Messaoud Bouhcine, président du Syndicat marocain des professionnels des arts dramatiques    Décès de l' ancien président de la Fédération Royale marocaine de rugby, Said Bouhajeb    Biden, Obama, Bush et Clinton prêts à se faire vacciner publiquement contre la Covid-19    Un derby régional pour la journée inaugurale de la Botola    Jo de Tokyo : Les athlètes seront soumis à des règles très strictes    Botola Pro D1 "Inwi" / MAS-AS FAR (2-1) : Les Massaouis surprennent les Militaires !    Cannabis. Un indice que le Maroc pourrait légaliser    Chambre des conseillers: le PLF 2021 adopté à la majorité    Football: Le Japon hôte de la Coupe du monde des clubs 2021    Vague de froid: forte mobilisation à Taounate    The Banker magazine : Attijariwafa bank, "meilleure banque au Maroc en 2020"    « Vaccination obligatoire au Maroc ». LCI l'a décidé    Pose de la première pierre du nouveau consulat général US à Casablanca    Stef Blok : Les actions du Maroc sont une réaction au blocage d'El Guerguarat par le Polisario    Vente de médicaments en ligne, fin de l'anarchie    Le Conseil de gouvernement adopte deux projets de décret relatifs à la promulgation de mesures exceptionnelles au profit de certains employeurs adhérents à la CNSS    L'action humanitaire du Maroc reconnue à travers son élection au Conseil d'administration du PAM    Evolution du coronavirus au Maroc : 3996 nouveaux cas, 372.620 au total, vendredi 4 décembre à 18 heures    Dr Moncef Slaoui : « Nous aurons assez de doses pour vacciner la totalité du monde d'ici la première moitié de 2022 » [Vidéo]    Mariage de raison    "Au Nom des miens " , une exposition de Hassan Bourkia    Parution du recueil poétique "Marrakech : Lieux de passage " d'Ahmed Islah    Covid-19 : le Maroc, désormais, parmi les pays à taux de contamination modéré    L'ONEE désigné une nouvelle fois centre collaborateur de l'OMS    Fès: décès du premier proviseur marocain du lycée Moulay Driss    Unesco. Le Maroc soutient Audrey Azoulay pour un second mandat    Porté disparu à Midelt, un technicien de 2M retrouvé sain et sauf    Institut Cervantes : Le cycle du cinéma "Courts-métrages au féminin" en ligne du 7 au 30 décembre    Automobile: les ventes du neuf en baisse    Covid-19 : ce que l'on sait sur le vaccin qui sera administré au Maroc    CGEM-DGI : vers une réduction des litiges entre l'Administration et les entreprises    L'Intérieur dénonce les déclarations irresponsables visant des institutions sécuritaires nationales    Une enveloppe de 400 millions de dollars pour une riposte sociale à la Covid    Le tourisme balnéaire au cœur du plan de relance du secteur à Dakhla Oued Eddahab    Tout ce qu'il faut savoir sur la nouvelle cellule terroriste démantelée par le BCIJ à Tétouan (vidéos)    Décès de Aziz Abdelaziz Aïouch, 1er proviseur marocain du lycée Moulay Driss de Fès    Sahara marocain : ARTE dévoile au grand jour les fake news du « polisario »    Le film marocain «Much Loved» bientôt sur Netflix !    Personnes en situation de handicap : l'accès à l'éducation et l'intégration professionnelle au centre de deux conventions interministérielles    La rappeuse marocaine « Khtek » parmi les 100 femmes influentes dans le monde    Une nouvelle cellule terroriste démantelée à Tétouan    Coup de filet du BCIJ: démantèlement d'une cellule terroriste à Tétouan    La directrice de la comm' de la Maison Blanche jette l'éponge    BCIJ : Démantèlement d'une nouvelle cellule terroriste à Tétouan (photos)    Le Hassania d'Agadir tient ses AG le 15 décembre    Le Wydad fin prêt pour la reprise de la Botola    Messaoud Bouhcine: «Les arts vivants sont en crise»    16 cas testés positifs au sein du MAS à la veille de la nouvelle saison : "Jouer football mais penser Covid-19 " !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ahmed Ghayat: « La jeunesse marocaine a été exemplaire durant cette période »
Publié dans Les ECO le 21 - 08 - 2020

Les jeunes ont besoin de reprendre confiance. Pour cela, il faut arrêter de les marginaliser ou de les infantiliser. Mieux, il faut les associer les jeunes à la réflexion, à la décision et à la mise en pratique, estime Ahmed Ghayat, acteur associatif et culturel.
