Libertés individuelles: Le CNDH défend l'expérience marocaine    Opacité financière: Le Maroc dans le rouge    Un dialogue politique inter-libyen à Genève    Pourquoi Oujda néglige le sport    Météo: le temps qu'il fera ce vendredi au Maroc    Fès: L'Université Euromed entre de plain-pied dans le numérique    Préscolaire: Fahs Anjra vise l'excellence    Pourquoi Marrakech perd ses événements    Contemporary African Art Fair: à Marrakech, la culture reste «Capitale»    Rabat: le général Louarak reçoit un haut gradé pakistanais    Le Conseil de gouvernement approuve un projet de décret relatif au régime de sécurité sociale    Inwi fait la paix avec Maroc Telecom    La Commission européenne salue les efforts du Royaume en matière de réformes fiscales    Appel à la consécration d'une justice citoyenne    La Commission de la programmation n'en fait qu'à sa tête    Divers sportifs    Achraf Hakimi et son retour au Real Madrid    Le volume des transactions immobilières s'inscrit en baisse en 2019    Lancement de la deuxième édition du programme "Spin-off by PIS" dédié à l'entrepreneuriat des jeunes    Le Maroc constitue la première destination des exportations valenciennes en Afrique    Le cancer n'est pas une fatalité    Divers    L'OMDH-Casablanca sensibilise des élèves contre les dangers d'Internet    L'ambassadeur de Cuba exprime la volonté de son pays de renforcer ses relations avec le Maroc    L'ambassadrice des Pays-Bas se félicite de l'intégration des MRE dans la société néérlandaise    L'industrie du cinéma a été plus inclusive en 2019 que lors de la décennie précédente    Le CCM dévoile les jurys du 21ème Festival national du film de Tanger    L'espoir du rap Pop Smoke abattu chez lui    La DG du FMI salue le partenariat avec le Maroc    Le BTP poursuit ses bonnes performances    Classement FIFA: Le Maroc se maintient à la 43ème position    CSMD : Chakib Benmoussa initie à Paris une série de réunions d'écoute avec des Marocains du monde    Errachidia: ce qu'a saisi la police à bord d'une voiture    Un Mexicain arrêté aux Etats-Unis pour espionnage au profit de la Russie    «Archéologie de l'intime» à la Fondation Dar Bellarj de Marrakech    Tournoi féminin UNAF : Victoire du Maroc face à la Tanzanie    Basket-ball : La sélection nationale s'incline en amical face à l'Algérie    Ouverture officielle d'un consulat à Laâyoune    Les jurys du 21e Festival National du Film dévoilés!    CMA CGM s'engage dans l'accompagnement des start-ups    Dortmund de Haaland et Hakimi s'offre le PSG de Neymar    Elections régionales allemandes: Alliance Droite-Extrême droite    Allemagne : deux attaques visant des bars font neuf morts près de Francfort    6 chômeurs sur 10 sont à la recherche de leur premier emploi    Coronavirus: le point sur la situation en Chine    Bloomberg sous le feu de ses rivaux lors d'un débat démocrate tendu    Erdogan menace la Syrie de déclencher rapidement une opération à Idleb    La pièce «Daïf Al Ghafla» présentée à Bruxelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Profession: traqueur de fake news sur le web
Publié dans Les ECO le 12 - 07 - 2019

Les pages dédiées à la vérification d'infox se multiplient sur les réseaux sociaux. Gérées par des administrateurs qui consacrent beaucoup de leur temps à la documentation web, ces pages se sont donnée pour mission, la correction de toute fausse information ou rumeur qui circule sur la toile marocaine.
"Matpartagich" ("Ne partage pas") tente de filtrer les fake news et proposer la version réelle de ces actualités. Avec une communauté dépassant les 47.000 abonnés, cette page reste la plus connue et suivie sur Facebook.
Contrôler l'incontrôlable …
Sur les réseaux sociaux, les fake news pullulent. Les infox circulent généralement plus vite que les actualités bien vérifiées. Selon Adil Fattoumy, expert digital, la propagation rapide des fake news est principalement "due à l'aspect souvent sensationnel porté par ce type de contenu qui devient vite viral à travers une attraction efficace des internautes". Une viralité considérée par les algorithmes de Facebook comme signe de "pertinence", d'où l'action de la mise en avant adoptée par le réseau social pour toucher un maximum d'utilisateurs.
"Les médias locaux et internationaux sont également responsables de cette propagation. En l'absence de journalistes constamment connectés et conscients de la rapidité imposée par le digital, les infox se font une vraie place chez les lecteurs, le processus de correction apportée par les professionnels d'information devient peu efficace", reproche l'expert aux journalistes.
Réactivité, est le mot clé! Il ne faut pas attendre que la publication soit virale pour agir et la corriger. Les communiqués, articles et sorties médiatiques mûrement réfléchis sont des solutions peu efficaces pour apporter une correction rapide. L'instauration d'un système de veille, de suivi mais surtout d'une stratégie community manager est indispensable pour créer un contenu natif et sponsorisé adapté à être valorisé par les réseaux sociaux.
Du natif, voilà ce que produisent les traqueurs des fake news. Contacté par LesECO.ma, l'admin de "matpartagich" se dit ravi de pouvoir rapporter l'information confirmée à sa communauté. Il reste néanmoins sceptique quant à la sécurisation du contenu, et souhaite passer à l'étape supérieure avec la création d'un site dédié à la mission, qui porterait le même nom. "J'ai besoin de sécuriser mon contenu, une page Facebook peut disparaître du jour au lendemain", nous explique le traqueur des fake news, qui affirme passer de longues heures de documentation sur le web pour apporter la bonne information.
Une démarche durable, voici ce que recherche l'administrateur de "matpartagich" qui lancera son site dans un mois, nous confie-t-il.
Seulement à travers des liens externes, son contenu sera également devancé par les publications natives, principalement porteuses de fake news. "Je souhaite à travers la fidélisation, faire migrer les abonnés actuels de la page vers le site par accès direct, un travail complexe mais pas réalisable", explique l'admin de "matpartagich", ajoutant qu'il lancera un appel à travers sa page pour recruter des personnes intéressées pour traquer et corriger les infox.
Un projet rentable
De Facebook au business, l'admin de "matpartagich" souhaite faire de sa page une marque de référence dans le traitement des fake news. Un projet qui impliquera d'autres parties, et sera lancé dans le cadre d'une startup organisée dans quelques mois.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.