Les Emirats Arabes Unis ouvrent un consulat à Laâyoune    Volleyball: le message du roi Mohammed VI à Bouchra Hajij    Covid-19 : une étude britannique fait état d'une diminution rapide de l'immunité acquise chez les malades asymptomatiques    PLF 2021: l'opposition déplore « un manque d'audace »    Banques participatives: 7,7 MMDH de financements accordés à fin juin 2020    Un autre pays africain ouvre son consulat à Laâyoune    Prison de Tiflet: le chef de la cellule terroriste démantelée à Témara commet un meurtre    Crimes et violence au Maroc: 220.000 arrestations en 2020    FC Barcelone: Josep Maria Bartomeu démissionne    Le président de la FIFA testé positif au covid-19    Tourisme: quelle est la perception générale de la destination Maroc ? (Etude)    3988 nouveaux cas au Maroc: la répartition par régions    Aïd Al Mawlid: contrôles renforcés à Tanger    Magazine : F.C. Séville et Atalanta Bergame, deux clubs qui donnent des leçons gratuites    Ce que l'on sait sur l'assassinat d'un gardien de prison par «Moul triporteur»    Football : La Renaissance Sportive de Berkane sur le toit de l'Afrique    Le Maroc plaide à l'ONU pour un système multilatéral renouvelé et plus équitable    Habib El Malki reçoit son homologue libyen    Les fondements psychologiques de l'incorrection de Trump lors des débats présidentiels    Sektioui, brillante transition de la pelouse au banc    Bouchra Hajij élue présidente de la CAVB    Hausse de l' encours global des avoirs conservés par Maroclear en 2019    Maroc Telecom, "Top Performer RSE" pour la 7ème fois consécutive    Le Conseil supérieur des oulémas dénonce toute forme d'atteinte à la sacralité des religions    Journée du patrimoine audiovisuel, une "fenêtre sur le monde " au temps de la Covid19    Les révélations inattendues de Lara Fabian    "Eclat d' amour et des amours confinées " , nouveau recueil de Bouchra Fadel    Coronavirus au Maroc : le bilan bimensuel du ministère de la Santé    Intox au sujet de la forêt de Bouskoura : Les précisions du département des Eaux et Forêts    US Round Up du mardi 27 octobre – Elections américaines, Wall Street, La juge ACB, le Dakota du Sud    « Finding Agnes ». Le Maroc inspire les réalisateurs étrangers    Les signatures et approbation des marchés déléguées aux directeurs régionaux    Un 5ème Sela Park pour Aradei Capital    Port du masque : les autorités locales donnent des chiffres    Ce facteur augmenterait le risque de mourir du Covid-19    Dans un communiqué conjoint du PPS, PI et PAM    L'UEM annonce la tenue de son prochain congrès    La semaine mondiale de l'entrepreneuriat en sa 2è édition    Najlae Benmbarek: directrice de la diplomatie publique    Chili: La troisième mort de Pinochet    Khalid Ait Taleb : « Le taux d'occupation des lits dans les services de réanimation est passé de 5% au début de la pandémie à 31,3% aujourd'hui »    Hier, l'avenir était meilleur !    La vie est belle dans les yeux d'un homme qui aime le cinéma    Caricatures du prophète : Le « Conseil des sages musulmans » veut poursuivre Charlie Hebdo en justice    "La démondialisation", thème de la 9e édition des Dialogues Stratégiques    Aquaculture Coopération maroco-espagnole pour lancer des projets au niveau du littoral nord    Conférence : L'Afrique dans la pensée de Feu SM Hassan II sous le feu des projecteurs    « La Maroc artistique » vu par Bank Al-Maghrib    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





CGEM: programme, priorités, élections… Chakib Alj dit tout (Entretien)
Publié dans Le Site Info le 14 - 01 - 2020

La Confédération générale des entreprises du Maroc élira, le 22 janvier, ses nouveaux patrons. Chakib Alj et Mehdi Tazi, respectivement candidats à la présidence et vice-présidence, sont seuls en lice. Alj a accordé un entretien à nos confrères de Les Ecos pour dévoiler les priorités de son programme.
La CGEM a connu une période de dissensions internes. Comment comptez-vous fédérer les membres de la confédération autour de votre candidature ?
