Les frontlineuses à l'honneur    Sénégal : l'opposant Ousmane Sonko relâché, les blindés de l'armée investissent la capitale    Lamia Tazi : « Malgré toutes les avancées, la représentativité de la femme dans les organes de décision reste faible »    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 8 mars 2021 à 18H00    Covid-19: le Maroc s'approche des 4 millions de personnes vaccinées    Interopérabilité : les marines Américaine et Marocaine conduisent un exercice militaire au large du Sahara    En attendant l'officialisation de la décision à Rabat, Patrice Motsepe serait le nouveau patron de la CAF    Le Raja tenu en échec par le CAYB    Vers le report ou l' annulation de la CAN U17    Les perspectives dans l'industrie s'améliorent en janvier    Une soixantaine de migrants franchissent la frontière à Melilla    Tollé en Grèce suite à une intervention de musclée de la police pour faire respecter le confinement    Le Royaume cherche-t-il d'autres fournisseurs de vaccins?    Manal Benchlikha: Quand pop marocaine rime avec féminisme    Débat littéraire en ligne autour du livre "Tisser le temps politique au Maroc"    Aides alimentaires : 45 pays dans le besoin, selon la FAO    Usage licite du cannabis: l'examen du projet de loi se poursuit    Maroc : les femmes, encore trop peu présentes dans les médias    Banques participatives : un bilan encourageant en 2020    Adesanya défait pour la première fois, Nunes GOAT!    «La bonne gouvernance et l'importance de l'entraîneur»    Adil Rachid se dit marginalisé par la Fédération...    OCP et Crédit Agricole du Maroc s'allient pour offrir une panoplie de solutions aux agriculteurs    Marie Zular, une juive marocaine qui s'est faite ambassadeur de l'art culinaire et des valeurs de solidarité de sa mère patrie    Al Bayane fête le 8 mars    De la «Mounassafa Daba» en poste de décision avant les élections 2021 ! : Une première pétition lui est dédiée    Usage légal du cannabis au Maroc: ce qu'il faut savoir sur le projet de loi    N°1 mondial: Djokovic savoure «un grand jour»    Birmanie: L'armée tire à balles réelles sur les manifestants    Bris de silence de la poétesse des Doukkala    Le patrimoine millénaire du Royaume exposé au Musée des Confluences-Dar El Bacha    Une célébration de la créativité littéraire féminine    L'ambassadeur israélien en visite à Fès (PHOTOS)    Oussama Tannane dans le viseur de clubs allemands et italiens    Législatives en Côte d'Ivoire : le pouvoir et l'opposition se disputent l'annonce de la victoire    Inauguration de la faculté pluridisciplinaire d'Es-Semara    Guelmim-Oued Noun : La réforme de l'enseignement, tributaire de l'appropriation des projets stratégiques    Vie politique : Vers une meilleure représentativité des femmes    Ligue des champions (3è journée/Gr C) : Trois sur trois pour le Wydad    La CNSS annonce des indemnités aux industries culturelles, des crèches et des salles privées de sport    Hausse de plus de 17% du parc des abonnés Internet en 2020    50 femmes qui comptent : Saloua Belarbi, Directrice Communication, Sponsoring & Evénementiel chez Maroc Telecom    Le Maroc élu à la vice-présidence    France: un député tué dans un accident d'hélicoptère    Assurances: les primes émises en baisse de 6,5% à fin janvier 2021    Laâyoune : saisie de près de 2 tonnes de chira    Exposition: sensualité et audace    Avec « Dilbar », Nora Fatehi dépasse 1 milliard de vues sur Youtube (VIDEO)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Inde : prochaine référence dans la production de vaccins ?
