Bruxelles: Ryad Mezzour expose les ambitions du Royaume    L'Espagne dénonce la violation par l'Algérie de l'accord d'association et de voisinage    Les évènements regrettables de Nador sont indissociables des causes profondes de la migration    Dislog Group signe un nouveau contrat avec Mars Wrigley    Le torchon brûle de nouveau entre Ankara et Athènes    Nasa: l'eau aurait coulé sur Mars durant 1,3 milliard d'années !    Au-delà du concept obsolète de l'espace    Un héritage ancestral de grande richesse    Peut-on inventer une histoire vraie ?    La Clinique Européenne de Casablanca ouvre ses portes    Jeune Afrique : « Algérie-Tunisie, l'autre frontière fermée du Maghreb »    Fouilles journalistiques, du magazine mural au mur de Facebook », nouvel ouvrage du journaliste écrivain Jamal El Mouhafid    CAF Awards 2022: forte présence du Maroc dans la liste des nominés    Adoption d'un projet de décret relatif à la création de la zone d'accélération industrielle de Ain Johra    Bourse de Casablanca: Clôture en baisse    José Manuel Albares : Les causes « du drame de la migration irrégulière », c'est la faim    L'Exécutif cherche à réformer le cadre légal des résidences immobilières de promotion touristique    OTAN : Les Etats-Unis redéployent leurs forces en Europe    Israël: Fin de la coalition gouvernementale, Yair Lapid devient PM intérimaire    Lancement d'un appel d'offres pour la restauration et la réhabilitation du Théâtre Cervantes de Tanger    Ceuta : La justice conclut que le rapatriement des mineurs marocains a violé leurs droits    OTAN : Le Sommet de Madrid a pris des « décisions transformatrices »    Medias Africains : ''Sport News Africa'' place le Wydad sur le toit de l'Afrique    CAF Awards : Les Lions de l'Atlas nominés dans la catégorie "Joueur de l'année"    Najat Rochdi nommée Envoyée spéciale adjointe pour la Syrie    Les Arts et cultures attachés à l'Islam au cœur d'une grande exposition à Paris    Attentats du 13 novembre en France : Salah Abdeslam condamné à la perpétuité incompressible    Migration irrégulière : Des eurodéputés appellent l'UE à appuyer le Maroc    Températures prévues pour le vendredi 1er juillet 2022    Aid Al-Adha: les paniers de repas autorisés, sous conditions, dans les prisons    CWTS Leiden 2022 : L'UM5 de Rabat, seule université marocaine à figurer dans le classement    (Vidéo) MD Talks-Régionalisation: Une vision de demain ancrée dans le passé    (Vidéo) MD Talks-Régionalisation: Quel rôle des Cours régionales des Comptes ?    Hooliganisme à Oujda : La préfecture de police dément tout décès parmi les supporters    Interview avec Hassan Fekkak : « Nous ne déplorons aucun cas d'intoxication aux JM d'Oran »    CAF : Le Maroc fait partie des 10 nominés au titre de la meilleure équipe nationale africaine de l'année    Trois nageurs marocains traversent le Détroit de Gibraltar à la nage en relais    Festival «Jazzablanca» : C'est parti pour la 15ème édition    Festival de cinéma «Les Téranga» de Dakar: Le Maroc invité d'honneur    37 millions DH pour un hub des métiers de l'automobile à Casablanca    JM Oran 2022 : Pour suivre le match Espagne – Maroc    Pourquoi la Turquie attire plus de touristes que le Maroc ? (VIDEO)    Le Maroc accumule 14 ans de retard en matière de droits des femmes    Kia Maroc. Retour remarqué du nouveau Carens    IPPIEM : hausse de 1% au cours du mois de mai (HCP)    Forsa : la SMIT dément les fausses informations concernant 2 appels d'offres    Casablanca: trois morts dans l'effondrement du fronton d'un café    African Lion 2022 : les tirs d'armes retentissent à Cap Draa lors des exercices interarmées    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une intégration plus large
Publié dans Les ECO le 30 - 06 - 2010


Le Kenya, la Tanzanie, l'Ouganda, le Burundi et le Rwanda instaurent à partir de jeudi un marché commun, une mesure sans équivalent en Afrique, dont il restera cependant à mesurer le degré d'application réel sur le terrain. La création de ce marché commun entre membres de la Communauté d'Afrique de l'Est (EAC) découle d'un protocole signé en novembre par les chefs d'Etat des cinq pays à Arusha (nord de la Tanzanie), siège de l'EAC. Ce texte a depuis été, comme prévu, ratifié par le Parlement de chaque Etat membre. Mais plus qu'un aboutissement, la date du 1e juillet marque un point de départ et une déclaration d'intention politique en vue de créer un réel marché unique de 126 millions d'habitants, où circuleraient librement les hommes, les services, les marchandises et les capitaux. «Après l'aboutissement de la ratification du protocole sur le marché commun, la marche complexe et longue pour la transformation de l'EAC en un marché commun ou un marché unique commence avec détermination et ferveur», a indiqué le secrétaire général de l'organisation, le Tanzanien Juma Mwapachu. «Aucune autre communauté économique régionale africaine n'a atteint cette étape cruciale» qui «illustre au plus haut degré la forte volonté politique et l'engagement ferme de tous les acteurs de l'EAC à approfondir et élargir l'intégration», estime Mwapachu. Le plus difficile ne fait que commencer, souligne le diplomate tanzanien. La date du «1e juillet 2010 signifie l'entrée dans une phase critique où les Etats membres doivent commencer à déterminer comment les quatre libertés gravées dans le protocole devraient être traduites résolument dans les faits». Dans un entretien l'an dernier, Mwapachu reconnaissait les défis que posait à la création effective d'un marché commun l'insuffisance et le mauvais état des infrastructures. Il notait cependant que dans certains secteurs comme les banques, l'assurance, la téléphonie mobile ou le transport aérien, la libre circulation était déjà une réalité entre certains pays de la communauté. En matière de main d'oeuvre, le Rwanda a pris les devants en supprimant l'obligation du permis de travail pour les ressortissants des pays membres du bloc. «Cette décision rwandaise s'est traduite dans les faits par l'entrée en masse de personnes compétentes, surtout en provenance du Kenya. D'autres décisions tout aussi courageuses ont été prises par le Rwanda pour attirer les investisseurs étrangers. Et là encore, les Kényans ont été les premiers à répondre positivement», commente un économiste rwandais travaillant à l'EAC. «Mais le Rwanda et le Burundi et, dans une certaine mesure l'Ouganda et la Tanzanie, doivent également avoir des produits et des expertises à mettre sur le marché de la communauté pour que ce soit vraiment un rendez-vous du donner et du recevoir», prévient l'universitaire rwandais. Le Kenya est de loin la principale puissance économique de la région, et les craintes existent chez ses voisins que le Marché commun se construise largement à son avantage. L'entrée en vigueur du marché commun fait suite à la mise en place d'une union douanière en 2005. Des discussions sont engagées en vue de créer une union monétaire d'Afrique de l'Est, officiellement en 2012, même si certains responsables jugent en privé la date de 2016 plus réaliste. L'étape ultime, «celle qui risque de ne pas être atteinte de notre vivant», comme aiment à plaisanter des employés de l'organisation, est la mise en place d'un gouvernement fédéral.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.