Abdessamad Kayouh s'entretient à Paris avec le président du Sénat    New-York. Un ancien ambassadeur marocain poursuivi pour "fraude sur les visas"    Meknès. Arrestation d'un partisan de Daesh qui planifiait un attentat-suicide    Le roi Mohamed VI félicite Abdelmadjid Tebboune    Découvrez les vainqueurs de la 8ème Course de Tafilalet    Plus de 25 entreprises portugaises en mission d' affaires multisectorielle au Maroc    La torture est-elle toujours de rigueur ?    Volonté du Maroc de renforcer sa coopération avec les Parlements d'Amérique latine et des Caraïbes    L'ONU réaffirme son soutien au processus politique en cours au Sahara    Omar El-Béchir, l'autocrate déchu aux multiples visages    Pompeo promet une réponse ferme si l'Iran nuit aux intérêts américains en Irak    Les mesures restrictives prennent de l' ampleur au niveau du commerce mondial    Signature à Montréal d' un accord de partenariat entre Attijariwafa Bank et la Banque nationale du Canada    Klopp : Le projet d'expansion de la Ligue des champions à 32 clubs est du grand n 'importe quoi    Tokyo dévoile son stade olympique conçu pour affronter la chaleur    Un camion douche pour voir la vie sous un nouveau jour    Oujda aura son Centre d' accueil des enfants et adolescents autistes    Divers    L'USFP démarre les "Forums Socialistes " par la question économique sous le thème    "Un autre ciel" de Mohammed Al Horr présentée Journées Théâtrales de Carthage    Le public rbati découvre l'Amazonie brésilienne à travers la musique et le cinéma    Mordu par un chat au Maroc, il succombe quelques jours après en Espagne    L'Assemblée générale du Royal Golf Anfa Mohammedia est reportée    Casablanca. Rencontre-débat sur la promotion du don d'organes    Communiqué du Cabinet Royal    Agadir, un paradis de retraite où il fait bon vivre    Enseigner autrement!    Entretien avec le cinéaste et romancier Atiq Rahimi    Botola Pro D1: Les mises à jour se poursuivent    Un site structurant à dimension internationale    Météo : Fortes vagues attendues sur l'Atlantique    Skhirat: Deux médecins chercheuses marocaines en diabète primées par SANOFI    Oujda. Formation sur la gouvernance au profit des conseillères communales    Abdennabaoui insiste sur le rôle « central » du corps du Secrétariat-greffe    HCP : Les solutions à la réduction des inégalités, selon les Marocains    Inde: 200 millions de musulmans, une minorité indésirable?    L'APSB s'associe à la naissance de l'Association des sociétés de bourse africaines    L'olive tient salon à Taourirt    Les Gnaoua au patrimoine de l'Unesco salués par André Azoulay    Cinéma et migration : « Rafaël » remporte le grand prix du Festival d'Agadir    Casablanca: Annonce des projets primés au Festival international du film de l'étudiant    Attijariwafa bank renforce son engagement en faveur des MRE du Canada    Forum parlementaire: Le Maroc et la France, partenaires pour la sécurité et le développement en Afrique    L'Organisation de Coopération Islamique fait le bilan de 20 ans d'activités    Botola Pro D1 : Le classico Wydad-AS FAR vole la vedette    Complexe Mohammed VI: Le modus operandi    Des entreprises portugaises en mission d'affaires multisectorielle au Maroc    L'art Gnaoua inscrit au patrimoine immatériel universel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Propositions de loi. Les dispositions législatives vont enfin être activées
Publié dans Les ECO le 17 - 05 - 2019

La Chambre des représentants entend activer à partir de juin les dispositions constitutionnelles en matière de promotion des propositions de loi qui demeurent toujours le maillon faible de la production législative. La tenue d'une séance mensuelle va-t-elle permettre d'atteindre les objectifs escomptés ?
