Forsa : La SMIT dément les fausses informations concernant les appels d'offres n°100 et n°103    Sondage du CESE: 85% des interrogés insatisfaits de l'état d'aménagement et d'urbanisation du littoral    African Lion 2022 : les tirs d'armes retentissent à Cap Draa lors des exercices interarmées    Ministère des Habous: voici la date de l'Aïd Al Adha    Football : le Wydad sacré champion du Maroc pour la 22e fois de son histoire    Football: Palmarès des champions depuis la saison 1956-1957    Tragédie à Casablanca : l'effondrement du fronton d'un café cause trois morts    Casablanca : Trois morts et deux blessés dans l'effondrement d'une partie du fronton d'un café    Météo Maroc: temps assez chaud et rafales de vents assez fortes ce jeudi 30 juin    Drame à Casablanca: l'effondrement de la façade métallique d'un café fait trois morts    Maroc : La mise en œuvre des recommandations la Cour des comptes suivie grâce à une plateforme    Grand prix de Tunis de para-athlétisme : Le Maroc totalise 11 médailles, dont 6 en or    France : Borne entretient le suspense    Agadir : évaluation de la réactivité de l'Unité de Secours et Sauvetage des FAR    ONU: la Marocaine Najat Rochdi nommée Envoyée spéciale adjointe pour la Syrie    Quel avenir pour le Made in Morocco    « Art à Porter » à la galerie Marsam    «Sahran Lil» en collaboration avec Universal Music MENA    Le Festival de Fès de la Culture Soufie de retour en présentiel    Mohamed Benchaâboun : « Le Maroc restera engagé pour la réalisation des objectifs conjoints de la TICAD »    Bonne gouvernance et gestion locale : la nouvelle méthode Laftit    Covid-19 au Maroc: le bilan de ce mercredi 29 juin    Anfa Park / Casablanca : Le programme du Jazzablanca Festival dévoilé    Détresse lors d'une veillée pour les migrants retrouvés morts dans un camion au Texas    Nouvelle vague de Covid-19: Les Marocains appelés à renforcer leur immunité collective (Tayeb Himdi)    Drame de Melilla : L'AMDH réclame des autopsies    Immigration illégale. Pedro Sanchez appelle au soutien du Maroc    Migration illégale: Pedro Sanchez appelle à aider le Maroc à faire face aux mafias    Variole du singe : plus de 3.400 cas confirmés dans le monde (OMS)    Les précisions de Chakib Benmoussa    Prix à la pompe : La barre des 16 dh pour le diesel et 18 dh l'essence bientôt franchie    Finance durable : l'AMMC et l'IFC signent un nouvel accord    Le sommet de Madrid organisé par l'Otan confirme une position unique antirusse    Futsal : La sélection nationale marocaine intègre le Top 10 mondial    Quand Kenza Hamoumi allie le végétal à la féminité dans ses toiles    Renault express fête sa 1ère année de commercialisation avec plus de 10 000 unités vendues au Maroc    La chanteuse égyptienne Sherine est-elle en froid avec Saad Lamjarred ? (PHOTO)    Europa Press : Assaut de Melilla, « Sánchez confirme des décès dans la police marocaine »    Mustapha Hadji poursuit Vahid Halilhodzic pour diffamation    UE : Les 27 actent la fin du moteur thermique en 2035    Conseil de gouvernement: Positif au Covid-19, Baitas n'animera pas le point de presse    JM Oran 2022 : Elliot Benchetrit file en quarts de finale    Coopération sécuritaire : Pourquoi le Maroc est de plus en plus sollicité ?    FORSA, bilan d'étape avec Fatim-Zahra Ammor (VIDEO)    Ecriture et infini : La mystique en littérature pour l'amour de soi et de l'autre    Correspondances : Jalil Bennani et Roland Gori font le pari du Sud    Ouahbi: Le gouvernement engagé à parachever les importants chantiers issus de la réforme constitutionnelle    Football U18 : Le Maroc bat l'Algérie aux Jeux méditerranéens    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Saga d'un secteur complexe
Publié dans Les ECO le 20 - 09 - 2012

