Black Friday : Orange lance des offres exceptionnelles sur sa boutique en ligne    Covid-19 : l'impact de la crise sanitaire sur l'effectivité des droits de l'enfant    Digitalisation : La Douane lance [email protected] & Bayyan [email protected]    Black Friday: Alerte aux fausses bonnes affaires ! BUSINESS    La décision du Bahreïn d'ouvrir un consulat à Laâyoune continue de faire réagir    DGSN : Prolongation du délai d'envoi des dossiers de candidatures    START-TOP / B-Sensei : La startup amie des économes    Accord de pêche Maroc-UE : un premier bilan positif    ANP: légère hausse du CA consolidé à fin septembre    Le Groupe Renault Maroc optimiste sur un marché marqué par la volatilité    L'affaire du Casino Essadi enfin close: la Cour d'appel a tranché    AutoBest 2021 : sept finalistes et de premiers lauréats    OMS : la vigilance s'impose, malgré la baisse des contaminations    Salon Halieutis : la 6e édition repoussée à 2022    Alerte météo au Maroc: les averses orageuses se poursuivent    Covid-19: grand recul des mariages mixtes à Casablanca    Casablanca: affluence monstre dans les annexes administratives, la Toile s'inquiète (PHOTO)    Président de la Liga : « Messi n'est pas indispensable »    Guergarate : La Croatie salue l'engagement du Maroc en faveur du cessez-le-feu    Niamey : Les ministres des AE de l'OCI saluent les efforts du Souverain pour la protection d'Al Qods    Message du roi Mohammed VI au président mauritanien    Sahara marocain : Le Président congolais exprime sa solidarité avec le Maroc    Tour Préliminaire Coupe de la CAF: Le TAS (Ittihad Bidaoui) fait ses premiers pas en Gambie !    FC Barcelone: accord pour une baisse de salaire de 122 M EUR    Le groupe ODM joint Jaafar Heikel à ses rangs    Classement mondial FIFA : Le Maroc 35ème mondial et 4ème africain    Une finale Ligue des Champions de haut niveau : El Ahly vainqueur d'un beau match !    Evolution du coronavirus au Maroc : 4592 nouveaux cas, 345.276 au total, vendredi 27 novembre à 18 heures    Rencontre    Démocratie et Mirages    Les leaders des partis politiques en visite à El Guerguarat    La position de l'Espagne sur le Sahara « reste toujours inchangée » (MAE espagnole)    L'Australie limoge 13 soldats après un rapport sur des crimes de guerre en Afghanistan    Kate Middleton populaire    Meghan Markle, de l' exil retentissant au drame intime    Finale de la LDC: l'arbitre marocain Redouane Jaid absent à cause du coronavirus    Ibrahimovic dénonce l' utilisation de son nom dans le jeu Fifa    Nasser Bourita : La Politique européenne de voisinage est plus que nécessaire au regard du contexte de crise pandémique    La seule école et troupe de cirque du Gabon lutte pour sa survie    Taylor Swift rafle la mise aux American Music Awards    George Clooney atteint d' une maladie rare    Mais que fait l'actrice marocaine Sarah Perles avec la star de «La Casa De Papel» ? (PHOTO)    Etude d'impact patrimonial à Rabat : L'orientation de SAR Lalla Hasna comme soubassement    Ligue des Champions de la CAF : Al Ahly et le Zamalek SC s'affrontent dans la finale du siècle    El Guerguarat: l'ambassadeur du Maroc à Genève recadre la délégation de la Namibie    Ils usurpent l'identité de Mehdi Qotbi pour acquérir des objets d'art antique    Mahmoud El Idrissi a succombé à la Covid-19: Le chanteur de «Saâ Saida» n'est plus    9è Festival maghrébin du film d'Oujda sous format digital    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un juriste japonais tire à boulets rouges sur le polisario
Publié dans Le Site Info le 15 - 07 - 2020

Intervenant dans le cadre de l'émission citoyenne « Sahara Debate », Shoji Matsumoto, Professeur de droit comparatif international à l'Université de Sapporo au Japon, a déconstruit point par point les allégations colportées par l'Algérie et le « polisario » sur la soi-disant représentativité de la pseudo « rasd » et a mis en exergue la conformité de l'Initiative d'autonomie marocaine avec le Droit international, basée sur une solution « gagnant-gagnant » et ouvrant les perspectives de paix, de sécurité et de coopération dans la région du Maghreb.
Le Professeur japonais a défini le « polisario » comme un groupe de personnes privées qui n'est pas un sujet du droit international, rappelant que le « polisario » n'a jamais été reconnu en tant que « mouvement de libération » par les Nations Unies. Se référant à l'histoire du différend régional sur le Sahara marocain, le Professeur japonais a indiqué que lorsque le Maroc revendiquait officiellement son Sahara aux Nations Unies dès 1957, le « polisario » n'existait pas. Il n'a été alors créé qu'au milieu des années 70 à l'instigation de l'Algérie et de la Libye lors du retrait de l'Espagne en 1975 du Sahara marocain.
