Vidéo. Mine d'art de Khouribga, plus qu'un "simple" festival    Brexit, politique étrangère… au sommet de Bruxelles    Brèves Internationales    Un Monde Fou    Brèves    Le Parquet général suscite la polémique au Parlement    BAM : L'encours des financements par Mourabaha totalise 7,17 MMDH    L'ANRUR, un mécanisme d'amélioration du paysage urbain et architectural    Maroc PME organise la Semaine de l'entreprise dans la Région de Laâyoune-Sakia El Hamra    La 4ème Commission de l'ONU exprime son soutien au processus politique au Sahara    Bachir Edkhil : L'option référendaire est caduque    Amar Saâdani : Le Sahara est marocain    Quand Donald Trump s'en prend à Bruce Springsteen et Beyoncé    Les glaciers suisses ont diminué de 10% en 5 ans    Insolite : Conférence record    Clasico au Camp Nou : Valverde a "confiance" malgré les violences    Réforme de la C1 : Lampard opposé à la multiplication des matches    Liga: Duel à distance entre Real et Barça    Paris Jackson arrêtée en plein cœur d'Hollywood    Bella Hadid se livre sur son état mental    La Twittoma, ou comment les réseaux sociaux servent la bonne cause    Divers    A Madagascar, l'électricité reste un produit de luxe    Le jour où un des acteurs de Friends a failli être renvoyé à cause de Jennifer Aniston    Pourquoi Kate Winslet s'est fait tacler par la Reine Elizabeth II    Pitt vs Jolie : Pourquoi le couple star n'a toujours pas entériné son divorce    Jack Lang : «Trésors de l'Islam en Afrique, de Tombouctou à Zanzibar témoigne de l'histoire du Maroc»    «Pour Sama» : Le témoignage bouleversant d'une jeune mère à Alep    Le CSCA sanctionne Radio Méditerranée    Filière équine : Une stratégie créatrice de richesse    Nabil Benabdallah: «il faut être présent au sein des institutions qui font la loi»    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie à guichets fermés    ITF juniors au Maroc: Le RUC passe le relais au Riad    Coupe du Trône de tennis: L'ACSA pour la 9e fois    Feu vert à la création de la zone d'accélération industrielle Fès-Meknès    Syrie: Washington arrache une trêve à Erdogan, en vue de la création d'une « zone de sécurité »    Les dossiers du futur président tunisien    Les violations des droits de l'Homme dans les camps de Tindouf mise à nu    Et la vie continue…dans un autre corps    Les lauréats du Prix de la culture amazighe dévoilés    Réforme de l'enseignement. La Commission de suivi prépare sa réunion inaugurale    Attijariwafa bank, Top Performer RSE de l'année    Casablanca : Le groupe Akdital ouvre deux nouveaux établissements de santé    Météo: Le temps qu'il fera ce vendredi    Tanger : Un nouvel espace d'insertion pour les jeunes handicapés mentaux    Gouvernement. Faut-il un nouveau programme ?    Loi de Finances 2020 : Benchaâboun passe l'oral devant les parlementaires    Raja. Le trésorier du club détaille le rapport financier    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Développement durable. Un Plan climat national 2030 en gestation
Publié dans Les ECO le 01 - 07 - 2019

Destiné à garantir le bon fonctionnement de la vision nationale en matière climatique à l'horizon 2030, ce plan repose sur 5 piliers, 22 chantiers stratégiques et 68 mesures de mise en oeuvre.
Le Maroc prépare un Plan climat national (PCN30) à l'horizon 2030 ! Le document, qui est dans sa phase finale d'élaboration, est notamment piloté par le Secrétariat d'Etat auprès du ministère de l'Energie, des mines et du développement durable, chargé du développement durable. «Une fois finalisé et adopté, il fera l'objet d'une grande campagne d'information et de diffusion, eu égard à sa grande portée stratégique et organisationnelle», explique une source proche du Secrétariat d'Etat chargé du développement durable. Son objectif est, en tout cas, de garantir la cohérence et le bon fonctionnement de la mise en oeuvre de la vision nationale en matière climatique d'ici 2030. Une vision qui repose sur des engagements nationaux et internationaux, notamment sur les mesures et orientations de la Stratégie nationale de développement durable (SNDD), sur la CDN du Maroc (Contribution déterminée nationale) et sur les différentes stratégies sectorielles.PV+.
Une feuille de route de coordination…
La feuille de route climat du Maroc à l'horizon 2030 s'emploiera donc à traiter toutes les mesures et tous les projets d'adaptation des écosystèmes et secteurs, en coordonnant également les différentes initiatives sectorielles en matière d'atténuation des effets du changement climatique. Comment ? En travaillant sur 5 piliers, 22 chantiers stratégiques et 68 mesures de mise en oeuvre, à travers lesquels trois domaines seront particulièrement investis. D'abord, d'ici 2030, la gouvernance de la politique climatique sera particulièrement renforcée. C'est ce qui constitue, d'ailleurs, le pilier 1 du PCN30 où plusieurs leviers seront activés, à savoir : le renforcement de la concertation institutionnelle et sectorielle, le renforcement du cadre juridique de lutte contre le changement climatique et le renforcement des mécanismes de la coopération internationale et régionale. Ensuite, le PCN30 se fixe un autre grand objectif, c'est celui qui consiste à intégrer tous les plans sectoriels dans la politique climat pour accélérer la transition vers une économie sobre en carbone. C'est dans ce cadre que des initiatives seront lancées pour décarbonater la production d'énergie et mieux réussir la transition énergétique. Il y sera aussi question d'accompagner le développement d'une agriculture durable et raisonnée (Plan Maroc Vert). Dans le domaine industriel, le Programme d'accélération industrielle (PAI) sera inscrit dans une trajectoire d'atténuation des effets du changement climatique. S'agissant de l'équipement , le PCN30 accompagnera le secteur du transport et de la logistique dans son processus d'atténuation des émissions de gaz à effet de serre. Tandis qu'une gestion intégrée des déchets sera promue pour mettre en oeuvre une économie circulaire.
…Qui nécessitera beaucoup d'argent
Last but not least, le PCN30 va tout donner pour lever l'une des contraintes majeures de l'exécution de la politique climatique au Maroc qui est la mobilisation des fonds nécessaires pour la concrétisation des projets d'adaptation et d'atténuation. Pour ce faire, le PCN30 a prévu dans son pilier 5 de renforcer les capacités financières, humaines et technologiques à travers six actions. La mobilisation de financements, pour la mise en oeuvre de la politique climatique, revêt une importance particulière. En effet, pour ne parler que de la CDN Maroc, celle-ci porte sur 55 projets qui nécessitent un investissement évalué à 50 milliards de dollars (environ 500 milliards DH) à l'horizon 2030. Le Maroc a accepté de prendre en charge 24 projets qu'il financera par ses propres moyens à travers la mobilisation de financements qui se chiffrent à 26 milliards de dollars. Tandis que pour les 31 projets restants, il lui faudra trouver des financements extérieurs d'ici l'échéance du PCN30. Sinon, pour les autres volets du pilier 5, qui portent, entre autres, sur la sensibilisation et la mobilisation pour faire face collectivement au changement climatique, la dotation du Plan climat national de ressources humaines qualifiées pour la mise en oeuvre de ses mesures et la promotion de la formation, de l'innovation et de la recherche & développement pour un développement sobre et résilient, les équipes du Secrétariat d'Etat chargé du développement durable sont fin prêtes pour relever les défis.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.