France : Macron opte pour la continuité après le remaniement gouvernemental    Le Directeur Général de l'ONEE reçoit l'Ambassadrice de Suède au Maroc    Prix à la consommation : L'inflation grimpe à 5,9% en avril 2022    Transfert : Mbappé entre le marteau et l'enclume, décision dimanche à 11h00 sur la chaîne Téléfoot Endirect    Compteur Coronavirus : 153 nouveaux cas, plus de 6,36 millions de personnes ont reçu trois doses du vaccin    Insertion des détenus extrémistes : les autorités pénitentiaires détaillent leur nouvelle approche    Larguet avec Renard...    Terrorisme : Washington retire cinq groupes étrangers de sa liste noire, dont l'ETA    Les U17 s'inclinent    Paris : Spectacle solidaire de D'jal le 29 mai au profit de l'association keepSmiling    Pays-Bas : Les partis contre un projet européen sur la migration régulière depuis le Maghreb    Vidéo. Sofac rend hommage à l'athlète Aziz Yachou, arrivé 3e au Marathon des Sables    Al Qods : Une passe d'arme en perspective au Caire entre le Maroc et l'Algérie    Affaire de Younes Blal : ATIM saisit le juge populaire pour confirmer le caractère raciste du meurtre    La politique « zéro COVID dynamique » : un choix correspondant aux réalités chinoises    WhatsApp révèle un nouveau service pour les propriétaires d'entreprise    Plages sans plastique. La    Rehhou : La loi relative à la liberté des prix et de la concurrence vise à protéger l'investisseur et le consommateur    Décès de l'acteur égyptien Samir Sabry à l'âge de 85 ans    Maroc-AFD : les programmes de coopération ont dépassé les objectifs soit plus de 2 Mds d'euros    Quand un journaliste de la BBC dénonce le non-respect du RGPD au Maroc    Casablanca: l'essentiel des projets adoptés par le conseil communal    Secousse tellurique ce vendredi dans une province du Maroc    Un eurodéputé espagnol s'inquiète du « problème croissant » de l'immigration clandestine d'origine algérienne    La Russie compte créer de nouvelles bases militaires en réplique à l'élargissement de l'Otan    Festival de Cannes: Manal Benchlikha foule le tapis rouge (PHOTOS)    Saad Lamjarred entre dans le Guinness des Records ! (PHOTO)    Djamel Kehal Medjdoub dans la pétaudière du renseignement extérieur algérien    L'icône de Jil Jilala, Hajja Sakina Safadi, n'est plus    Jumelage réactivé entre les institutions judiciaires au Maroc et en Belgique    Finale de la Coupe de la CAF : 1,25 million de dollars au vainqueur, 700 000 dollars au '' malheureux '' finaliste !    Tamendawt Taqvaylit. La république kabyle avance    Monkeypox, une maladie virale pas encore inquiétante pour le Maroc, assure un expert    Le temps qu'il fera ce vendredi 20 mai 2022    L'ONMT clôt le «Light Tour» à New York    Maroc : La Cour constitutionnelle invalide l'élection de quatre députés d'Al Hoceima    Appel public à l'épargne: L'AMMC rappelle les nouvelles règles de gouvernance    Belgique : Tarik Tissoudali remporte le Soulier d'Ebène    La RS Berkane décidée à rééditer l'exploit de 2020    Gnaoua Festival Tour dévoile sa programmation    Madrid : Présentation du 26e Festival de Fès des musiques sacrées du monde    Migration : Antony Blinken considère que le pacte de Marrakech servira de base à une approche commune    Justice: nouveaux rebondissements dans l'affaire Omar Raddad    Nouveau protocole sanitaire pour entrer au Maroc : qu'en pensent les opérateurs ?    Industrie : Le Maroc, un des pays les plus compétitifs au monde    La culture, un outil de développement durable    Le projet de loi n° 66.19 sur le droit d'auteur adopté à la Chambre des conseillers    Espagne : Le Sénat rejette une proposition de Vox réclamant des sanctions contre le Maroc et l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La pièce de théâtre عازف الليل est-elle maladroitement raciste ?
Publié dans Les ECO le 18 - 01 - 2020

La nouvelle pièce de théâtre عازف الليل ne semble pas plaire à tout le monde. A peine sortie, les internautes ont exprimé leur mécontentement après avoir découvert qu'un des personnages figurant dans l'affiche de présentation, a été grimé en noir. Cette pratique est largement réprimandée par la communauté noire qui y voit un acte raciste et pas anodin.
Pour mieux comprendre les intentions racistes cachées derrière cette pratique, il suffit de faire un retour dans l'Histoire. Le blackface apparaît au XIXe siècle aux Etats-Unis sous la forme de spectacles lors desquels des acteurs blancs se peignaient le visage en noir et tournaient en ridicule les personnages noirs, en plein climat ségrégationniste. En plus des caractéristiques physiques caricaturales ( la peau charbonneuse, les lèvres surdimensionnées et les yeux écarquillés..) les personnages représentés étaient un important vecteur de clichés racistes : l'homme noir était représenté comme paresseux et stupide. "Ces spectacles visaient à donner la race en spectacle et s'adressaient d'ailleurs aux Blancs. Il s'agissait de faire rire aux dépens des Noirs", expliquait Eric Fassin, professeur de sociologie, à Slate.
C'est le Comité Parité et Diversité de 2M qui s'est indigné de la publication de cette affiche, dans un message publié sur les réseaux sociaux: "Suite à la publication de l'affiche de la pièce de théâtre عازف الليل, mettant en scène un homme dont le visage est grimé en noir, le Comité Parité et Diversité de 2M exprime sa profonde indignation quant à l'utilisation de cette pratique raciste appelée le «BlackFace»" a-t-on pu lire.
L'art-comme les médias-est investi d'une mission noble qu'est celle d'éduquer et de sensibiliser l'opinion publique. Toute expression artistique se doit de contribuer aux changements des mentalités afin d'éradiquer les pratiques portant atteinte à la dignité de la personne(part2) pic.twitter.com/kbVDgMJLqB
— Comité Parité et Diversité 2M (@Cpd2M) January 17, 2020
Une condition sine qua non pour l'éveil des consciences et la construction d'une société juste et équitable. (Part3) pic.twitter.com/niRUrsBwPH
— Comité Parité et Diversité 2M (@Cpd2M) January 17, 2020
Pour le moment, aucun mea culpa n'a été relayé pas la troupe de théâtre, le comédien en question ou les producteurs. Oui, réitère le sociologue Eric Fassin, le blackface est un acte dont l'héritage historique lourd ne doit pas être ignoré. Tourner ça en simple divertissement est offensant : "Être noir, ce n'est pas un travestissement, ce n'est pas pour rire ; c'est une condition, prise dans une histoire raciale, rappelle-t-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.