À voir la structure actuelle du marché du GPL, il est clair que le chantier de réorganisation lancé par la tutelle ne devrait pas être de tout repos. En effet, bien qu'on ne le présente pas aussi souvent comme tel, le secteur est l'un des plus stratégiques pour l'économie marocaine. Selon les données du ministère, le secteur du GPL, essentiellement constitué de butane commercial conditionné en bombonne de 12,3 et 6 kg, pèse pour plus de 2 millions de tonnes écoulés en 2011. Le butane, véritable nerf de la guerre pour le gouvernement en raison de la subvention, constitue à lui seul 93% du poids du gaz sur le marché, au moment où le propane, commercialisé essentiellement en vrac à hauteur de 90%, n'est consommé qu'à hauteur de 147.000 tonnes. Au-delà de cette répartition, c'est principalement l'évolution sur laquelle s'est inscrite la consommation nationale de gaz sur les vingt dernières années qui pose problème. En effet, le Maroc qui ne consommait que 352 mille tonnes de butane en 1990, a multiplié par 6, voire 7, ses besoins. Or, ne produisant que 2 à 3% de la consommation du marché, le Maroc a subi de plein fouet cette envolée conjuguée à celle des prix du gaz sur les marchés internationaux. Ceci a fortement alourdi la ponction sur les caisses de l'Etat, qui a été contraint d'augmenter le montant des subventions sur le butane pour maintenir le pouvoir d'achat des ménages. En parallèle, la nécessité d'assurer la continuité de l'approvisionnement du marché a poussé le Maroc à se doter de plusieurs installations portuaires, notamment à Nador, Mohammédia, Jorf Lasfar, Agadir et Laâyoune. «En ce qui concerne le stockage, le Maroc dispose actuellement de 176.800 tonnes de capacité de stockage de butane, soit l'équivalent de 34 jours de consommation», souligne-t-on auprès du ministère de l'Enérgie. La tutelle s'est même inscrite dans une stratégie visant à l'encouragement de la réalisation de centres emplisseurs à travers le royaume, dans le cadre d'une politique de décentralisation visant à renforcer la sécurité de l'approvisionnement au niveau régional et de réduire les frais de transport des bouteilles de gaz, et donc les prix de vente au public. Dans ce contexte, 35 centres emplisseurs ont déjà vu le jour, pour une capacité de 2,4 millions de tonnes. Malgré ces efforts pour assurer l'approvisionnement, le ministère de l'Energie reconnaît que «l'approvisionnement du pays en butane connaît certaines perturbations». La cause en est d'abord le climat de la période allant de décembre à février. Le mauvais temps qui sévit dans les ports de chargement ainsi que dans les ports de déchargement marocains occasionne des retards dans la réception des butaniers. Ensuite, la coupure des routes causée parfois par de fortes inondations ou des précipitations de neige ou encore les divers travaux d'entretien et de maintenance, sont avancés comme les raisons de ces perturbations, au même titre que les capacités de stockage qui sont considérées comme «insuffisamment dé-régionalisées». C'est ce qui explique donc cet intérêt porté aujourd'hui à la réorganisation de ce secteur, que ce soit dans sa structure ou dans sa tarification.
Libéralisation à moyen terme
L'aspect lié au subventionnement du butane complique davantage le dossier de la tarification du gaz. Alors que le prix du butane commercialisé en vrac (destiné aux industriels) est fixé par l'Etat, mais non subventionné, celui de la bouteille de gaz butane, est en effet fortement subventionné. Sur la subvention globale accordée aux prix de tous les produits pétroliers, le butane représente même la part la plus importante. Rappelons à ce titre que si une bonbonne de gaz est aujourd'hui commercialisée à 40 DH, son prix réel est de 130 DH. Pis encore, «le prix bon marché de la bouteille a encouragé l'utilisation de la bouteille, dans des conditions non sécurisées, dans le pompage de l'eau, pour les besoins de l'agriculture», reconnaît-on auprès du ministère de l'Energie et des mines. C'est l'une des raisons qui motivent le chantier de réorganisation lancé aujourd'hui. Cependant, il est aujourd'hui difficile pour l'Etat de toucher immédiatement au prix du gaz tant que le schéma même de cette réforme n'est pas définitivement arrêté. Et à ce titre, le ministre chargé des Affaires générales rappelle que «les prémices de la réforme seront pour 2013 mais la réforme dans sa globalité ne pourra se faire que progressivement sur plusieurs années». En revanche, en lançant le chantier de la réorganisation, le gouvernement donne un signal fort qu'il se prépare à cette réforme qui risquera certainement de marquer fortement de son emprunt son mandat.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.