Maroc-Etats-Unis: une nouvelle année de collaboration fructueuse    Le Discours de la clarté et de l'espérance    Mise en place d'un pacte pour la relance économique et l'emploi    France/Covid-19: Macron annonce une nouvelle mesure    Entretien avec Omar Menzhi, expert en épidémiologie    Fortes chaleurs: Soyons vigilants    Casablanca: le personnel médical exprime son rejet de la décision d'Aït Taleb    Football: La DTN désigne 48 responsables techniques des ligues régionales    Officiel : Wail Sadaoui rejoint le Raja    Belhanda sur les pas d'Amrabat?    La sculpture de Farid Belkahia s'ouvre sur l'espace public    Biélorussie: Svetlana Tsikhanovskaia en passe de détrôner Loukachenko    Les charges communes sont loin d'être des charges exceptionnelles    Alsa Al Baida suspend les lignes de bus Casa-Mohammedia    Pour une politique nationale de la recherche en migration sans discrimination!    Notre e-mag Challenge revient en début septembre    Covid-19 : le Vietnam attaqué par une souche plus virulente    Accident d'Agadir: ce que l'on sait    Troubles de l'érection. La solution existe    Une transaction sur 50 est frauduleuse    Message d'Antonio Guterres au roi Mohammed VI    Traite d'êtres humains : 151 cas en 2019    Approvisionnement en eau potable à Demnate: L'ONEE s'explique    Les répercussions de la Covid-19 sur les banques marocaines    Casablanca: violent incendie au quartier Beauséjour    Covid-19 : Les autorités de Tanger serrent la vis pour contenir la propagation de la pandémie    L'application TikTok sera bannie aux Etats-Unis si...    Le drapeau marocain mis à l'honneur dans le nouveau clip de Beyoncé    Hypertension artérielle : Faites de l'exercice !    Exacerbation de la crise sécuritaire à Tindouf    Le lièvre soulevé par l'USFP suscite le débat    Aggravation du déficit commercial en 2019    C1, C3, C1 dames, L1... Top départ d'un mois d'août fou de foot    Le Raja met la pression sur le WAC    Le surf à l'ère du coronavirus    Le discours du Trône constitue une feuille de route claire pour le présent et l'avenir    Koert Debeuf : L'importance du Maroc dans le conflit libyen réside dans sa neutralité    Début de la 100ème édition du festival de Salzbourg, sous restrictions à cause de la pandémie    Amitabh Bachchan, légende de Bollywood, est sorti de l'hôpital    Ligue 1: le Marocain Azz-Eddine Ounahi quitte Strasbourg pour rejoindre ce club    Bourita: Il y a une convergence de points de vue entre le Maroc et l'Arabie Saoudite    Le Sénat italien lève l'immunité parlementaire de Matteo Salvini    Espagne. Les homosexuels marocains accueillis à bras ouverts    Cross country : Les championnats du monde juniors de reportés jusqu'en août 2021    Redwan El Asmar lance «Samhili»    Parution de la traduction arabe du livre «Les sept patrons de Marrakech»    "L'Oriental et la Méditerranée au-delà des frontières" Le nouveau-né de l'agence de l'Oriental    La chanteuse yéménite Balqees Fathi chante la vie est belle en dialecte marocain    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nasser Bourita revient sur les accusations d'Amnesty International
Publié dans Le Site Info le 15 - 07 - 2020

Les accusations d'espionnage portées par Amnesty International contre le Maroc sont infondées, a affirmé le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l'étranger, Nasser Bourita, soulignant que le Royaume reproche à cette organisation « d'avoir failli au devoir de neutralité et d'objectivité ».
« Loin d'être dans une dynamique de dialogue, ils ont mené une véritable campagne médiatique sur la base d'accusations infondées, induisant plusieurs médias et journalistes dans l'erreur », a déclaré Bourita dans un entretien au journal suisse « Tribune de Genève ».
« C'est énorme et totalement faux. Nous rejetons ces accusations sans équivoque », a-t-il affirmé.
Amnesty International a « tenté de faire le lien dans leur document entre le Maroc et NSO. Or aucune évidence ne vient établir et prouver un quelconque lien. Et jusqu'à présent, les semaines passent sans qu'ils ne puissent étayer leurs dires par des données vérifiables ou des preuves. Ils affirment que seuls les États peuvent pirater les téléphones en utilisant les réseaux qu'ils contrôlent via les opérateurs de téléphonie. Mais aujourd'hui, les appareils qui permettent d'imiter le signal des réseaux et de pirater les téléphones mobiles sont vendus en ligne, » a-t-il expliqué.