Mehdi Tazi et moi sommes d'âges et d'expériences différents, mais sommes cependant complémentaires. J'ai cumulé des années d'expérience dans l'industrie, et Mehdi dans les services avec une solide connaissance des marchés africains. Dans le cadre de cette campagne, nous organisons une tournée dans les différentes régions et fédérations avec un objectif précis: comprendre les spécificités de chacun pour avoir une vision claire des attentes de nos adhérents. Nous souhaitons une CGEM pour tous, ouverte aux jeunes et aux petites entreprises pour rompre avec l'image élitiste qui lui colle jusqu'à présent à la peau. Nous sommes des hommes de terrain. La fédération des membres de la CGEM et le consensus résulteront de notre programme et de nos résultats.
Quelle est votre vision globale concernant la CGEM pour la prochaine période, et quelles sont les priorités de votre programme ?
L'heure est à la mobilisation générale du secteur privé pour relancer le développement économique de notre pays. Nous portons une responsabilité forte, celle de relancer l'économie et donc l'emploi, pour offrir à nos concitoyens un avenir prospère. Pour relancer l'économie, il faut absolument la confiance, et pour cela, nous travaillons sur quatre axes que nous sommes en train de compléter dans le cadre de notre tournée des régions et fédérations. D'abord, lever les barrières à l'investissement pour les entreprises de toutes tailles, dans toutes les régions. Il faut renforcer le capital marocain dans l'industrie nationale en donnant plus de visibilité sur les marchés publics, en instaurant une préférence nationale pour nos entreprises citoyennes, et en améliorant la perception du «made in Morocco». Cela passe aussi par le fait de favoriser la concurrence loyale pour rendre attractif l'acte d'investir dans le formel.
Quelle est la place réservée aux TPE et PME dans votre programme ?
Nous défendons l'ouverture de nouveaux marchés pour nos petites et moyennes entreprises. De ce fait, nous devons accélérer l'export pour nos entreprises en renforçant les dispositifs d'accompagnement via la création d'un fonds, en simplifiant les dispositifs d'accompagnement actuels et en développant la «chasse en meute». Nous pensons également inciter l'investissement dans les régions, par exemple en développant des partenariats public-privé (PPP) pour les plans de développement régionaux. Il nous faudra adapter les compétences de nos entreprises aux enjeux d'aujourd'hui et de demain: le capital humain est fondamental et nous devons réorienter la formation pour la rendre plus efficace et efficiente. Nous souhaitons nous inspirer de modèles d'ingénierie innovants comme ceux de l'automobile ou de l'aéronautique, qui ont déployé des centres techniques d'excellence pour répondre aux spécificités de chaque secteur. La généralisation de la bonne gouvernance au sein de nos TPME est également fondamentale, notamment pour faciliter les sujets liés au financement par les banques.
Comment comptez-vous rallier les membres de la CGEM à votre démarche ?
En offrant des services impactants à nos membres et en repensant le rôle de la CGEM. Nous comptons renforcer le dialogue des entreprises avec l'administration en développement des «corridors» entre la CGEM et ces administrations, déployer une plateforme B to B plus efficace pour développer le business entre les membres, faciliter la relation avec les banques, etc. Je rappelle que la CGEM représente plus de 90.000 entreprises (directement et indirectement) et certainement plus de 60% du PIB du royaume aujourd'hui. Nous sommes le représentant officiel du secteur privé. Notre force vient de notre représentativité, et nous souhaitons la consolider pendant notre mandat pour peser davantage dans notre environnement économique.
Au lendemain de votre élection, quel sera le premier dossier que vous mettrez sur la table du gouvernement ?
Les priorités avec le gouvernement sont multiples: réinstaurer la confiance entre la DGI et les entreprises, prendre à bras le corps la problématique des délais de paiement, simplifier les procédures administratives, en particulier au niveau local, participer au lancement d'un nouveau plan d'industrialisation, reprendre les négociations autour du dialogue social, etc. En tout état de cause, nous voulons établir une relation de partenariat et de confiance entre le gouvernement et la CGEM. C'est de cette façon que nous pourrons être efficaces et dérouler les dossiers.
Quelle est votre conception du rôle du groupe parlementaire de la CGEM, ainsi que la place de la politique au sein de la confédération ?
Le groupe parlementaire de la CGEM est l'émanation de la CGEM. Il a pour rôle de porter la voix de l'entreprise quels que soient sa taille, son secteur d'activité et sa région. La présence des conseillers CGEM à la deuxième chambre permet d'introduire des projets de loi auprès du Secrétariat général du gouvernement et de proposer des amendements. C'est une approche démocratique qui permet de défendre les intérêts du secteur privé de notre économie dans la plus grande transparence et clarté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.