Bourita: « Le Covid-19 a rappelé au monde la communauté de notre destin »    Entreprises: plus de 5500 radiations en 2018    Maroc/Covid-19: 2076 nouveaux cas ces dernières 24h    27ème journée de la Botola Pro D1 : Des duels serrés aux grands enjeux    La FIFA et la CAF entament leurs auditions    USA : séparation des pouvoirs, dites-vous ?    Boujemâa Achefri médite en couleurs    Lance par l'UPEM : Une initiative pour soutenir les éditeurs, auteurs et libraires    Fonds pour le cancer. La bataille n'est pas terminée    Les condoléances du roi Mohammed VI à la famille de Chama Zaz    «Nous souhaitons transmettre le flambeau à des militants capables de le porter»    Le FC Séville s'intéresse à Oussama Idrissi    L'art de l'écriture et le monde de la beauté universelle    Imminent retour des Marocains bloqués à Mellilia, Sebta temporise    Angleterre: Liverpool arrête Arsenal    Coronavirus: Lions de l'Atlas    Le Raja lance un nouveau jeu-concours (VIDEO)    Une situation invivable mais l'espoir demeure    Brexit: les tractations reprennent    Covid-19: prolongement des mesures restrictives dans cette province du Maroc    La Covid, la grève, les problèmes de connexion et le reste    Rachida Dati candidate aux présidentielles de 2022    Artisaanat : Une Start-up court-circuite les intermédiaires (vidéo)    Devises vs Dirham: les cours de change de ce mardi 29 septembre    L'artiste marocaine Amina livre ses « Confidences »    Youssef Amrani réaffirme l'identité africaine du Maroc    Le bilan gouvernemental: en déphasage des réalités du pays!    Pétition pour la vie: son initiateur réagit au rejet d'El Othmani    «Transform Tomorrow Together», nouveau plan de transformation 2021-2023    2.574 contrats de travail et 2.228 déclarations à la CNSS    La France est-elle en train de brader ses mosquées ?    Hôpital militaire marocain à Beyrouth : plus de 39.000 prestations médicales    Vives tensions entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan    Matchs amicaux de l'équipe nationale : Halilhodzic dévoilera la liste des Lions de l'Atlas ce jeudi    Arbitrage : Hicham Tiazi de retour !    Chama Zaz: la dame de la «Taktouka Al Jabalia» n'est plus    La députée Fatima Zahra Barassat interpelle le Chef du Gouvernement    Secteur de l'édition et du livre : 1735 projets soutenus pour près de 9,4 millions de dirhams    Khansa Batma : "Il a fallu puiser dans mon vécu !"    Maroc : croissance économique prévue à 4,8% en 2021    Ahmed Tawfik Moulnakhla, DG de Guichet.com : « Au Maroc, c'est la pérennité du secteur qui est aujourd'hui en jeu »    Procès à distance : Plus de 7.000 audiences tenues en cinq mois    Le Secrétaire à la Défense américain, Mark Esper, attendu ce vendredi au Maroc    Terrorisme : le Secrétaire à la Défense américain, Mark Esper, au Maroc ce vendredi    Togo : Victoire Tomegah Dogbé, première femme à la tête de l'exécutif    Mohammedia: un Subsaharien interpellé dans une banque    Le Maroc se distingue au Salon d'Istanbul de l'innovation avec 2 Médailles d'or et 2 Médailles d'argent    France. Les généraux se révoltent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tindouf: l'affaire du détournement de l'aide humanitaire continue de faire réagir
Publié dans Le Site Info le 14 - 08 - 2020

En l'absence de statistiques fiables et d'un recensement officiel de la population séquestrée à Tindouf, l'Union européenne (UE) a appelé à une évaluation et un ciblage précis des bénéficiaires de l'aide humanitaire européenne.
Dans une réponse à une question parlementaire, le commissaire européen chargé de la Gestion des Crises, Janez Lenarčič, a reconnu que la Commission européenne est consciente du fait qu'en mars 2018, le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) avait publié un rapport sur le nombre des personnes vivant dans les camps de Tindouf, notant que « ce rapport a par la suite été retiré de tout usage public ».
En effet, suite à la publication de ce rapport qui contient des données erronées, le HCR avait publié le 28 septembre 2018, une mise au point dans laquelle il retire ce rapport et précise que la population des camps de Tindouf est estimée à 90.000.
Dans sa mise au point, le HCR confirme que « le chiffre officiel » dont il tient compte dans les camps de Tindouf en Algérie est 90.000, notant qu'il « continuera de s'appuyer sur ce chiffre jusqu'à ce qu'un exercice d'enregistrement à part entière soit effectué ».
« L'UE octroie actuellement son aide humanitaire sur la base d'une évaluation des besoins sectoriels », en l'absence de données précises sur le nombre de bénéficiaires, a martelé le commissaire Janez Lenarčič, rappelant qu'il y va de la responsabilité cruciale de l'UE de minimiser les risques d'irrégularités dans l'octroi de ces aides.
« L'Union plaide fermement pour une évaluation significative de la vulnérabilité pour un meilleur ciblage de l'aide humanitaire dans les camps », a-t-il ajouté.
Dans sa question, le député européen Ilhan Kyuchyuk avait interpellé la Commission européenne sur la poursuite du détournement de l'aide humanitaire destinée aux populations séquestrées à Tindouf, par l'Algérie et le polisario, malgré les garde-fous mis en place par l'UE.
« Il est notoirement connu que le front polisario est lourdement armé et dispose d'un budget important pour l'entretien de son équipement militaire. Les dirigeants dudit front exploitent également en permanence la situation humanitaire dans les camps de Tindouf pour attirer l'attention des institutions de l'UE sur le sort des populations qui y vivent », avait souligné l'eurodéputé dans sa question.
Il a également relevé que face au refus opposé au HCR par l'Algérie d'effectuer un recensement de la population des camps, malgré les multiples appels du Conseil de Sécurité des Nations Unies, l'UE doit prendre des mesures pour contrôler l'aide humanitaire envoyée à ces camps et faire en sorte que l'argent du contribuable européen ne soit pas utilisé à mauvais escient.
La réponse du commissaire européen met ainsi un terme aux spéculations de l'Algérie sur le nombre de bénéficiaires de l'aide humanitaire détournée.
Elle pointe du doigt la responsabilité historique de ce pays dans le refus d'effectuer un recensement de la population parquée dans ces camps de la honte, mais surtout dans la surestimation du nombre des bénéficiaires dans le but de permettre au fisc algérien de tirer plein profit de la taxe de 5% qu'il impose sur ces aides et aux dirigeants du polisario de s'enrichir injustement aux dépens de personnes vulnérables.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.