Coronavirus : 42 nouveaux cas, 7643 au total, jeudi 28 mai à 18h    La marocanité du Sahara, une «réalité appuyée par des preuves historiques solides»    Les distributeurs : le mauvais cheval de l'Etat    Zaki élu meilleur gardien de l'histoire de l'Afrique    La Serie A ouvre ses portes à Mazraoui    Nabil Benabdallah: «le rôle de l'Etat est capital dans la gestion de la prochaine étape»    Le transport en relooke dans le Souss!     Des experts africains reconnaissants à SM le Roi    Coronavirus : que les roquets se taisent !    L'ennemi n° 1    Afghanistan: L'échange de prisonniers comme premier pas vers la paix?    HCP: Le Maroc se retrouve très proche de la zone de succès    «Nous vous aideront à affiner le protocole si cela est nécessaire»    Qu'en est-il pour le jour d'après?    «Un roman qui prend son temps, mais sans manquer de vitesse»    Coronavirus/masques : une unité industrielle à Chichaoua réoriente son activité    L'ONCF annonce un retour progressif à partir du 1er juin    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    Vent de précampagne électorale dans les barreaux    Justice: Un premier agenda pour l'après-confinement    La loi sur les travailleurs sociaux au Conseil du gouvernement    «Living in Times of Corona», des films de l'intérieur    La conjonction de tous les risques    Liaisons maritimes pour rapatrier les touristes français bloqués au Maroc    CGEM : un plan de relance de 100 milliards DH sur 12 mois    Le Maroc se classe en tête des pays africains les plus intégrés sur le plan macroéconomique    Violence contre les femmes à Marrakech : 30 appels téléphoniques enregistrés en deux semaines    Contribution de l'INDH à la lutte contre le Covid-19 à Taounate    Programme intégré pour lutter contre le coronavirus à Asilah    Ligue des champions, Coupe de la Confédération et CHAN s'acheminent vers l'annulation    L'examen du calendrier de la saison 2020 au centre d'une réunion en ligne de l'Union arabe de karaté    Reprendre, oui mais comment ?    Disny accusée d'avoir fermé les yeux sur 14 ans de harcèlement sexuel    Alliance irano-vénézuélienne contre le blocus de Washington…    Hakimi a-t-il dit adieu au titre de champion?    L'engagement documentaire    Direction Fenerbahçe pour Yassine Bounou ?    Il est grand temps de penser le Maroc d'après    Les stars de la musique africaine en concert virtuel    HBO mise sur son catalogue pour booster sa nouvelle plateforme de streaming    Procès à distance : 6.001 détenus bénéficiaires    Hong Kong se soulève contre un projet loi imposé par Pékin…    VH et MFM lancent un grand concours et une expo à vocation solidaire    France: La demande du CFCM aux mosquées    Aid El Fitr: Le Roi gracie 483 détenus    Forte participation au concours de déclamation du Coran à distance    L'ambassade du Maroc à New Delhi en première ligne    A Madagascar et à travers l'Afrique, la ruée controversée vers l'artemisia    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Spoliation immobilière: les mesures restrictives portent leurs fruits
Publié dans Le Site Info le 16 - 09 - 2019

L'entrée en vigueur des nouvelles lois pour lutter plus efficacement contre le phénomène de spoliation immobilière ouvre la voie à la sécurisation et l'immunisation de la propriété foncière, a affirmé lundi à Rabat le ministre de la Justice Mohamed Aujjar.
Lors de la réunion de la commission chargée du suivi du dossier relatif à la spoliation immobilière, Aujjar a souligné que conformément aux recommandations de cette instance, le ministère a élaboré des projets de loi de concert avec les parties concernées, lesquels textes ont été adoptés au Parlement.
Il s'agit d'une révision du Code des droits réels ainsi que de certaines dispositions du Code de procédure pénale et du Code pénal.
Le ministre a dans ce contexte assuré qu'aucune affaire de spoliation de biens immobiliers n'a été enregistré grâce aux mesures prises depuis la mise sur pied de la commission de suivi, relevant que les actions entreprises ont permis d'endiguer ce fléau.
Le diagnostic dressé par la commission, a-t-il rappelé, a révélé que le recours aux procurations sous seing-privé lors de la conclusion d'actes de transfert de la propriété ainsi que certaines défaillances à caractère législatif s'agissant des attributions des pouvoirs judiciaires compétents dans la séquestration des biens objet de spoliation, sont parmi les facteurs à l'origine de la recrudescence de ce phénomène.
Parmi ces facteurs aussi figurent les divergences au niveau des peines relatifs aux délits de falsification commis par les rédacteurs des actes, ainsi que le manque législatif apparent en matière d'organisation de l'acte de procuration et d'organisation juridique des entreprises civiles.
En outre, un inventaire des biens en déshérence a été réalisé en coordination avec le ministère de l'Intérieur et de l'Agence nationale de la conservation foncière, du cadastre et de la cartographie (ANCFCC), permettant d'établir ainsi un total de 4.037 titres fonciers, a précisé Aujjar.
Il a également rappelé que l'ANCFCC a lancé le service Mouhafadati qui offre à tout propriétaire adhérant la possibilité de suivre à distance la situation de son bien immatriculé.
L'agence a également mis en place d'autres services électroniques destinés à prévenir et à mettre fin aux cas de spoliation foncière. Il s'agit entre autres de la publicité numérique et du titre foncier numérique permettant notamment aux usagers de prendre connaissance gratuitement des annonces publiées au Bulletin officiel.
Aujjar a dans le même contexte insisté sur l'importance d'une mobilisation continue de toutes les parties concernées pour mettre en œuvre les décisions et les recommandations concernant le traitement des affaires de spoliation des biens d'autrui soumises aux tribunaux, dans le respect de l'indépendance de la justice.
Cette rencontre s'est déroulée en présence du directeur général de l'ANCFCC, Karim Tajmouti, des représentants des départements concernés, des instances professionnelles et de la société civile.
Regroupant des hauts cadres des ministères de la Justice, de l'Intérieur et des Affaires étrangères et de la coopération internationale, des juristes ainsi que des représentants d'associations, la commission anti-spoliation se réunit régulièrement au moins une fois tous les six mois.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.