse des frais pour les non-Européens
Publié dans Les ECO le 10 - 12 - 2018

Pour protester contre la hausse des frais d'inscription pour les non-Européens, des étudiants de Paris-Nanterre ont voté ce lundi en assemblée générale le blocage de leur université jusqu'à jeudi prochain. Les étudiants ont aussi demandé le report des partiels du premier semestre.
Une centaine d'étudiants avaient bloqué la plupart des bâtiments du campus à l'aide de barrières, de chaises et de tables mais aussi de cadenas pour verrouiller les portes dès 6h00 du matin. De nombreux gardiens d'une société privée étaient également présents sur le campus, notamment pour surveiller le bâtiment administratif de la présidence, seul encore ouvert avec la bibliothèque universitaire.
Les étudiants ont organisé l'assemblée générale organisée à 10h00, et elle a réuni entre 1.500 et 2.000 personnes dans un amphithéâtre entièrement plein. L'assemblée a donné la parole à plusieurs étudiants étrangers non communautaires, qui se sont indignés de cette réforme qui va les contraindre à payer 2.770 euros en licence et 3.770 euros en master et doctorat, à partir de la rentrée 2019. Jusqu'à cette année, ils devaient s'acquitter de 170 euros pour une année de formation en licence, 243 euros en master et 380 euros en doctorat, comme les étudiants issus de l'Union européenne. "Je ne perçois aucune bourse, je n'ai pas de logement étudiant, (...) on ne peut pas travailler parce qu'on n'a pas de permis de travail et je viens d'apprendre que l'année prochaine je vais payer 3.770 euros", s'est indignée Sarah, étudiante algérienne.
Selon le gouvernement français, cette hausse des frais d'inscription pour les étudiants non communautaires permettra en particulier d'augmenter le nombre des bourses et des exonérations des droits d'inscription. "L'idée que j'ai de la France c'est pas ça", a dit Ahmed, étudiant marocain, à la tribune de l'assemblée générale. "Il y a quelques semaines, ma famille au Maroc m'a appelé pour me demander si mes nièces pouvaient venir étudier, je leur dis quoi?", a-t-il interpelé, appelant à la nomination de porte-parole pour négocier avec le gouvernement.
Selon Barthélémy Piron, étudiant en histoire et syndiqué à l'Unef cette mesure est "non seulement anti étrangers mais aussi anti pauvres", craignant à terme "la hausse des frais d'inscription pour tous". Beaucoup d'étudiants favorables au mouvement ont également fait référence aux lycéens et aux "gilets jaunes" et appelé à rejoindre leur lutte.
L'assemblée a aussi donné la parole à quelques étudiants opposés au blocage ont pris la parole comme Sacha, pour qui "si on prend l'exemple de l'Ecosse, on est à 18.500 euros" de frais d'inscription à l'université, "on en est loin", a-t-il insisté. La plupart des antiblocage ont appelé à l'organisation d'un scrutin électronique, dénonçant un mode d'action nuisible aux étudiants en pleine période de partiels, ce qui a été rejeté par un vote de l'assemblée générale. Cette dernière a ensuite voté à une immense majorité le blocage de la faculté alors que les anti-blocage avaient pour la plupart quitté la salle après le refus du scrutin électronique. Une série d'autres actions ont été votées comme l'organisation d'un sit-in devant le ministère de l'Education nationale dans la position des lycéens de Mantes-la-Jolie ou encore le blocage de l'autoroute A86 qui passe non loin du campus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.