Bourita: « Le Covid-19 a rappelé au monde la communauté de notre destin »    Entreprises: plus de 5500 radiations en 2018    Maroc/Covid-19: 2076 nouveaux cas ces dernières 24h    27ème journée de la Botola Pro D1 : Des duels serrés aux grands enjeux    La FIFA et la CAF entament leurs auditions    USA : séparation des pouvoirs, dites-vous ?    Boujemâa Achefri médite en couleurs    Lance par l'UPEM : Une initiative pour soutenir les éditeurs, auteurs et libraires    Fonds pour le cancer. La bataille n'est pas terminée    Les condoléances du roi Mohammed VI à la famille de Chama Zaz    «Nous souhaitons transmettre le flambeau à des militants capables de le porter»    Le FC Séville s'intéresse à Oussama Idrissi    L'art de l'écriture et le monde de la beauté universelle    Imminent retour des Marocains bloqués à Mellilia, Sebta temporise    Angleterre: Liverpool arrête Arsenal    Coronavirus: Lions de l'Atlas    Le Raja lance un nouveau jeu-concours (VIDEO)    Une situation invivable mais l'espoir demeure    Brexit: les tractations reprennent    Covid-19: prolongement des mesures restrictives dans cette province du Maroc    La Covid, la grève, les problèmes de connexion et le reste    Rachida Dati candidate aux présidentielles de 2022    Artisaanat : Une Start-up court-circuite les intermédiaires (vidéo)    Devises vs Dirham: les cours de change de ce mardi 29 septembre    L'artiste marocaine Amina livre ses « Confidences »    Youssef Amrani réaffirme l'identité africaine du Maroc    Le bilan gouvernemental: en déphasage des réalités du pays!    Pétition pour la vie: son initiateur réagit au rejet d'El Othmani    «Transform Tomorrow Together», nouveau plan de transformation 2021-2023    2.574 contrats de travail et 2.228 déclarations à la CNSS    La France est-elle en train de brader ses mosquées ?    Hôpital militaire marocain à Beyrouth : plus de 39.000 prestations médicales    Vives tensions entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan    Matchs amicaux de l'équipe nationale : Halilhodzic dévoilera la liste des Lions de l'Atlas ce jeudi    Arbitrage : Hicham Tiazi de retour !    Chama Zaz: la dame de la «Taktouka Al Jabalia» n'est plus    La députée Fatima Zahra Barassat interpelle le Chef du Gouvernement    Secteur de l'édition et du livre : 1735 projets soutenus pour près de 9,4 millions de dirhams    Khansa Batma : "Il a fallu puiser dans mon vécu !"    Maroc : croissance économique prévue à 4,8% en 2021    Ahmed Tawfik Moulnakhla, DG de Guichet.com : « Au Maroc, c'est la pérennité du secteur qui est aujourd'hui en jeu »    Procès à distance : Plus de 7.000 audiences tenues en cinq mois    Le Secrétaire à la Défense américain, Mark Esper, attendu ce vendredi au Maroc    Terrorisme : le Secrétaire à la Défense américain, Mark Esper, au Maroc ce vendredi    Togo : Victoire Tomegah Dogbé, première femme à la tête de l'exécutif    Mohammedia: un Subsaharien interpellé dans une banque    Le Maroc se distingue au Salon d'Istanbul de l'innovation avec 2 Médailles d'or et 2 Médailles d'argent    France. Les généraux se révoltent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Macron à Beyrouth : la colère des Libanais contre leurs dirigeants (vidéos)
Publié dans Le Site Info le 07 - 08 - 2020

Le quotidien français « Libération » commente le déplacement du président Emmanuel Macron au Liban au lendemain de la double explosion ayant rasé le port de la capitale et une grande partie de la ville.
Lors de cette visite, la première d'un chef d'Etat étranger au Liban après les deux explosions de mardi, M. Macron a pu échanger seul avec des gens qui l'ont « assailli de demandes de ne surtout pas collaborer avec leurs dirigeants «pourris» et même de les aider à s'en débarrasser », écrit le quotidien.
Répondant à l'appel de la population libanaise, Macron a affirmé qu'il allait proposer « un nouveau pacte politique » et demander à ses interlocuteurs officiels de « changer le système, d'arrêter la division et de lutter contre la corruption », écrit le quotidien, notant que M. Macron s'est empressé de préciser que « tout sera fait pour que l'aide apportée par la France après l'explosion de mardi, « n'aille pas dans les mains de la corruption ».
« Signe de défiance, la France et l'UE prévoient de distribuer leur aide essentiellement via des ONG libanaises », note la publication, faisant observer que dans une lettre ouverte au président Macron, le Bloc national, groupe qui avait participé au soulèvement populaire d'octobre, avait d'ailleurs demandé que l'aide internationale soit distribuée «par les organisations de la société civile dont certaines ont démontré, contrairement aux institutions de l'Etat, leur transparence et leur efficacité».
Plusieurs éminents représentants de cette société civile, médecins, universitaires, intellectuels et responsables d'ONG, ont également été invités à rencontrer Macron jeudi après-midi, à la résidence de l'ambassadeur de France, note le journal.
« Le Figaro » estime de son côté qu'Emmanuel Macron « se voit un peu comme le chef de chantier de la reconstruction » de l'immense zone sinistrée de Beyrouth, le long de la mer, faisant observer que le chef de l'Etat français l'a laissé entendre dès son arrivée, peu avant midi, à l'aéroport de la capitale.
Cette visite éclair de six heures est la première en tant que président de la République dans un pays traumatisé par les explosions et en « pleine décomposition financière », rappelle le quotidien, ajoutant qu'en coordination avec les Nations unies, M. Macron tient à organiser l'aide d'urgence qui parvient au Liban avec un objectif en tête, celui d'éviter qu'elle « aille dans les poches des responsables politiques », selon son entourage.
M. Macron a annoncé une conférence d'aide internationale « dans les tout prochains jours », note le journal, qui observe cependant que les Libanais sont « saturés ».
« Libération » a qualifié d' »incontournables », les entretiens de M. Macron avec les principaux responsables libanais, qui ont été menés, selon le chef de l'Etat français, »avec une grande franchise et transparence ».
Il s'agit de « termes diplomatiques habituels pour évoquer des échanges tendus », renchérit le quotidien, estimant que c'est au peuple libanais que le président français est venu apporter la solidarité de son pays, avant d'annoncer « une conférence internationale d'appui à Beyrouth et à la population ». Il a donné rendez-vous le 1er septembre aux Libanais pour revenir sur place veiller à la mise en œuvre de l'aide, note-t-on.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.