Diplomatie Le Maroc sur sa lancée africaine    "La démondialisation", thème de la 9e édition des Dialogues Stratégiques    Conférence : L'Afrique dans la pensée de Feu SM Hassan II sous le feu des projecteurs    Affaire des caricatures : Le Conseil Supérieur des Oulémas donne sa position    Agadir : La crise sanitaire n'arrête pas les investissements d'Aradei Capital    Kifal auto : La startup qui roule pour les voitures d'occasion (vidéo)    Maroc Telecom, «Top Performer RSE» pour la 7e fois consécutive    Aquaculture Coopération maroco-espagnole pour lancer des projets au niveau du littoral nord    Ce qu'était le tourisme avant la crise Covid    Caricatures du prophète : Le « Conseil des sages musulmans » veut poursuivre Charlie Hebdo en justice    Casablanca : Deux balles de sommation tirées pour neutraliser deux récidivistes    Coronavirus : plus de 624.000 arrestations pour non-port du masque au Maroc    Covid-19 : Ait Taleb déplore le manque d'engagement de certaines entreprises    « La Maroc artistique » vu par Bank Al-Maghrib    Entretien: « Pas de relance du tourisme sans ouverture de frontières »    Vaccin anti-covid: les dernières révélations de Khalid Ait Taleb    Le Conseil Supérieur des Oulémas rejette et dénonce toute forme d'atteinte à la sacralité des religions, à leur tête les Prophètes    Soutiens sans réserves au Plan d'autonomie au Sahara devant la IVème commission de l'ONU    Arménie et Azerbaïdjan s'engagent à nouveau sur une trêve à Washington    Lee Kun-hee, l'ermite de l'empire Samsung    Afrique de l'Ouest : Difficile quête de paix dans un contexte de Covid-19    Le vaccin antigrippal bientôt dans les officines    Orpheline de Ronaldo, la Juve concède un nouveau nul    Le Festival Nipponia 'Ki, un pont culturel entre le Maroc et le Japon    Le rachat des activités de Bombardier au Maroc enfin officialisé    Evolution du Coronavirus au Maroc : 2264 nouveaux cas, 199.745 au total, lundi 26 octobre à 18 heures    Port du masque : Plus de 624.000 contrevenants arrêtés entre 25 juillet et 23 octobre    Coupe de la CAF: Le Souverain félicite la Renaissance de Berkane    Le MAE tchadien tacle le polisario depuis Rabat    Cinéma. Le Festival Al Gouna rend hommage à said Tahgmaoui    Mehdi Qotbi : « De nouveaux musées ouvriront prochainement »    Maroc/Eswatini : l'industrie et la santé au cœur de deux accords    Stigmatisation de l'Islam en France : La riposte s'organise    Maroc-Egypte: le suspense continue    La CAF et l'ICSS signent un accord de coopération    Les folies d'Erdogan    Marrakech accueille l'emblématique peinture, la Joconde    Réédition du roman «Le dernier combat du captain Ni'mat» de Mohamed Leftah    Imane Robelin couronnée par «Les Lorientales 2020»    Que le livre et la lecture triomphent!    Testé positif au Covid-19, Ronaldinho donne de ses nouvelles    Pas de processus politique avec les provocateurs, les gangs ou les bandits    La RSB renaît de ses cendres    Transfert : Hicham Al Aroui débarque à l'OCS    Volleyball : Bouchra Hajij élue présidente de la Confédération africaine    Top Performer RSE : Maroc Telecom maintient sa présence    L'humidité réduirait la contamination au coronavirus [Etude]    Caricatures du Prophète : le Maroc réagit « vigoureusement »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Benabdellah: « La crise du Covid-19 a démontré l'exclusion d'une large catégorie de la société »
Publié dans Le Site Info le 25 - 09 - 2020

La généralisation de la couverture sociale est un investissement dans le capitale humain pour qu'il soit plus productif dans le cycle économique, a estimé ce jeudi à Rabat, le secrétaire général du Parti du progrès et du socialisme (PPS), Nabil Benabdellah.
S'exprimant lors d'une conférence digitale organisée par le bureau politique du PPS sur « La couverture sociale globale, un investissement productif », Benabdellah a souligné que la généralisation de la couverture sociale constitue un investissement dans le capital humain pour qu'il soit productif et contribuera au cycle économique, notant que « le soutien fera de lui un consommateur et un contributeur à la production pour qu'il se transforme plus tard à un investisseur ou un entrepreneur ».
Il a, à cet effet, fait savoir que le Royaume a déployé d'énormes efforts en matière de couverture sociale et dispose depuis des décennies d'un régime de retraite et de couvertures sanitaires pour certaines catégories, dont les fonctionnaires, relevant que ces systèmes sont insuffisants puisqu'ils ne couvrent pas une large couche de la société.
« La crise de la Covid-19 a démontré plusieurs fragilités et l'exclusion d'une large catégorie de la société », a poursuivi le secrétaire général, soulignant la nécessité de généraliser la couverture sociale, étant donné que le Maroc ne peut poursuivre sa voie vers le processus de développement sans accorder une importance à la dimension sociale.
De son côté, El Hossein El Ouardi, membre du bureau politique du parti, a indiqué que le Royaume a réalisé de grands progrès en matière de couverture sociale, puisqu'il affichait un taux d'environ 13% en 2005, suivie de l'Assurance Maladie Obligatoire (AMO/34%), la couverture AMO étudiants en 2015 et la couverture sociale pour les professions libérales et les indépendants non salariés, dont le taux est actuellement à 60%.
L'ancien ministre a relevé que la couverture sociale apporte une aide précieuse au citoyen sur les plan social, sanitaire et psychologique, tandis qu'elle confronte le gouvernement à des enjeux majeurs, notamment dans les domaines des finances, de la gouvernance, de la gestion, de la mise en œuvre, des ressources humaines ou encore des infrastructures, mettant en avant les défis que représente la réforme du système de santé au Maroc.
Pour sa part, le membre du bureau politique du parti, Abdelouahed Sahil a affirmé que les Nations Unies considèrent la couverture sociale universelle comme un droit humain indispensable, abordant son rôle dans la redistribution des richesses et les opportunités qu'elle offre dans l'inclusion économique.
Il a ajouté que, selon le rapport du Conseil économique, social et environnemental (CESE), le Maroc alloue 5% du produit intérieur brut (PIB) aux dépenses publiques au profit de la couverture social, poursuivant que 60% de la population active ne bénéficie pas d'une couverture-retraite et que 46% de la population active ne bénéficie pas d'une couverture médicale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.