Ainsi, pour le Professeur Matsumoto, l'ONU n'accorde au « polisario » qu'un statut de simple « pétitionnaire » dans le cadre de certains travaux du Comité des Vingt-Quatre et de la 4ème Commission de l'Assemblée générale des Nations Unies, à l'instar d'une centaine d'autres pétitionnaires. Pour Matsumoto, même si le « polisario » a proclamé la création de la pseudo « rasd » et occupé un siège à l'Organisation de l'Unité Africaine (OUA), en outrepassant et violant les procédures d'admission, cette entité ne jouit d'aucune légitimité légale, ni populaire et encore moins d'une légitimité démocratique pour prétendre représenter la population du Sahara marocain, ajoutant que la pseudo « rasd » n'exerce aucune autorité ou le contrôle d'un quelconque territoire. C'est à ce titre, a-t-il estimé, que la Cour de Justice de l'Union Européenne a rejeté le recours introduit par le « polisario » contre le renouvellement de l'Accord de pêche Maroc-UE en raison d'un « défaut de qualité pour agir », signifiant clairement que le « polisario » ne saurait se targuer d'une quelconque personnalité juridique. De plus, pour le Professeur japonais, la pseudo « rasd » n'est membre d'aucune organisation internationale ou régionale, excepté de l'UA.
Plus des trois quarts des Etats membres de l'ONU ne la reconnaissent pas. Aucun pays européen, nord-américain ou arabe, à l'exception de l'Algérie, ne la reconnaissent pas également, a-t-il ajouté. Selon Matsumoto, seuls 30 pays continuent de la reconnaître, principalement africains et sud-américains, pour des raisons purement idéologiques. Le juriste japonais a rappelé que depuis 2000, près de 44 Etats ont décidé de retirer leur reconnaissance à la pseudo « rasd ». Pour Matsumoto, les seuls représentants légitimes de la population du Sahara marocain sont les élus locaux issus des élections locales et régionales démocratiques. Ainsi, il a relevé que la Présidente du Comité des Vingt-Quatre a adressé une invitation à deux élus locaux du Sahara marocain à participer au Séminaire régional du Comité, tenu entre le 2 et 4 mai 2020 à Grenade, et sa session de fond tenue en juin 2019 à New York. Il a également signalé que les Présidents de la région du Sahara marocain et une représentante de la société civile ont fait partie de la délégation marocaine ayant participé aux deux tables rondes onusiennes de Genève en 2018 et en 2019.
A cet égard, Matsumoto n'a pas manqué de souligner la participation de l'Algérie lors de ces deux tables rondes en tant que partie prenante, pleine et à part entière, au processus politique onusien sur le Sahara marocain. Il est indéniable pour le Professeur japonais que la majorité de la population du Sahara vit au Maroc et qu'un grand nombre de familles des populations des camps de Tindouf et de dirigeants du « polisario » retournent au Maroc, discréditant les revendications de cette entité comme étant la « représentante légitime » de cette population. Sur un autre registre, le Professeur japonais a appelé la communauté internationale à accorder une attention particulière à l'Initiative d'autonomie marocaine soumise par le Royaume depuis 2007. Matsumoto s'est référé à la résolution du Conseil de sécurité de l'ONU qui, en 2004, appelait les parties à surmonter l'impasse de ce différend régional en recherchant activement une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable. Pour résoudre cette question, le Maroc a soumis au Conseil de sécurité de l'ONU, en 2007, l'Initiative d'autonomie inspirée des modèles contemporains sur la résolution des différends territoriaux, et qui est en pleine conformité avec le Droit international comprenant une approche inclusive et participative, a-t-il souligné.
Pour Matsumoto, l'Initiative d'autonomie marocaine, qui a pour objectif légitime de parvenir à une solution politique définitive à ce différend régional, est fondée sur deux piliers qui sont l'établissement d'institutions locales et représentatives permettant la jouissance par la population du Sahara marocain de leurs droits politiques, sociaux et culturels et la préservation de la souveraineté historique dans cette région, conformément au droit international et au droit à l'autodétermination. Et d'ajouter que l'autonomie demeure une solution équilibrée entre la souveraineté nationale et la démocratie locale. Pour l'académicien japonais, l'Initiative d'autonomie marocaine permettra également une intégration régionale qui assurera le développement, la sécurité et la coopération au Maghreb, qui reste, selon lui, l'une des régions les moins intégrées économiquement au monde. Le Professeur japonais a terminé son témoignage en rappelant que depuis la fin de la seconde guerre mondiale, 70 accords d'autonomie ont été conclus pour résoudre certains différends territoriaux.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.