Comment la jeunesse marocaine a-t-elle pu gérer cette période de Covid-19?
La jeunesse marocaine s'est massivement mobilisée durant la période de confinement et même après. Si, au départ, personne ne savait comment gérer cette pandémie, nos jeunes se sont rapidement organisés. La jeunesse marocaine a même été exemplaire malgré toutes les contraintes du confinement et de la précarité qu'il a pu générer. Nos jeunes n'ont pas eu d'autre choix que de se mobiliser, pour protéger leurs proches mais aussi pour pouvoir s'assurer un avenir. Ils ont compris que si ce virus perdure, ils devront vivre dans des conditions difficiles. Or, la jeunesse est, disons-le, la période des libertés et des expériences pour se construire. S'ils ne vivent pas cela aujourd'hui, leur avenir sera remis en jeu, contrairement aux personnes de 50, 60 et 70 ans qui ont eu la chance de déjà vivre leur «jeunesse»... Il y a des questions que nous, adultes, nous posons, mais que les jeunes continuent à vivre dans leur chair et je comprends que cela leur fasse peur... Cette crainte d'un avenir compromis a donné une sacrée impulsion à une jeunesse responsable et très inventive. En effet, qu'ils soient issus des quartiers défavorisés ou un peu plus aisés, les jeunes ont été présents sur le terrain mais aussi sur les réseaux sociaux. Les nouvelles technologies leur ont aussi permis de créer des ateliers pour produire des respirateurs artificiels, des visières, etc. Cette mobilisation inédite est très louable, même si elle devait à la base être le fait des élus municipaux qui ont brillé par leur absence.
Pourtant, les jeunes sont les plus touchés par les effets de la crise…
Le confinement a en effet montré les faiblesses du pays. Je pense aux journaliers, aux jeunes artisans ou encore aux jeunes travaillant dans le secteur du tourisme qui sont embauchés au noir ou ayant des contrats en intérim qui touchent des salaires de misère. Je ne sais même pas s'ils ont pu toucher leurs indemnités… Déjà que le chômage faisait des ravages avant la pandémie, la situation tend à s'aggraver. Les jeunes «déjà» démunis se retrouvent dans une situation de plus en plus précaire. S'il n'y a pas un vrai plan pour favoriser l'embauche des jeunes, la situation sera dramatique pour cette génération puisqu'elle porte l'avenir du pays. Et c'est ce qui fait peur aussi. Pour l'instant, il n'y a aucune visibilité. Il n'y a aucune directive pour les soutenir, les éclairer ou les orienter vers des alternatives.
Que proposez-vous pour «rebooster» cette jeunesse?
Il faut tout d'abord arrêter de les marginaliser ou de les infantiliser. Il faut au contraire leur faire confiance, les associer à toutes les démarches les concernant et s'inspirer de leurs actions. La vraie clé, c'est associer les jeunes à la réflexion, à la décision et à la mise en pratique... Dans l'absolu, j'aimerais voir chaque commune créer une commission où les jeunes seraient représentés, constitueraient une force de proposition et, pourquoi pas, voir les ministères de tutelle (culture et sport, emploi et éducation nationale) s'entourer de jeunes pour proposer des décisions auxquelles une grande partie de la population pourrait adhérer. Jusqu'à présent, celles prises par l'Exécutif ne sont pas pertinentes. Aujourd'hui, la jeunesse ne compte plus que sur la volonté royale. Ce que je pourrais proposer, c'est de lancer un recrutement massif des jeunes dans l'administration. L'on pourrait favoriser les départs à la retraite des anciens fonctionnaires et les remplacer par des jeunes qui ont la compétence et le langage pour échanger avec les autres jeunes de leur communauté. Je suis sûr qu'il y a largement de quoi remplir les rangs de l'administration.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.