Bras de fer autour de Mellilia    La HACA sévit contre les dérapages : Carton rouge pour Radio Mars    Projet de loi organique sur la grève. L'impasse !    Procédure pénale. Aujjar livre sa copie    Sacré Maroc (12)    Habib El Malki invité à participer à la réunion de l'Assemblée parlementaire du Commonwealth    Le premier vice-président de la Chambre des conseillers décoré    Le Maroc primé à Libreville pour ses efforts en faveur de l'autonomisation de la femme    Maroc : 74% des ménages équipés en accès internet    Compact II : La CGEM et le MCA-Morocco main dans la main    Enquête L'Economiste-Sunergia/Petits équipements collectifs: Les chiffres montrent une nouvelle piste pour l'inclusion    Trésor: 4,6 milliards de DH de dividendes à fin juin    Al Omrane et le CNRST s'allient pour promouvoir la recherche en matière d'habitat    Commission des investissements : 9 projets à l'étude pour 5 MMDH    Hausse historique de 26,54% :Transport aérien : Plus de deux millions de passagers en juin    Les aviculteurs font leur bilan dans le cadre du Plan Maroc Vert    Trump se défend de tout racisme, silence des leaders républicains    Ursula von der Leyen verdit son discours pour convaincre le Parlement européen    La géopolitique du Maroc dans un nouvel ordre mondial en crise    L'Egypte expulse des supporters algériens après la demi-finale de la CAN    Au moins 180 morts de la mousson en Asie du Sud    Une délégation d'éminents hommes d'affaires africains en visite au Maroc    PSA augmente de 4,7% sa part de marché au Maroc    France. 282 personnes interpellées après la victoire de l'Algérie    L'organisation des Jeux Africains est un défi pour le Maroc, dixit Talbi Alami    Achraf Bencherki rejoint le Zamalek    La décision du TAS avant la fin du mois en cours    La FRMF dément la démission de Hervé Renard    Karaté. Le Maroc champion d'Afrique    L'Algérie mobilise 28 avions pour la finale    Un ancien footballeur sud-africain tué par balles    Football marocain : Les vraies questions à poser sur ce sport-passion    La loi-cadre de l'enseignement adoptée en commission parlementaire    Des braqueurs de camions sous les verrous    La plage Ba Kassem à Tanger hisse le Pavillon bleu pour la septième année consécutive    Lutte contre le sida en 2018: Ombres et lumière    Enquête L'Economiste-Sunergia/Petits équipements collectifs: A 33 contre 28, les jeux arrivent devant les espaces verts    Résultats du Bac: Nouveau record!    Le Groupe scolaire Jacques Chirac homologué    Rendez-vous, ce soir, avec l'éclipse lunaire    Fès : Plaidoyer pour la promotion de la diversité culturelle    Il était une fois Hassan Megri    L'actrice Lashana Lynch va devenir l'agent 007 mais James Bond reste un homme    De l'urgence d'un plan «Maroc Culture»    The «Morocco Corner» s'invite chez les Vikings    Vers la création d'une Caisse sociale pour les auteurs    Farid Chamekh : "Il faut s'inspirer de tout, sans plagier bien sûr"    Le Maroc, invité d'honneur de la Foire internationale du livre de Bruxelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Première journée des assises de la fiscalité, sous le signe de l'équité fiscale
Publié dans Les ECO le 03 - 05 - 2019

Les troisièmes assises de la fiscalité ont ouvert leurs travaux vendredi au palais des congrès de Skhirat de sous le thème "l'équité fiscale". La cérémonie d'ouverture des assises a été présidée par le Chef du gouvernement, Saâd Dine El Otmani, e ministre de l'Economie et des finances, Mohamed Benchaâboun, le ministre délégué auprès du ministre de l'Intérieur, Noureddine Boutayeb, le président de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), Salaheddine Mezouar, et le président du Conseil économique, social et environnemental (CESE), Ahmed Reda Chami.
Lors de son discours d'ouverture le Chef du gouvernement Saâd Dine El Othmani a souligné, vendredi à Skhirat, la nécessité d'une révision "globale" et "profonde" du système fiscal marocain en vue de le rendre plus équitable. El Othmani a estimé que le système fiscal marocain devrait être plus équitable et juste, faisant remarquer que le thème de ces assises est en ligne avec l'ambition d'adopter une approche sociale et économique inclusive et une stratégie visant l'adaptation avec le dynamisme que connaît le Royaume en vue de réaliser l'équité fiscale souhaitée.
