Assurances: les primes émises en baisse de 6,5% à fin janvier 2021    Recherche biomédicale : c'est parti pour un nouveau défi national !    Devises vs Dirham: les cours de change de ce lundi 8 mars    Laâyoune : saisie de près de 2 tonnes de chira    Oujda : Un individu placé sous surveillance médicale met fin à ses jours    Maroc-USA Examen des moyens de renforcer la coopération culturelle    Voici le nouveau président du FC Barcelone !    Guinée équatoriale : 15 morts et 500 blessés dans des explosions accidentelles dans un camp militaire    Le Maroc, deuxième partenaire commercial africain du Mexique    Indemnité forfaitaire CNSS : Nouvelle vague de bénéficiaires    Prévisions météorologiques pour le lundi 8 mars 2021    Après les troubles au Sénégal, la contestation appelle à de nouvelles manifestations    Manifestants asiatiques et rêve américain    Rencontre avec Mustapha Jmahri autour de la mémoire d'El Jadida    Fatma El Ghalia Charradi, la férue du théâtre et de l' action associative    Ahlam Aboulamal, Une vie rythmée par le monde des arts et du spectacle    La jolie passe de trois du Wydad    Maymouna Amidan, une militante associative de Dakhla dévouée aux personnes vulnérables    Le Raja Casablanca et le Youssoufia Berrechid se quittent sur un nul (VIDEO)    Salma Azzaoui, une sportive marocaine au défi de la rudesse du soccer américain    Quand le Maroco-Allemand, Mohamed Hajib, condamné pour terrorisme, faisait l'apologie des attentats-suicides    Mohamed Essoulimani expose sa dimension spirituelle de la femme    Sahara : Les Nations unies reconnaissent la difficulté de nommer un envoyé spécial    Irak : le pape prie pour les «victimes de la guerre»    Le Bayern rassure sur la blessure de Jérôme Boateng    Recrudescence du variant anglais du Covid : le Maroc referme ses frontières    La promotion des droits sociaux et économiques de la femme au cœur des objectifs majeurs de l'INDH    Exposition: sensualité et audace    «Tisser le temps politique au Maroc»    Le WAC s'approche de la qualification en leader, El Kaabi s'illustre    Déclaration du CA avant le 1er avril    Maroc-Royaume-Uni : une nouvelle route maritime pour contourner les problèmes frontaliers du post-Brexit    Alerte météo: fortes averses prévues au Maroc ce dimanche    La Biélorussie réclame l'extradition de Svetlana Tsikhanovskaïa    Après Espérance -Zamalek : Bencherki en altercation violente avec le coach !    Merkel et son parti voient leur étoile pâlir    Une semaine sous le signe de la stabilité    La femme est appelée à s'affirmer dans les divers registres de la vie sociétale    CNSS : Les crèches privées seront indemnisées    Adoption à la majorité d'un projet de loi organique relatif au processus électoral    L'étape actuelle exige une implication de tous    L'émancipation des femmes passe par casser le «plafond de verre»    Avec « Dilbar », Nora Fatehi dépasse 1 milliard de vues sur Youtube (VIDEO)    CAF / Elections du 12 mars : Ahmed Yahya se retire !    Le Maroc, vice-président du 14e congrès des Nations unies pour la prévention du Crime et la justice pénale    «Sans cesse la langue défait et refait le jeu de son tissage de signes» Lorand Gaspar    SpaceX : Nouvel échec pour la fusée    Le pape célèbre à Bagdad sa première messe publique en Irak    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Migration : la justice espagnole approuve les aides accordées au Maroc
Publié dans Les ECO le 14 - 01 - 2021

Le Tribunal suprême espagnol a rejeté la demande présentée par deux ONG qui contestent l'allocation d'aides au Maroc par le gouvernement espagnol afin de subventionner la lutte migratoire.
La justice espagnole vient de rejeter un recours déposé par des ONG espagnoles. Celles-ci contestent des fonds alloués par les autorités espagnoles à leurs homologues marocaines pour financer la lutte contre l'immigration irrégulière. C'est ce qu'a décrété le Tribunal suprême au sujet du recours déposé par l'association Andalucia Acoge, Access Info Europe ainsi qu'un particulier en sa qualité de contribuable. Andalucia Acoge est une organisation disposant de plusieurs antennes dans cette région, connue pour son travail d'intégration et de suivi des migrants. La deuxième organisation se consacre, elle, à la «défense et la promotion du droit à l'information», tel qu'elle s'auto-définit.
Pour cette haute juridiction, les deux entités n'ont aucune légitimité de réclamer, par voie judiciaire, «l'annulation de l'accord signé le 19 juillet 2019 par le Conseil des ministres, au terme duquel il a été établi l'octroi d'une aide directe de 30 millions d'euros» au profit des autorités marocaines afin de financer les opérations de surveillance de nos côtes et l'arrivée des migrants.
De prime abord, les parties plaignantes s'érigent contre le fait que cette aide provienne du fonds de prévoyance des budgets, qui est consacré aux dépenses cataloguées comme «imprévisibles», à l'instar des catastrophes naturelles. Selon elles, il s'agit d'un usage «inadéquat» de cette ligne de financement.
De son côté, et sans même entrer dans les détails de la plainte, le Tribunal suprême espagnol a rappelé que «l'intérêt de base pour présenter un recours du genre devrait être l'intérêt personnel». Cependant, poursuit le juge de la section III des contentieux administratifs de cette Cour, « il n'est pas prouvé que l'annulation de ce fonds puisse impliquer un avantage ou un bénéfice pour les entités plaignantes». En ce qui concerne le citoyen qui a porté plainte en sa qualité de «contribuable», la Cour a eu recours au même argument : celui de l'»absence de légitimité et d'intérêt direct». «Les arrivées des migrants est le fonds de commerce de plusieurs ONG. Imaginez, pour un instant, que ces arrivées tarissent ou viennent à disparaître. Cela signifie que les budgets alloués à leur fonctionnement seront revus à la baisse, d'où leur empressement à saboter les actions visant à réduire l'arrivée des flux migratoires», nous confie cet ex-bénévole au sein d'une antenne de l'association Andalucia Acoge. En effet, les fonds et aides perçus par ces associations fluctuent en fonction des migrants et personnes prises en charge. Il est somme toute normal que les sommes perçues s'amenuisent quand les arrivées des migrants se font rares. D'où leur empressement à emboîter le pas aux initiatives qui visent le contrôle migratoire. Ce n'est pas la première fois que des voix s'élèvent contre les aides directes ou indirectes allouées auMaroc dans le cadre de la lutte contre l'immigration irrégulière.
Cette année, les cercles et médias proches de la droite ont contesté l'acquisition de véhicules destinés aux forces de l'ordre marocaines dans le cadre de la gestion des flux migratoires. Ceux-ci ont accusé le cabinet de Pedro Sanchez de faire des «dons», alors que le pays traverse une situation économique délicate. Cependant, peu de médias ont pris soin de vérifier la source de financement de ces acquisitions. Il s'agit en effet d'un accord signé entre Rabat et Bruxelles en 2018. L'Espagne n'était que le gestionnaire de ces fonds à travers une institution publique espagnole. Par ailleurs, quand les arrivées de migrants s'intensifient, les Espagnols dénoncent d'une seule voix la «passivité» des autorités marocaines dans le contrôle des migrants, mais s'indignent quand leur gouvernement contribue financièrement à réduire l'impact de la vague migratoire. 
Amal Baba Ali, DNC à Séville / Les Inspirations Eco


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.