Publié dans Les ECO le 21 - 01 - 2021

Alors que la pandémie de la Covid-19 continue de faire ravage à travers le monde, l'industrie pharmaceutique indienne s'est imposée en force et a pu maintenir des chaînes d'approvisionnement même durant la période de confinement. Les médicaments génériques, les Ingrédients pharmaceutiques actifs (API), les masques de protection et les dispositifs médicaux, sont autant de produits mis sur la liste des exportations indiennes vers plus de 150 pays. Un véritable leadership mondial qui maintient ainsi l'image du pays en tant que «Pharmacie du monde». Selon des statistiques officielles, l'Inde contribue à hauteur de 60% à la production mondiale de vaccins et fournit plus de 43% des médicaments génériques utilisés dans le monde. Mais, Quid de la production et la distribution des vaccins ? Au moment où les campagnes de vaccination s'enchaînent à travers le monde, plusieurs pays ont jeté leur dévolu pour l'approvisionnent en vaccins sur l'Inde qui a déjà lancé une méga-campagne de vaccination de ses 1,3 milliard d'habitants.
En fait, le géant asiatique a récemment autorisé pour «une utilisation d'urgence» deux vaccins, l'Oxford-AstraZeneca, produit par le Serum Institue of India (SII), sous le nom de Covishield, et le Covaxin, développé localement par la société indienne Bharat Biotech. Comme c'était le cas pour le fameux Hydroxychloroquine, l'Inde a affirmé à maintes reprises son intention d'exporter les vaccins Covid19 tout en assurant ses besoins intérieurs. Fière de son industrie pharmaceutique très développée et de son réseau titanesque de quelque 3.000 sociétés pharmaceutiques et 10.500 unités de fabrication, la troisième économie de l'Asie jouera à coup sûr un rôle clé dans la distribution des vaccins dans le monde. Alors que des sociétés indiennes comme Bharat Biotech, Zydus et Genova œuvrent d'arrache-pied pour assurer la production de vaccins 100% indiens, d'autres entreprises nationales collaborent avec des entreprises mondiales telles que le SII avec AstraZeneca, Biological E avec Johnson & Johnson et le Dr Reddy's Laboratories avec Spoutnik V. Outre le SII, la société indienne Bharat Biotech, l'un des premiers laboratoires à développer des vaccins contre les maladies virales comme Chikungunya et Zika, entend également commercialiser son Covaxin. Bien qu'approuvé «en urgence» par les autorités indiennes, le Covaxin a fait couler beaucoup d'encre chez les milieux scientifiques, notamment préoccupés par le manque de données sur ses essais cliniques. Des inquiétudes dissipées par le directeur de Bharat Biotech, Krishna Ella, qui a affirmé que «notre travail n'était pas inférieur à celui de Pfizer». Dominé à 95% par les médicaments génériques, le secteur pharmaceutique indien est susceptible de passer à une industrie de 65 milliards de dollars d'ici à 2024 puis à 120 milliards de dollars à l'horizon 2030. «C'est le moment le plus opportun pour investir dans ce secteur en Inde», estime le ministre indien des Produits chimiques, Sadananda Gowdale qui a noté que le segment des dispositifs médicaux a le potentiel de croître de 28% par an pour atteindre 50 milliards de dollars d'ici à 2025. Un appel à l'investissement qui s'explique en grande partie par les efforts de la troisième économie de l'Asie visant à relancer une économie en berne qui a enregistré une contraction record de 23,9% au premier trimestre de l'exercice en cours, avant que le repli du PIB ne se rétrécisse à 7,5% au deuxième trimestre. L'Inde mène depuis des années une «diplomatie du médicament», mais elle a dû reconnaître qu'elle dépendait, elle-aussi, de la Chine, l'autre géant du médicament générique pour s'approvisionner en API. En fait, l'Inde achète 70% de ses matières premières pharmaceutiques auprès de la Chine. Une dépendance qui inquiète plusieurs parties en Inde ayant déjà commencé à explorer les moyens à même d'assurer la production en masse des API en Inde.
Sami Nemi avec MAP / Les Inspirations Eco


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.