"Nous souhaitons que ces assises donnent lieu à des recommandations, orientations et propositions des différentes opinions de la société marocaine", a-t-il ajouté, mettant l'accent sur l'importance d'un tel événement compte tenu du rôle que jouent les impôts comme levier de l'économie nationale, moteur de l'investissement et de la croissance et mécanisme de l'équité sociale. A-t-il déclaré.
De son côté, le ministre de l'Economie et des finances Mohamed Benchaâboun a appelé à une contribution "juste" et "équitable" des professions libérales et du grand commerce et ce, à travers un élargissement de l'assiette fiscale. Cet élargissement permettra le réaménagement de l'IR (impôt sur le revenu) et une meilleure prise en charge des dépenses sociales dans l'objectif de soutenir significativement la classe moyenne tout en préservent les grands équilibres macro-économiques, a expliqué le ministre.
"Grâce à l'effort remarquable de transformation numérique mené ces dernières années, nous pouvons désormais débattre sur la base de données objectives", a-t-il déclaré lors de son discours d'ouverture.
A ce titre, le ministre a précisé que 50% des recettes des 3 impôts réunis (IR, IS & TVA) proviennent uniquement de 140 entreprises et que 73% des recettes proviennent de l'IR sur salaires contre 5% seulement de l'IR professionnel. Il a, en outre, fait observer que la contribution moyenne d'un salarié est 5 fois plus importante que celle d'un professionnel et que 3% des professionnels seulement paient 50% de l'IR professionnel. "A l'évidence, cette situation est en contradiction avec le principe d'équité fiscale et devrait être changée en mettant en œuvre, dans les faits, la règle qui stipule qu'à revenus égaux, impositions égales", a estimé Benchaâboun.
Le président du Conseil économique et social et environnemental (CESE), Ahmed Reda Chami a souligné de son côté L'élargissement de l'assiette fiscale devrait être considéré comme une des solutions pour un système fiscal réformé en profondeur et moteur du nouveau modèle de développement. Il a également recommandé d'introduire une fiscalité spécifique aux ménages, avec l'élargissement de la déductibilité aux personnes à charge, dans l'objectif de soutenir le pouvoir d'achat de la classe moyenne.
Le directeur général des impôts, Omar Faraj a quant à lui déclaré que La modernisation de l'Administration fiscale constitue une exigence et une condition majeures de la réforme du système fiscal national.
"L'une des conclusions phares des travaux préparatoires des Assises, qui ont connu une contribution très large provenant de sources très variées, est que la modernisation de l'Administration fiscale constitue une exigence et une condition majeures de la réforme du système fiscal", a dit.
Lors des différents panels de cette première journée, les thèmes qui ont été abordés sont : fiscalité et compétitivité ; La fiscalité en tant que pilier du modèle de développement ainsi que les incitations fiscales.
Parmi les intervenants, Driss Berrada, de la Direction générale des impôts a appelé à inscrire la réforme du système fiscal dans l'optique de la régionalisation avancée, en mettant les jalons d'une fiscalité ajustée aux besoins de développement des territoires, mettant l'accent sur la nécessité de renforcer la convergence du système fiscal par rapport aux normes et standards internationaux.
Et d'ajouter qu'il s'avère nécessaire de rendre le système fiscal davantage en phase avec les exigences de la compétitivité du système productif pour relever les défis d'ordre concurrentiel et favoriser plus de création de valeurs ajoutées et d'emplois. Il a également souligné que La fiscalité doit être propice à l'émergence de la classe moyenne et au redémarrage de l'ascenseur social.
Les intervenants ont appelé notamment relevé l'absence de cadre de référence de ces incitations fixant leur objectif et leur processus de révision ainsi que les distorsions générées tels que l'altération du jeu de la libre concurrence, le risque de situations de rente et de comportements d'évitement fiscal et la perception négative par rapport à la neutralité de l'impôt.
Les travaux de la deuxième journée des assises de la fiscalité se poursuivront samedi avec comme panels : Convergence des fiscalités d'Etat et locales et les contours d'une nouveau modèle de gouvernance fiscale.
À l'issue de cet événement, un projet de loi-cadre portant programmation des différentes étapes de la réforme du système fiscal national sera élaboré.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.