Un Monde Fou    Développement durable: «L'Etat doit donner l'exemple»    Marrakech: Les bénévoles Jood dans la rue avec les sans-abri    Théâtre: Quand le couple se remet en question    Migration : L'Espagne demande à l'UE de débloquer les 140 millions d'euros promis au Maroc    Terminal 1 : 7 millions de passagers de plus pour l'aéroport Mohammed V    Le Roi félicite Nordine Oubaali pour avoir remporter le championnat du monde WBC    La Chambre des représentants annule les dettes des collectivités locales contractées avant 2000    Insolite : Pires que des cochons    Le Forum de Davos s'ouvre sous le signe du risque politique et économique    Theresa May compte retourner discuter du Brexit à Bruxelles    Le Royaume met en avant ses nombreux atouts touristiques à Madrid    Kalou : La réattribution de la CAN 2023 à la Côte d'Ivoire n'est pas une si mauvaise nouvelle    Liverpool : Klopp cherche des solutions en défense    Raja-ASFAR, un classique sous le signe de l'équilibre    Benslimane enregistre un total de 93 mille ha emblavés en céréales d'automne    L'ONMT présente son plan d'action digital pour 2019    Facebook annonce investir 300 millions de dollars dans le journalisme    Divers    WhatsApp limite le partage de messages pour lutter contre « l'infox »    Le dirham se déprécie par rapport à l'euro et vis-à-vis du dollar    Les péripéties d'une histoire sans issue    A Cuba, les tubes de Michael Jackson version salsa    "L'Afrique du rire" fait escale à Rabat et Casablanca    Oscars 2019 : les nominations dévoilées    L'International Crisis Group s'intéresse à l'Afrique    RC Lens : Achraf Bencharki, l'homme du match face à Nancy (sondage)    Times Higher Education 2019 : 3 universités marocaines dans le TOP 1000    C.Ronaldo condamné à une peine de prison ferme    Art et musique inaugurent 2019 à l'Institut Cervantès de Casablanca    Le 2ème Festival «Afrique du Rire» fait escale à Rabat et Casablanca    «Le stade de football, nouvelle arène politique…»    Nespresso inaugure son premier concept de boutique en Afrique    L'accord avec le fisc divise les commerçants    Peine de mort : La mobilisation continue    L'Europe ambitionne une mission lunaire avant 2025    Le Conseil de gouvernement discutera de la modalité d'application du service militaire    Le chaud et le froid pour le foot national    Le «Mono-dame» théâtral sur les planches de la ville ocre    Oxfam: Entre riches et pauvres, les inégalités s'emballent    Décès du prétendant au trône de France Henri d'Orléans    Macron et Merkel tentent de braver l'euroscepticisme ambiant    ONU: De nombreux risques pèsent sur l'économie mondiale    El Khalfi: 1.20 MMDH pour lutter contre les disparités territoriales    Rencontres africaines d'intelligence économique à Dakhla en juin prochain    Les dirigeants historiques de l'USFP et les causes nationales    Les défis du féminisme africain    L'ouverture de l'école sur son environnement en débat à Khouribga    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Blocage à Paris-Nanterre contre la hausse des frais pour les non-Européens
Publié dans Les ECO le 10 - 12 - 2018

Pour protester contre la hausse des frais d'inscription pour les non-Européens, des étudiants de Paris-Nanterre ont voté ce lundi en assemblée générale le blocage de leur université jusqu'à jeudi prochain. Les étudiants ont aussi demandé le report des partiels du premier semestre.
Une centaine d'étudiants avaient bloqué la plupart des bâtiments du campus à l'aide de barrières, de chaises et de tables mais aussi de cadenas pour verrouiller les portes dès 6h00 du matin. De nombreux gardiens d'une société privée étaient également présents sur le campus, notamment pour surveiller le bâtiment administratif de la présidence, seul encore ouvert avec la bibliothèque universitaire.
Les étudiants ont organisé l'assemblée générale organisée à 10h00, et elle a réuni entre 1.500 et 2.000 personnes dans un amphithéâtre entièrement plein. L'assemblée a donné la parole à plusieurs étudiants étrangers non communautaires, qui se sont indignés de cette réforme qui va les contraindre à payer 2.770 euros en licence et 3.770 euros en master et doctorat, à partir de la rentrée 2019. Jusqu'à cette année, ils devaient s'acquitter de 170 euros pour une année de formation en licence, 243 euros en master et 380 euros en doctorat, comme les étudiants issus de l'Union européenne. "Je ne perçois aucune bourse, je n'ai pas de logement étudiant, (...) on ne peut pas travailler parce qu'on n'a pas de permis de travail et je viens d'apprendre que l'année prochaine je vais payer 3.770 euros", s'est indignée Sarah, étudiante algérienne.
Selon le gouvernement français, cette hausse des frais d'inscription pour les étudiants non communautaires permettra en particulier d'augmenter le nombre des bourses et des exonérations des droits d'inscription. "L'idée que j'ai de la France c'est pas ça", a dit Ahmed, étudiant marocain, à la tribune de l'assemblée générale. "Il y a quelques semaines, ma famille au Maroc m'a appelé pour me demander si mes nièces pouvaient venir étudier, je leur dis quoi?", a-t-il interpelé, appelant à la nomination de porte-parole pour négocier avec le gouvernement.
Selon Barthélémy Piron, étudiant en histoire et syndiqué à l'Unef cette mesure est "non seulement anti étrangers mais aussi anti pauvres", craignant à terme "la hausse des frais d'inscription pour tous". Beaucoup d'étudiants favorables au mouvement ont également fait référence aux lycéens et aux "gilets jaunes" et appelé à rejoindre leur lutte.
L'assemblée a aussi donné la parole à quelques étudiants opposés au blocage ont pris la parole comme Sacha, pour qui "si on prend l'exemple de l'Ecosse, on est à 18.500 euros" de frais d'inscription à l'université, "on en est loin", a-t-il insisté. La plupart des antiblocage ont appelé à l'organisation d'un scrutin électronique, dénonçant un mode d'action nuisible aux étudiants en pleine période de partiels, ce qui a été rejeté par un vote de l'assemblée générale. Cette dernière a ensuite voté à une immense majorité le blocage de la faculté alors que les anti-blocage avaient pour la plupart quitté la salle après le refus du scrutin électronique. Une série d'autres actions ont été votées comme l'organisation d'un sit-in devant le ministère de l'Education nationale dans la position des lycéens de Mantes-la-Jolie ou encore le blocage de l'autoroute A86 qui passe non loin du campus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.