Le leader indépendantiste catalan Carles Puigdemont interpellé en Italie    Le PPS va continuer d'œuvrer pour servir l'intérêt supérieur de la Nation, à partir de sa position dans l'opposition nationale démocratique    Publication d'un guide pratique sur les mécanismes consultatifs de plaidoyer civil dans les foras internationaux    Le retour au débat politique    Transports urbains. Casablanca disposera d'un musée dédié    Macron et Biden tentent un « retour à la normale »    Somalie : Rien ne va plus entre le Président et son Premier ministre    L'ambassadeur Hilale reçu en audience par le président de la République Centrafricaine    Guatemala : Le volcan Fuego entre en éruption    Le MCO s'incline à domicile face à l'AS FAR    Qualification historique pour les Lions de l'Atlas !    MDJS lance « Nt7arko w Nktachfo »    Coronavirus. La pandémie prendra fin dans un an selon le PDG de Moderna    Hommage à feu Noureddine Sail, figure incontournable de la scène culturelle marocaine    L'Oriental Fashion Show sur le podium    Festival du cinéma d'Alexandrie: le film «La dernière vague» de Mustapha Farmati présent à la compétition des courts métrages    Entretien avec Omar Mahfoudi, artiste plasticien    Le label New District présente son premier artiste, Hassa1    Tendance baissière du covid-19 au maroc depuis 5 semaines    Qui est Ali Ben Lmadani?    Partenariat Transdev-SIE pour promouvoir des solutions de performance énergétique    Lamiaa Amghar: "Des exonérations fiscales au profit des établissements d'animation touristique"    Pass sanitaire. La France reconnait désormais les vaccins chinois, mais à une seule condition    Bientôt un test pour distinguer la grippe de la covid-19, fabriqué et commercialisé au Maroc    Un nouveau single égyptien en vidéoclip dédié au Maroc    Streaming: Spotify célèbre la sauce Hip-Hop made in Morocco    Genève : Initiative conjointe du Maroc, du Bahreïn, d'Israël et des EAU pour promouvoir le rôle des femmes dans la paix et la diplomatie    Bilan mondial Covid-19 : 4 715 000 morts dans le monde, la pression hospitalière poursuit sa décrue au Maroc    Casablanca : Un trio d'agresseurs écroué    El Mustapha Tanaoui du PI élu président du conseil communal de Settat    Khammar Mrabit : « Il est important d'avoir une application nucléaire sûre et sécurisée en Afrique »    Mondial Futsal 2021: Le Maroc affrontera le Brésil ou le Japon en quart !    Cyclisme: les Mondiaux 2025 à Kigali, au détriment de Tanger    L'ASMEX prospecte les opportunités d'affaires au Japon    ''Maroc-Mantlet 2021'' : Le Maroc et les Etats-Unis coopèrent sur la gestion des catastrophes    Une autre décision bizarre : l'Algérie ferme son espace aérien à tous les avions marocains    Barid Al-Maghrib et FNM émettent un timbre-poste à l'occasion de l'exposition «Delacroix»    Tunisie : Kaïs Saïed renforce les pouvoirs de la présidence    Tanger : Mise en échec d'une grosse opération de trafic de cocaïne    Equivalence du pass sanitaire marocain : Les clarifications de l'UE    Ligue 1 : Un doublé victorieux de Hakimi face à Metz !    Qualifications Coupe du monde 2022 : Le Soudan "reçoit" le Maroc au Caire en novembre prochain    Manche : 66 migrants embarqués vers l'Angleterre sauvés    Affaire du meurtre de deux experts de l'ONU en RDC: Incuplation d'un journaliste congolais    CDG Capital Insight s'attend au maintien du taux directeur à 1,50%    «Intelcia IT Solutions» lance deux business lines dédiées au opérateurs télécoms    Washington réitère son engagement à accompagner l'agenda de réformes de SM le Roi Mohammed VI    Le CSPJ annonce l'arrêt de la liste définitive des candidats à l'élection des représentants des magistrats    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



À la découverte de la force de l'Inde
Publié dans Les ECO le 27 - 03 - 2016


Scène d'embouteillages à New Delh
À cheval entre le progrès et le sous-développement, l'Inde est un pays émergent très fascinant. Son économie est propulsée par un savoir-faire affirmé dans des secteurs phares tels que l'automobile, l'informatique, ainsi que l'industrie pharmaceutique et cinématographique, qui constituent ses forces motrices.