Pour le ministre, « il y a également le ton utilisé, dans leurs publications et leurs tweets. Nous ne pensons pas que le «name and shame» soit la meilleure manière de faire progresser les choses, si tenté soit-il que c'est là l'objectif ».
Il a fait observer que la réponse de la secrétaire générale par intérim de l'organisation « ne répond pas à nos questions. Ce que nous attendions, c'est un rapport détaillé étayant les allégations d'espionnage. Nous avons requis un accès à la chaîne de traçabilité du téléphone en question, incluant le software et le hardware, afin que les autorités marocaines compétentes puissent faire leur contre-enquête en bonne et due forme. Car tout un travail s'impose afin de comprendre comment le piratage a pu se faire ».
« Si quelqu'un écoute nos citoyens, a fortiori quelqu'un d'externe, nous devons savoir de qui il s'agit. Aujourd'hui, force est de constater qu'Amnesty n'est pas en mesure d'apporter la moindre preuve. Et nous ne sommes pas les seuls à le dire. Le tribunal de Tel-Aviv a rejeté lundi la plainte déposée par Amnesty contre l'entreprise NSO en justifiant cette décision par l'incapacité d'Amnesty à prouver que le logiciel était utilisé par leur gouvernement. Un autre cas où Amnesty parle sans preuves », a noté Bourita.
« Tout cela fait planer de sérieux doutes sur leur méthodologie. Et le Maroc ne cédera pas à ce chantage », a-il-précisé.
Commentant les allégations contenues dans le dernier rapport d'Amnesty au sujet de la réaction du Maroc, le ministre a fait remarquer que les assertions de l'organisation « balaient d'un revers de la main plus de deux décennies d'acquis en matière de droits de l'homme, reconnus par tous, et d'édification d'institutions et de consolidation de bonnes pratiques pour nous classer dans la même catégorie que des pays qui ont commis de véritables atrocités envers leurs propres populations ».
« Cette déclaration fait également fi des autorités du pays, de sa société civile et de ses citoyens. Quiconque connaît la réalité marocaine de près sait que le Maroc n'a pas de problème avec la liberté d'expression. Nous nous enorgueillissons du dynamisme de notre société civile et notre pays a fait de son développement une politique d'État. Et ça, il faut le reconnaître », a-t-il poursuivi.
Pour la seule année 2020, a-t-il rappelé, Amnesty a publié en toute liberté sept rapports tendancieux sur le Maroc, sans compter les quelque 72 autres documents qui nous ont été ouvertement défavorables, sans que cela ne suscite de réactions des autorités.
« Nous n'attendons pas d'être ménagés, encore moins flattés, mais les réformes entreprises par le Maroc dans le domaine des droits de l'homme ont été empreintes de courage et d'ouverture », a-t-il souligné.
Tout en précisant que le Maroc ne « fait que demander des preuves, ou des excuses » à l'organisation, le ministre a indiqué que » pensons qu'au fond, Amnesty n'a pas les intérêts du Maroc à cœur, ni ceux de ses citoyens ou de ses institutions ».
En outre, le Maroc, a-t-il relevé, « n'est pas dans la logique de fermer la porte aux rapports qui soi-disant nous feraient grincer des dents. Notre pays n'est ni allergique aux rapports d'organismes internationaux ni à l'interaction. Nous sommes soumis à des examens périodiques de la part de l'ONU, et parfois de manière volontaire car nous croyons que cette interaction est susceptible de nous faire avancer, de rectifier les choses qui doivent l'être ».
« Notre trajectoire n'est pas parfaite mais nous avançons sereinement par rapport aux attentes de nos citoyens. Cependant, le Maroc est en droit de souhaiter une interaction fondée sur le respect, et c'est ce que nous exigeons d'Amnesty », a-t-il soutenu.
Amnesty, a-t-il dit, « s'est permis de faire des raccourcis et d'annoncer des conclusions tranchées, de les «packager» dans une histoire supposée d'espionnage de manière à ce que ça soit attractif pour les médias. Il aurait été souhaitable d'ailleurs que les médias prennent un peu de recul en regard des rapports de cette organisation ».
« Faut-il rappeler que de telles accusations touchent à la fois à la sécurité nationale d'un État et aux libertés individuelles de ses citoyens ? Cette double dimension impose moult précautions et de la nuance dans le propos. Nous reprochons à Amnesty d'avoir failli au devoir de neutralité et d'objectivité et d'avoir péché par manque de professionnalisme », a ajouté le ministre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.