Coronavirus : le Maroc dépasse la barre des 100.000 contaminations    Le docteur et académicien Mohamed Talal tire sa révérence    Abu Wael al-Rifi : Le contraste saisissant entre les grands patriotes et les petits maitres des entourloupettes    Lanceur d'alerte : Révélations en série d'un officier des services secrets du Polisario    Liberté économique : le Maroc 78ème mondial    La BVC dans le rouge du 14 au 18 septembre    Algérie: Un milliard de dollars de pertes financières    Mamounia, Royal Mansour, Fours Seasons...ils vont rouvrir leurs portes à Marrakech    La nouvelle Clio et le nouveau Captur disponibles au Maroc    Mercato: Gareth Bale de retour à Tottenham!    Bundesliga: Le Bayern détruit Schalke!    Liverpool officialise l'arrivée de Thiago Alcantara    Le Maroc remarquablement élu au Comité des Droits de l'Homme de l'ONU    Coronavirus: en France, la Haute Autorité de santé tranche sur la fiabilité des tests salivaires    Tanger: la douane découvre une usine clandestine    Marrakech adoptera l'enseignement en alternance    Mohamed Rouicha : sauveur de mémoire    Un parcours culturel très riche et très séduisant    Des artistes marocains appellent à la réouverture des théâtres et des salles de cinéma!    Entretien avec Othman Ktiri, l'entrepreneur marocain qui a réussi en Espagne    Washington reconduit unilatéralement les sanctions de l'ONU contre l'Iran    En Grèce, 9 000 demandeurs d'asile ont déjà rejoint le nouveau camp de Lesbos    Mexico : création d'un groupe d'amitié avec le Maroc pour promouvoir la coopération bilatérale    "Africa Innovation Week 2020": l'EMSI rafle la mise    Contrats spéciaux de formation: des mesures annoncées en faveur des entreprises marocaines    Climat des investissements au Maroc : le Département d'Etat US distribue bons et mauvais points [document]    Formation: mesures exceptionnelles en faveur des entreprises marocaines    «Enquête exclusive» : les dérives du régime algérien mises en lumière    Une photo de Leila Hadioui avec Saad Lamjarred surprend ses fans    Arabie saoudite: cinq personnes blessées par un projectile tiré par les Houthis    Nadal tombe à Rome (VIDEO)    Le régime algérien veut empêcher le Hirak de reprendre ses manifestations    Tanger : après l'affaire Adnane, nouvelle arrestation pour « attentat à la pudeur »    Météo : le temps se rafraîchit ce dimanche au Maroc (températures)    Mika « Loves Beirut » et d'autres stars mondiales aussi    L'image de la semaine    «Zanka contact», un ovni dans le 7e art national    Culture en vrac    Botola Pro: l'OCK tombe à domicile face à Berkane (VIDEO)    Real Madrid: Gareth Bale prêté à Tottenham    Cellule terroriste démantelée le 10 septembre: Ce que révèle l'expertise de la police scientifique    La presse britannique évoque les « sculptures » de Mehdia    Le secrétariat général des Finances de nouveau vacant    El Fizazi n'exclut pas un retour de Benkirane à la politique    Turquie : Ankara condamne un journal grec qui avait invité Erdogan à « aller se faire foutre »    Rude épreuve doukkalie pour le Raja et le Wydad    Etat-Unis : Les applications chinoises TikTok et WeChat interdites    Le forum de la jeunesse du cinéma hassani démarre ce soir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Abdelali Amer, le tueur qui brisait les crânes
Publié dans Les ECO le 12 - 11 - 2019

Abdelali Amer, Alias «Boussama» (le tueur à la pierre) s'en prenait à des gens qui étaient, comme lui, sans abri, son mode opératoire a fait que ses crimes ont longtemps été pris pour des morts accidentelles, ce qui lui a permis d'atteindre le chiffre record de 14 victimes.
Abdelali Amer est né en 1961 dans une famille de classe moyenne, il perd ses parents alors qu'il est adolescent, une fois la vingtaine atteinte, il s'engage dans l'armée, mais est révoqué aussitôt à cause de son tempérament violent. Commence donc une série d'incarcérations et d'ennuis avec la justice. Agressions, séquestrations, viol, vol qualifié, coups et blessures,... Abdelali multiplie les passages en prison. Ses autres frères et sœurs prennent peu à peu leur distance de lui. Se derniers vivent en Europe et ont des situations sociales stables, seule une sœur plus âgée s'occupe de lui, entre ses différents séjours en prison.
