Sommet arabe : Tebboune envoie un nouveau message à l'émir du Qatar    Maroc – Malawi : Achraf Hakimi présent pour les derniers réglages    Lydec renouvelle ses réseaux de Maârif    Des Wissams Royaux accordés à des fonctionnaires de l'Education nationale    Le pain ou la maladie: l'étendue du dilemme marocain    Environnement: HIT RADIO et l'UE récompensent les meilleurs projets (VIDEO)    USFP. Jawad Chafik: « Il n'existe aucun amendement servant l'intérêt de Lachgar! » (VIDEO)    Sahara marocain: des experts US taclent l'Algérie    Covid-19 : Une sortie de la phase aiguë de la pandémie est possible cette année pour l'OMS    Banques: la position de change s'améliore    La Bourse de Casablanca débute ce lundi en légère hausse    Les Houthis tirent des missiles contre les Emirats et l'Arabie    Présidentielle. Macron: « J'annoncerai ma décision en temps voulu »    Retour des l'ambassadrice du Maroc en Allemagne au cours de cette semaine    Chelsea: Ziyech s'exprime après son superbe but contre Tottenham    CAN-2021: La Gambie se qualifie aux quarts de finale aux dépens de la Guinée (1-0)    CAN: tout ce qu'il faut savoir sur le match Maroc-Malawi    Real Madrid-Elche: Benzema cambriolé pendant le match (PHOTO)    Maroc: reprise des cours en présentiel dans plusieurs écoles    Alerte météo: chutes de neige dans plusieurs villes du Maroc    Maroc/Covid-19 : le point sur la campagne nationale de vaccination à date du 24 janvier    Omicron au Maroc: le pic de la vague atteint (Dr Merabet)    Narjis El Hallak célèbre le baptême de sa fille: la cérémonie comme si vous y étiez (VIDEOS)    «L'homme est né pour se perdre dans l'étendue inconnue de son périple»    «Indigo» de Selma Bargach dans les salles de cinéma    Les Industries Culturelles et Créatives présentent une étude sur la transformation du secteur    Enquêtes de conjoncture: le HCP appelle les entreprises à souscrire à la plateforme digitale    Liban: l'ex-Premier ministre Saad Hariri annonce son retrait de la vie politique    Rapport de HRW: la partie réservée au Maroc présente des données « sans fondements ni réels ni juridiques    PL : Tottenham envisage d'enrôler Sofyan Amrabat    CAN 2021: les Comores défient le Cameroun, la Guinée affronte la Gambie    Covid-19: Que sait-on du sous variant d'Omicron BA.2 ? (Spécialiste)    La Fondation Zakoura fête ses 25 ans d'engagement en faveur du développement humain    Mondial (Qatar-2022)- Matchs barrage-Afrique. L'Algérie ... encore «sabotée» ?    L'écosystème marocain face à un nouveau risque, les abeilles désertent    HRW accusée d'implication dans une «campagne politique systématique hostile» au Maroc    Turquie: l'aéroport d'Istanbul paralysé par la neige    Meknès : Restauration des mosaïques de Volubilis    Pour financer sa croissance, Mutandis augmente son capital à la bourse de Casablanca    Aide à l'Ukraine: la Commission européenne prépare un nouveau « paquet » de 1,2 milliard d'euros    Paris : La Bourse plonge nettement sous les 7.000 points    Stof, la punk attitude comme manière de vivre...Un documentaire fort et percutant à (re)voir en Replay    Températures prévues pour le mardi 25 janvier 2022    Burkina Faso. Le président Kaboré détenu dans un camp militaire    Covid-19/France : Le pass vaccinal remplace le pass sanitaire à compter de ce lundi    Armand Boua révèle ses «enfants de Yopougon» et de Tanger chez Montresso    « Les constellations de la Terre », le paysage plastique au Maroc    La justice britannique examine la demande d'appel de Julian Assange pour suspendre son extradition    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La vaccination, seule issue de la crise pandémique (Chercheur)
Publié dans Les ECO le 17 - 08 - 2021

La seule issue pour sortir de la crise sanitaire pandémique passe forcément par la vaccination, a affirmé le médecin et chercheur en politiques et systèmes de santé, Tayeb Hamdi.
« En l'absence de traitements efficaces contre la COVID-19, la seule issue de cette crise sanitaire pandémique passe par la vaccination », a souligné le chercheur dans un article.
« On espérait mettre fin à cette pandémie par le biais de l'immunité collective mais l'émergence de nouveaux variants plus transmissibles les uns que les autres, en décide autrement », a-t-il noté, expliquant que l'immunité collective correspond au niveau de la protection immunitaire d'une population vis-à-vis d'un agent infectieux, qui permet d'arrêter une épidémie en empêchant la transmission de l'agent infectieux à de nouvelles personnes immunisées ou non.
D'après lui, l'immunité collective, quand atteinte, correspond à une sorte de barrière immunitaire qui empêche le virus de se propager et de trouver des hôtes potentiels pour sa multiplication. Ainsi, a poursuivi Hamdi, la population est entièrement protégée, celle immunisée comme celle qui ne l'est pas pour des raisons diverses, grâce à cette barrière.
Il a, ensuite, noté que le taux de cette couverture varie en fonction de la contagiosité du virus. Pour le variant Delta dont le R0 avoisinerait la valeur 8 au lieu de 3 pour la souche classique, le taux de couverture à atteindre pour l'immunité collective est estimé à plus de 85% de la population, c'est dire pratiquement toute la population ou presque, a fait observer le chercheur en politiques et systèmes de santé.
En plus, a-t-il enchainé, ce variant réduit l'efficacité des vaccins et infecte une partie de la population déjà infectée ou déjà vaccinée. Des personnes vaccinées peuvent attraper le virus et même le transmettre, moins que les non vaccinées, au moins trois fois moins. Heureusement, les personnes complètement vaccinées ont une forte chance de ne pas faire des formes graves et décèdent rarement à cause de la COVID.
Au vu de toutes ces données, a relevé Dr. Hamdi, le variant Delta continuera à chercher et à infecter toutes les personnes qui ne sont pas immunisées. « On verra certainement l'émergence d'autres variants qui seraient plus risqués que Delta, tant que le virus se multiplie librement dans plusieurs régions dans le monde à cause de l'injustice vaccinale », a-t-il soutenu.
Pour lui, la barrière immunitaire espérée et constituée par l'immunité collective sera calquée sur la vaccination collective : pour se protéger, il ne sera plus possible de compter sur la vaccination des autres (immunité collective) mais sur sa seule propre vaccination (vaccination collective et protection individuelle).
L'association de cette large vaccination à un respect des mesures barrières nous permettra de revenir à une vie presque normale avec plus de libertés, plus d'activités, plus de sécurité, en attendant la fin de la pandémie à l'échelle planétaire, seul gage d'un vrai retour à la vie normale, en se préparant à affronter plus sagement les causes profondes de ces crises sanitaires.
Au Maroc et grâce à l'approche anticipative et proactive sous l'impulsion de SM le Roi Mohammed VI, le Royaume peut emprunter cette voie qui n'est malheureusement possible que pour quelques pays qui ont su et réussi à vacciner une bonne partie de la population et continuent de le faire, a souligné Dr. Hamdi.
Pour une année ou deux à venir, le retour à une vie presque normale et la reprise de la croissance économique dépendront largement de cette approche, a-t-il conclu, prévenant qu'une fracture se creusera de plus en plus dans le monde entre ceux qui ont pu vacciner et ceux qui sont à la traine.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.