Libertés individuelles: Le CNDH défend l'expérience marocaine    Opacité financière: Le Maroc dans le rouge    Un dialogue politique inter-libyen à Genève    Pourquoi Oujda néglige le sport    Météo: le temps qu'il fera ce vendredi au Maroc    Fès: L'Université Euromed entre de plain-pied dans le numérique    Préscolaire: Fahs Anjra vise l'excellence    Pourquoi Marrakech perd ses événements    Contemporary African Art Fair: à Marrakech, la culture reste «Capitale»    Rabat: le général Louarak reçoit un haut gradé pakistanais    Le Conseil de gouvernement approuve un projet de décret relatif au régime de sécurité sociale    Inwi fait la paix avec Maroc Telecom    La Commission européenne salue les efforts du Royaume en matière de réformes fiscales    Appel à la consécration d'une justice citoyenne    La Commission de la programmation n'en fait qu'à sa tête    Divers sportifs    Achraf Hakimi et son retour au Real Madrid    Le volume des transactions immobilières s'inscrit en baisse en 2019    Lancement de la deuxième édition du programme "Spin-off by PIS" dédié à l'entrepreneuriat des jeunes    Le Maroc constitue la première destination des exportations valenciennes en Afrique    Le cancer n'est pas une fatalité    Divers    L'OMDH-Casablanca sensibilise des élèves contre les dangers d'Internet    L'ambassadeur de Cuba exprime la volonté de son pays de renforcer ses relations avec le Maroc    L'ambassadrice des Pays-Bas se félicite de l'intégration des MRE dans la société néérlandaise    L'industrie du cinéma a été plus inclusive en 2019 que lors de la décennie précédente    Le CCM dévoile les jurys du 21ème Festival national du film de Tanger    L'espoir du rap Pop Smoke abattu chez lui    La DG du FMI salue le partenariat avec le Maroc    Le BTP poursuit ses bonnes performances    Classement FIFA: Le Maroc se maintient à la 43ème position    CSMD : Chakib Benmoussa initie à Paris une série de réunions d'écoute avec des Marocains du monde    Errachidia: ce qu'a saisi la police à bord d'une voiture    Un Mexicain arrêté aux Etats-Unis pour espionnage au profit de la Russie    «Archéologie de l'intime» à la Fondation Dar Bellarj de Marrakech    Tournoi féminin UNAF : Victoire du Maroc face à la Tanzanie    Basket-ball : La sélection nationale s'incline en amical face à l'Algérie    Ouverture officielle d'un consulat à Laâyoune    Les jurys du 21e Festival National du Film dévoilés!    CMA CGM s'engage dans l'accompagnement des start-ups    Dortmund de Haaland et Hakimi s'offre le PSG de Neymar    Elections régionales allemandes: Alliance Droite-Extrême droite    Allemagne : deux attaques visant des bars font neuf morts près de Francfort    6 chômeurs sur 10 sont à la recherche de leur premier emploi    Coronavirus: le point sur la situation en Chine    Bloomberg sous le feu de ses rivaux lors d'un débat démocrate tendu    Erdogan menace la Syrie de déclencher rapidement une opération à Idleb    La pièce «Daïf Al Ghafla» présentée à Bruxelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Agressions contre les Subsahariens. L'AMDH Nador tire la sonnette d'alarme
Publié dans Les ECO le 04 - 06 - 2019

Les agressions visant les Subsahariens résidant au Maroc se multiplient. Une action dénoncée par l'Association marocaine des droits humains de la section Nador, après le lynchage à mort de trois migrants hier à Tanger.
La photo d'un Subsaharien, le visage complètement en sang avec des points de suture un peu partout, a fait le tour de Facebook depuis hier, témoignant de la gravité des actes commis par des bandits qui attaquent les migrants à l'arme blanche et volent leur argent et téléphones.
"Ces actes deviennent récurrents à Nador et Tanger. Ces bandits choisissent de s'attaquer aux migrants parce qu'ils ne craignent pas d'être dénoncés, croyant que les Subsahariens en situation illégale ne peuvent aller voir la police par peur d'être refoulés", explique le président de la section de Nador de l'AMDH, Omar Naji.
3000 tentatives de migration clandestine ont été avortées dans le nord du Maroc en 2019. Ceci-dit, le nombre de Subsahariens qui ont réussi à faire leur entrée dans le pays reste inconnu. Cette résidence sans permission laisse un vide juridique et sécuritaire dont profitent les bandits pour violenter ces migrants.
"Deux Subsahariennes ont été enlevées à Nador et on dû payer 2 500 DH pour être relâchées. Trois Subsahariens ont été sauvagement agressés à Tanger. Nous nous sommes abstenus de poster toutes les photos par peur de choquer le public. Nous responsabilisons les autorités pour ce genre d'acte à répétition dans la région, personne ne devrait avoir peur de dénoncer une violence, peu importe sa situation dans le pays", dénonce Omar Naji.
Xénophobie, cruauté, violence raciale, les expressions n'ont pas manqué aux internautes pour décrire "cet acte inhumain" mis en avant sur la page Facebook de l'AMDH-Nador. Un appel à la police et aux autorités marocaines a ainsi été lancé par les Marocains pour limiter ce genre d'agressions et protéger les Subsahariens et toute personne vivant dans ce pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.