ODD : La Cour des comptes recommande d'ajuster la stratégie de sensibilisation et de communication    Hydrocarbures : Le torchon brûle entre Lahcen Daoudi et Driss Guerraoui    Voitures d'époque : La fédération dévoile son programme sportif de 2019    Délais de paiement: Derrière les chiffres, la réalité    Secteur pharmaceutique. Doukkali et les industriels tracent un plan d'action    Affaire Benalla : Les conclusions du Sénat    Sahara marocain: Pretoria revient à la charge    Crédit du Maroc. A quoi ressemblera le projet "Les Arènes"?        Tanger : Deux faussaires de billets de banque condamnés à 10 ans de prison chacun    Laâyoune : En 24 h, 7 suspects recherchés tombent dans les filets de la police    Oulad Mogador Music Action : Trois jeunes groupes sélectionnés    «Le groupement artistique» honore Mohamed Belmou    «Ana nabghiha», nouveau single de Cheb Kadil    SM le Roi reçoit les nouveaux walis et gouverneurs    Sécurité routière: El Otmani appelle à accélérer la mise en œuvre de la stratégie nationale    Derby de l'Oriental : Une affaire entre voisins    MIFA Group: 70 ans d'expertise    Les profondes divergences entre Washington et les pays européens    Top 5 des meilleurs buteurs actuels d'Europa League    Commerce en Afrique. Le Maroc approuve l'accord sur la zone de libre-échange    Semences. La SONACOS poursuit la diversification de ses marchés    Venezuela : L'armée déterminée à empêcher l'entrée de l'aide    Bernie Sanders, candidat à la présidentielle 2020, veut croire à la victoire    Une justice propre aux mineurs au Maroc ?    Exploitation et abus sexuels : Une Marocaine dans le Comité consultatif de l'ONU    Brexit : May de retour à Bruxelles, face une UE inflexible    Le GBM approuve le cadre de partenariat 2019-2024 avec le Maroc    Said Ahmiddouch installé nouveau Wali de Casablanca-Settat    Première enquête sur les hépatites virales au Maroc    Edito : Du sang neuf    Institut français du Maroc, de la culture pour tous    Aziz Idamin : Le mouvement marocain des droits de l'Homme n'a pas été en mesure de suivre les mutations internationales    Habib El Malki s'entretient avec la ministre indienne des A.E    Wenger : Vieira et Henry ont tout pour devenir des entraîneurs remarquables    Disparition de Sala: Cardiff envisage un recours pour négligence contre Nantes    Divers    Au Cap, des blessés de la vie apprennent à "voler" sur les vagues    Les militants "5 Etoiles" évitent un procès à Matteo Salvini    Insolite : Député chômeur    Administration, établissements publics, collectivités territoriales et enseignement en grève    Les infos insolites des stars : Michael Jackson    Jean- François Girault : La France et le Maroc partagent beaucoup d'affinités dans le domaine de la culture et de l'art    Droits de l'Homme au Maroc : Des avancées indéniables sauf qu'il y a un "mais" tenace    Espagne. Un nouveau format pour la Supercoupe    Décès du célèbre couturier Karl Lagerfeld    Le régime algérien à bout de souffle: Le muthos… ne tue pas    Saddiki gène le Raja et Carteron    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Afrique du Rire" : Deuxième édition ouverte ce vendredi à Abidjan
Publié dans Les ECO le 19 - 01 - 2019

Le 2ème Festival "Afrique du Rire" s'est ouvert, vendredi soir à Abidjan, avec un spectacle désopilant qui a franchement annoncé la couleur de cette édition qui se veut "une passerelle entre les Nations via le rire, composante fondamentale de la culture africaine".
Placé sous le patronage du roi Mohammed VI, ce premier festival d'humour itinérant d'Afrique qui se tient cette année sous le thème ''Unis par le rire" , prévoit 6 spectacles du 18 au 31 janvier dans quatre pays : Côte d'Ivoire, Maroc, Mali et Sénégal, dans l'ordre.
Pour l'étape d'Abidjan, une brochette d'artistes locaux ont gratifié un public hétéroclite d'un défilé de sketchs époustouflants, dignes de l'écho de ce projet artistique porté par des humoristes invétérés, à leur tête le Maroco-Ivoirien Tahar Lazrak, alias Oualas, organisateur et homme à tout faire de l'événement.
C'est ainsi que durant environ 3 heures d'hilarité dans une salle archi-comble au Palais de la culture d'Abidjan, haut-lieu des arts en Côte d'Ivoire, Adama Dahico, Digbeu Cravate, Sako Camara, Patson, En K2K, Yass, Saïdou Abatcha et Oualas lui même ont distillé un humour mordant, imbibé du quotidien de l'Homme africain, ses engouements, sa joie de vivre, sa spontanéité, voire ses petites naïvetés.
La plupart du temps attablés dans un maquis, ces artistes satiriques et très inspirés ont traité de leur quotidien avec panache, tentant d'oblitérer leurs dissemblances culturelles le temps d'un spectacle qui a pour devise : Divertir tout en promouvant la culture africaine.
Ce métissage culturel a fait le bonheur de l'assistance, majoritairement composée d'Ivoiriens et de membres des communautés marocaines et libanaises installées à Abidjan.
Après Abidjan, tête de pont de cette 2ème édition, "Afrique du Rire" mettra le cap sur le Maroc pour trois spectacles à Marrakech (20 janvier), Rabat (21 janvier), Casablanca (22 janvier). Le Festival se rendra par la suite à Bamako (29 janvier) avant de jeter l'ancre à Dakar, le 31 janvier.
Pour cette 2è édition, le comité d'organisation a prévu une programmation "exceptionnelle" où chaque spectacle aura ses propres péripéties et mettra à chaque fois des humoristes locaux à l'honneur.
D'après Oualas, organisateur du Festival, la première édition d'Afrique du Rire a suscité un engouement très particulier lors des différentes escales, "ce qui nous a motivés à consentir davantage d'efforts et à innover davantage pour honorer l'image de ce festival".
La première édition, a-t-il rappelé, a parcouru plus de 3.000 kilomètres, attiré 20.000 spectateurs et totalisé plus de 8 millions de vues sur les réseaux sociaux et les différentes plateformes digitales.
Oualas de son nom de scène, est né au Maroc et grandi en Côte d'Ivoire où il a forgé une brillante notoriété. En 2017, il décide de fonder Afrique Du Rire, un festival ambulant qui a pour but d'établir "un trait d'union entre les peuples" du continent.
A 32 ans, Oualas est désormais l'un des humoristes francophones les plus appréciés du continent, puisant son inspiration dans sa double culture maroco-ivoirienne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.