Suite à une énième libération, après une de ses incarcérations, Abdelali Amer découvre que la maison familiale a été vendue sans qu'aucune part du modeste héritage ne lui soit versée. Après le décès de l'unique sœur sur laquelle il pouvait compter, l'homme se retrouve livré à lui-même et vit donc à la rue. C'est en cette période que commence son «activité» de serial killer. Il tue d'autres sans-abri comme lui, dans le but de les dépouiller de leur maigre pécule, tout ça pour pouvoir se payer du mauvais vin. «Pour oublier», avait-il déclaré aux enquêteurs qui l'interrogeaient sur le motif de ses crimes, «oublier à quel point je hais le monde, et mes frères et sœurs avant tout. Ce sont eux que j'aurais tués en premier si j'avais pu les avoir sous la main», avoue-t-il.
La première victime est découverte sur les rives du fleuve Bouregreg en octobre 2004, dans le district de Sidi Boussadra. C'est un homme adulte. Les vêtements, la présence de bouteilles d'alcool près du corps, la position même de ce dernier ainsi que la localisation des blessures poussent les enquêteurs à conclure à une mort accidentelle suite à un traumatisme crânien, confirmée par le rapport du médecin légiste l'affaire est vite classée sans suite.
Douze victimes plus tard, l'extraordinaire «coïncidence» ne fait toujours pas mouche même si le chiffre inquiète et que les victimes sont systématiquement dépouillées de ce qu'ils possèdent. Le vol n'est pas retenu comme mobile du meurtre, pas plus que n'est retenu le mot meurtre dans le cadre de ces affaires. En dix mois, les cadavres des victimes d'Abdelali commencent à joncher le sol un peu partout entre Salé, Rabat et l'arrière-pays. Quatorze corps ont été découverts en cette période, raidis par la mort et un coup de pierre sur le crâne sans qu'aucun lien ne soit fait entre eux.
Des fois, les victimes ne sont pas «exclusivement» des sans-abris. On y compte une femme âgée dont le corps sera retrouvé près d'un centre commercial et dont l'expertise médico-légale révèle qu'elle a été violée post-mortem. Il y a également le cas d'un commerçant du marché de gros de Rabat dont la disparition a immédiatement été signalée par la famille. Les commerçants sortent souvent se reposer sur les rivages près du marché dans leur tenue de travail salie par la journée passée. Son aspect vestimentaire a dû induire le meurtrier en erreur, il passait aussi pour un sans-abri.
On ne va comprendre qu'il s'agit d'une affaire de meurtres en série qu'à la découverte du corps de la dernière victime. Fin juillet 2005, un autre cadavre est découvert sur le littoral dans le quartier d'El Akkari. Même scène de crime : un rivage, des rochers, un vagabond retrouvé mort... Cette fois-ci, un détail écarte définitivement l'hypothèse d'un accident et conforte ceux dont l'instinct laissait présager de l'existence d'une responsabilité étrangère aux morts précédentes. Le corps est en effet couché, la tête sur un rocher, mais la blessure donne cette fois-ci vers le ciel et non vers le sol. C'est un meurtre et les investigations commencent.
Dans les quartiers touchés par les meurtres, personne n'a jamais cru à la thèse des «morts accidentelles suite à un traumatisme crânien». La population a même trouvé un nom au boucher du rivage : «Bouhajra» ou «Bousamma», donné pour cause du mode opératoire du tueur, qui abat ses victimes d'un coup de pierre sur la tête.
Quatre victimes de ses agressions ont réussi à en réchapper mais ne se sont jamais rendu à la police pour déposer plainte. Les deux témoins ont été retrouvés ensuite. Ils donneront le signalement exact du criminel qu'ils savent être l'homme recherché avant de faire eux-mêmes l'objet d'une double accusation et d'une incarcération pour «non-assistance à personne en danger et non dénonciation d'un crime».
Après ses signalements, la police se lance à la recherche du criminel dans toute la côte de Rabat-Salé, et l'embouchure du Bouregreg. La zone est quadrillée par la surveillance policière mise en place 24h sur 24. En moins de huit jours, l'homme est arrêté le 6 août 2005. Confronté aux deux témoins purgeant d'ores et déjà leur peine à la prison de Salé, il reconnaît spontanément les meurtres et conduit même les enquêteurs sur les lieux de chacun de ses crimes, «en parfaite conscience et avec une exactitude de mémoire des différentes scènes de crime qui en a stupéfait plus d'un» rapportent les enquêteurs. Abdelali Amer a été condamné à mort le 28 novembre 2005 et est emprisonné dans le couloir de la mort de la prison de Kénitra.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.