Dimanche 13 mars, il est presque 8 heures à New Delhi. Notre avion vient de se poser sur le tarmac de l'aéroport international Indira Gandhi, après un vol de 3h au départ de notre escale d'Abu Dhabi. Pour nous, voyageurs en provenance de Casablanca, le périple doit durer plus de 15 heures. Dès la sortie de l'avion, l'Inde nous ouvre grandement ses bras. Les premières impressions sont plutôt bonnes en cette matinée ensoleillée. Le visiteur qui débarque pour la première fois dans ce pays est automatiquement frappé par l'immensité et la modernité de cet aéroport extrêmement bien entretenu. Très rapidement, les passagers passent les contrôles des services de l'immigration, qui y disposent de 48 guichets. Dès qu'ils franchissent cette étape, ils récupèrent aussitôt leurs bagages qui les attendent sur de longs tapis roulants. Jusque-là, c'est plutôt le calme qui prédomine.
Capitale des klaxons
Mais dès la sortie du Terminal 3, place à un brouhaha impressionnant qui vous souhaite la bienvenue dans un pays de plus d'un milliard d'habitants. Ici, ça bouge énormément, même en ce dimanche férié. Pour rallier le centre-ville, il faut compter au moins une quarantaine de minutes, avec un chauffeur qui maîtrise parfaitement le circuit dans cette capitale où les embouteillages sont spectaculaires, sous le rythme des klaxons stridents. New Delhi, fondée à l'aube du XXe siècle par les colons britanniques, est la capitale de l'Etat fédéral de l'Inde. La verdure et la belle architecture du centre-ville contrastent profondément avec la pollution et l'odeur suffocante de ses quartiers périphériques. En parcourant cette citée dotée des infrastructures de transport les plus modernes, on se rend compte des efforts considérables accomplis par les autorités pour faciliter la vie à ses habitants. Cependant, le pari semble loin d'être gagné, tant la pression démographique est forte.
Un pays, plusieurs visages
En Inde, les contrastes sont particulièrement saisissants. C'est à la fois un pays qui n'a rien à envier aux nations les plus développées, mais qui partage aussi les maux du sous-développement avec le reste du tiers-monde. Tel est le cas de New Delhi, mais aussi de toutes les villes du pays, comme la très stratégique métropole d'Hyderabad. Située au centre de l'Inde, à plus de 2 heures d'avion de New Delhi, Hyderabad est la capitale du nouvel Etat du Telangana, créé en juin 2014. C'est une cité cosmopolite très marquée par l'influence islamique, depuis sa fondation au XVIe siècle par le sultan Muhammad Quli Qutb Shah. À travers une projection en sons et lumières, son passé glorieux est contée tous les soirs au Fort de Golkonda, l'une de ses attractions touristiques.
La force de l'Inde
C'est également à Hyderabad que l'Inde concentre parmi ce qu'elle a de meilleur à offrir au reste du monde. On y retrouve par exemple la multinationale «Infosys», spécialisée dans les TIC, un secteur qui pèse 146 milliards de dollars dans le pays, soit plus de 8% de son PIB. Fondée en 1981, «Infosys» est un symbole de l'émergence et du savoir-faire indiens dans les prestations de services informatiques. Aujourd'hui, cette société emploie plus de 193.000 salariés de 115 nationalités, en majorité des ingénieurs et consultants informatiques. Autre success-story 100% indienne, c'est le laboratoire «Bharat Biotech». Il est quasiment le seul dans les pays en développement à affronter les puissantes industries pharmaceutiques occidentales dans l'invention et la production de vaccins. À ce jour, «Bharat Biotech», dirigé par le très sympathique Dr. Krishna M. Ella et son épouse Suchitra, est l'un des rares laboratoires au monde à avoir réalisé des progrès significatifs dans la mise au point d'un vaccin contre le virus Zika, qui sévit en Amérique latine.
Immersion dans Bollywood
Enfin, en parlant de l'Inde, on ne peut omettre son industrie automobile, avec la marque «Tata», mais surtout, sa vitrine cinématographique représentée par Bollywood. Presque le tiers de la production «bollywoodienne» est tourné à Hyderabad, dans l'impressionnante «Ramoji Film City», la plus grande ville de tournage au monde. Sur place, des moyens colossaux ont été investis pour équiper le site de production des films indiens, premier ambassadeur du pays dans le monde. C'est ici qu'est fabriqué, avec brio, le mythe sur la magie de l'Inde. Une image en partie réelle, tant l'Inde foisonne de diversités qu'une simple visite d'une semaine ne saurait permettre de cerner.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.