Ouverture mardi d'une session extraordinaire de la Chambre des représentants    Sept ans de prison ferme pour une figure du mouvement de protestation populaire en Algérie    Les autorités mauritaniennes s'opposent aux tribulations polisariennes    L'échappée de l'Inter et de Milan en tête du championnat    Le WAC déroule à Ouagadougou et atomise Kaizer Chiefs    Botola Pro D1: Le Raja co-leader provisoire    Des efforts intenses déployés par le Maroc en une année de lutte contre le coronavirus    Une toile de Winston Churchill représentant la mosquée Koutoubia présentée aux enchères à Londres    Décès du célèbre acteur égyptien Youssef Chaabane    Le Maroc annonce sa contribution financière au Plan d'intervention humanitaire au Yémen    Intempéries à Tétouan: les autorités donnent plus de précisions    Le Maroc suspend ses vols avec deux autres pays    Rabat: le Maroc suspend tout contact avec l'Ambassade d'Allemagne (DOCUMENT)    Présidence de la CAF : La FIFA serait-elle en train de baliser le chemin au candidat sud-africain ?    Non au nihilisme !    Football : Qui se chargera du règlement des dettes ?    Recherche et développement : la CGEM s'allie à l'UM6P    Officiel: le Maroc prolonge le couvre-feu    Marrakech: une villa transformée en casino perquisitionnée par la DGSN    Casanearshore Parc: des bâtiments éco-responsables signés Ewane Assets    FCA Morocco : ce que prévoit le MotorVillage pour accompagner sa croissance    Mohamed Bazoum, nouveau président du Niger    Chine : les trois actions efficaces pour éradiquer la pauvreté    Le nouveau clip de Saad Lamjarred fait un carton ! (VIDEO)    La Juve sans joker derrière l'Inter et Milan    Les Robots de l'apocalypse, de Gabriel Banon    Le régime algérien, auxiliaire coupable des séparatistes, adopte un discours aux relents antisémites    Covid-19 au Royaume-Uni : plus de 20 millions de personnes ont reçu leur première dose de vaccin    Samy Mmaee : Ma première sélection, le meilleur moment de ma carrière    Hicham Maidi présente une exposition mêlant l'âme et la matière    JO de Tokyo : France-Etats Unis dès le 25 juillet pour les basketteurs    Annonce des lauréates du programme «Pour les femmes et la science»    Le prisonnier (M.B) «n'a subi aucun traitement dégradant»    Risma: Fort repli du CA à fin décembre 2020    Léger recul de l'activité de Centrale Danone en 2020    Le Club des dirigeants Maroc prospecte les opportunités d'investissement    Entreprise : Yassine Kabbaj, nouveau DRH de JTI Italie    Des acteurs de la société civile latino-américains et africains soulignent l'importance de soutenir l'initiative d'autonomie    ‘'KISSARIYA'', nouvelle sitcom ramadanesque    «Pour moi, la musique est un don de Dieu»    Réunion sur l'accord nucléaire : l'Iran ne considère pas le moment comme «approprié»    Des bureaux de vote au Maroc pour les élections à la Knesset    Ce que l'on sait sur l'état de santé de Mustapha Ramid (PHOTO)    La Bourse de Casablanca démarre en baisse    Lois électorales : Place aux amendements    «Schizophrénies marocaines» de Abdelhak Najib    Troisième grand parti politique aux Etats-Unis? Trump met les choses au clair    Syrie : l'UNICEF appelle au renvoi chez eux des enfants déplacés dans le Nord-Est    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ahmed Ghayat: « La jeunesse marocaine a été exemplaire durant cette période »
Publié dans Les ECO le 21 - 08 - 2020

Les jeunes ont besoin de reprendre confiance. Pour cela, il faut arrêter de les marginaliser ou de les infantiliser. Mieux, il faut les associer les jeunes à la réflexion, à la décision et à la mise en pratique, estime Ahmed Ghayat, acteur associatif et culturel.
Comment la jeunesse marocaine a-t-elle pu gérer cette période de Covid-19?
La jeunesse marocaine s'est massivement mobilisée durant la période de confinement et même après. Si, au départ, personne ne savait comment gérer cette pandémie, nos jeunes se sont rapidement organisés. La jeunesse marocaine a même été exemplaire malgré toutes les contraintes du confinement et de la précarité qu'il a pu générer. Nos jeunes n'ont pas eu d'autre choix que de se mobiliser, pour protéger leurs proches mais aussi pour pouvoir s'assurer un avenir. Ils ont compris que si ce virus perdure, ils devront vivre dans des conditions difficiles. Or, la jeunesse est, disons-le, la période des libertés et des expériences pour se construire. S'ils ne vivent pas cela aujourd'hui, leur avenir sera remis en jeu, contrairement aux personnes de 50, 60 et 70 ans qui ont eu la chance de déjà vivre leur «jeunesse»... Il y a des questions que nous, adultes, nous posons, mais que les jeunes continuent à vivre dans leur chair et je comprends que cela leur fasse peur... Cette crainte d'un avenir compromis a donné une sacrée impulsion à une jeunesse responsable et très inventive. En effet, qu'ils soient issus des quartiers défavorisés ou un peu plus aisés, les jeunes ont été présents sur le terrain mais aussi sur les réseaux sociaux. Les nouvelles technologies leur ont aussi permis de créer des ateliers pour produire des respirateurs artificiels, des visières, etc. Cette mobilisation inédite est très louable, même si elle devait à la base être le fait des élus municipaux qui ont brillé par leur absence.
Pourtant, les jeunes sont les plus touchés par les effets de la crise…
Le confinement a en effet montré les faiblesses du pays. Je pense aux journaliers, aux jeunes artisans ou encore aux jeunes travaillant dans le secteur du tourisme qui sont embauchés au noir ou ayant des contrats en intérim qui touchent des salaires de misère. Je ne sais même pas s'ils ont pu toucher leurs indemnités… Déjà que le chômage faisait des ravages avant la pandémie, la situation tend à s'aggraver. Les jeunes «déjà» démunis se retrouvent dans une situation de plus en plus précaire. S'il n'y a pas un vrai plan pour favoriser l'embauche des jeunes, la situation sera dramatique pour cette génération puisqu'elle porte l'avenir du pays. Et c'est ce qui fait peur aussi. Pour l'instant, il n'y a aucune visibilité. Il n'y a aucune directive pour les soutenir, les éclairer ou les orienter vers des alternatives.
Que proposez-vous pour «rebooster» cette jeunesse?
Il faut tout d'abord arrêter de les marginaliser ou de les infantiliser. Il faut au contraire leur faire confiance, les associer à toutes les démarches les concernant et s'inspirer de leurs actions. La vraie clé, c'est associer les jeunes à la réflexion, à la décision et à la mise en pratique... Dans l'absolu, j'aimerais voir chaque commune créer une commission où les jeunes seraient représentés, constitueraient une force de proposition et, pourquoi pas, voir les ministères de tutelle (culture et sport, emploi et éducation nationale) s'entourer de jeunes pour proposer des décisions auxquelles une grande partie de la population pourrait adhérer. Jusqu'à présent, celles prises par l'Exécutif ne sont pas pertinentes. Aujourd'hui, la jeunesse ne compte plus que sur la volonté royale. Ce que je pourrais proposer, c'est de lancer un recrutement massif des jeunes dans l'administration. L'on pourrait favoriser les départs à la retraite des anciens fonctionnaires et les remplacer par des jeunes qui ont la compétence et le langage pour échanger avec les autres jeunes de leur communauté. Je suis sûr qu'il y a largement de quoi remplir les rangs de l'administration.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.