Cette session printanière va-telle être marquée par la promotion tant attendue des propositions de lois ? Rien n'est moins sûr même si la volonté est affichée par la chambre basse de donner un coup de fouet aux initiatives législatives parlementaires. Depuis le démarrage de cette session, le bureau de la Chambre des représentants exprime sa préoccupation quant à la lenteur observée en matière d'examen des initiatives législatives parlementaires. Il a été décidé qu'à partir de juin, il sera procédé à l'activation de l'article 82 de la Constitution qui stipule la tenue d'une journée au moins par mois consacrée à l'examen des propositions de lois dont celles émanant de l'opposition. Cette disposition a été pendant longtemps gelée malgré son importance pour la promotion de la production législative parlementaire. La première Chambre est très attendue sur ce dossier. Le rendez-vous mensuel de l'examen des textes émanant des groupes parlementaires devra être permanent pour pouvoir dynamiser le processus d'adoption des propositions de loi. Le gouvernement et les présidents des commissions permanentes sont appelés à prendre les mesures nécessaires pour assurer une meilleure application de la loi fondamentale. Les efforts déployés, jusque-là, pour promouvoir les initiatives législatives des parlementaires s'avèrent insuffisantes. L'interactivité positive du gouvernement s'impose au sein des commissions parlementaires permanentes pour que les efforts entrepris tant par les parlementaires que la commission interministérielle technique ne soient pas vains. La présence des ministres lors de l'examen des textes est en effet nécessaire pour que les propositions de loi franchissent le cap du Parlement. Les initiatives législatives parlementaires demeurent toujours le maillon faible de la production législative en dépit des engagements gouvernementaux.
En effet, les législatures se suivent et se ressemblent. La précédente législature n'a connu l'adoption que d'une vingtaine de propositions de lois sur un total de 185 textes, soit à peine un taux de 14% alors que 92% des projets de lois provenant du gouvernement ont franchi le cap de l'institution législative. S'agissant de l'actuelle législature, moins de 10 textes émanant des groupes parlementaires ont franchi le cap du Parlement à mi-mandat. Pourtant, sur le plan quantitatif, les parlementaires des deux Chambres ont présenté plus de 163 propositions de lois. Le gouvernement a tranché sur plus de 123 propositions après un avis de la commission technique. Les textes des parlementaires sont rejetés pour plusieurs raisons.
Le verdict de la commission interministérielle chargée de l'examen des propositions de lois est, rappelons-le, basé sur nombre de critères dont la nécessité que le texte soit en conformité avec la Constitution et que ses dispositions n'empiètent pas sur les prérogatives du gouvernement. Les parlementaires doivent en effet éviter le volet organisationnel qui est une attribution propre à l'Exécutif. Cette carte a été brandie moult fois par les différents gouvernements pour rejeter des propositions de lois dans les deux Chambres du Parlement. Le coût financier des propositions de lois est également un motif de rejet des initiatives législatives parlementaires. Certains textes nécessitent un montage financier clair définissant les sources budgétaires ; ce qui fait défaut à quelques propositions de lois. Les parlementaires doivent également prendre en considération l'impératif du respect de l'harmonie des lois pour éviter qu'une proposition de loi soit en contradiction avec les dispositions d'autres textes juridiques en vigueur. Une mission très compliquée pour les élus de la nation car ils ne disposent pas d'assez de moyens humains qui leur permettraient de cerner toutes les questions juridiques contrairement au gouvernement qui dispose d'une armada d'experts chevronnés dans plusieurs domaines.
Cette problématique impacte parfois la qualité des textes proposés au niveau tant du contenu que de la forme. La plupart des propositions de lois portent sur l'amendement de lois déjà en vigueur et ne se composent que de quelques articles. Malgré tous les efforts déployés, le travail législatif des parlementaires a été souvent considéré comme lacunaire. Par ailleurs, certaines propositions de lois sont gelées car le gouvernement considère qu'elles doivent être discutées dans le cadre du dialogue social comme la proposition de loi abrogeant l'article 288 du Code pénal ou celle ayant trait à l'exercice du droit de grève. Députés et conseillers de l'opposition pointent du doigt cette approche gouvernementale qui bloque leurs textes législatifs. Le gouvernement a été à plusieurs reprises interpellé sur cette question dans les deux Chambres du Parlement. On reproche à l'Exécutif d'accepter généralement des propositions de loi traitant de questions législatives simples ou formelles.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.