Moncef Marzouki: le régime algérien prend en otage les séquestrés de Tindouf pour un "choix politique fallacieux"    Alerte Météo: vague de froid et rafales de vent au Maroc, les villes concernées    Conseil exécutif de l'Unesco: Le Groupe arabe salue les efforts inlassables de SM le Roi pour la défense d'Al-Qods    Election du Maroc au CA du PAM : une reconnaissance de l'action humanitaire du Royaume    Clôture de l'«Arab IoT & AI Challenge» à Rabat    16 cas testés positifs au sein du MAS à la veille de la nouvelle saison : "Jouer football mais penser Covid-19 " !    OIT : Covid-19 a pesé sur les salaires    Cancel Culture : Le bûcher des réseaux sociaux brûle de bon feu    Nouveau dispositif d'avant-match (saison 20/21) : Pas de licence de joueur, pas de match !    L'ancien président français Giscard d'Estaing est mort du Covid-19    PLF 2021 : voici le détail des amendements proposés par la CGEM    Campagne de vaccination: forte mobilisation à Chichaoua    Décès d'Abarhoun: la FRMF prend en charge les frais de rapatriement de sa dépouille    La poésie en héritage : Abdellatif Laâbi, la mémoire et le futur de l'œuvre    Le ministère de l'Industrie prévoit un budget d'investissement de 1,2 MMDH en 2021    CFG Bank enregistre un PNB en hausse à fin septembre    Marzouki appelle les séparatistes du polisario à regagner la mère-patrie    L'UE souhaite améliorer le mécanisme des retours au Maroc des migrants irréguliers    Pour l'OSFI, la lutte contre la violence à l'égard des femmes est la bataille de tous les acteurs en vue d'instaurer une culture de l'égalité    Nasser Bourita : Le Maroc ne ménage aucun effort pour contribuer à la mise en œuvre des objectifs du Pacte de Marrakech    "Le Miracle du Saint Inconnu " de Alaa Eddine Aljem représente le Maroc dans la présélection des Oscars    Evolution du coronavirus au Maroc : 4346 nouveaux cas, 364.190 au total, mercredi 2 décembre à 18 heures    Le Maroc, sous la conduite de S.M le Roi, considère la cause palestinienne comme une question centrale    Bruxelles: une manif du polisario fait pschitt    Jeux Olympiques de Tokyo 2021 : A la rencontre des quatre cavaliers du Royaume    F1 : Russell remplace Hamilton chez Mercedes au GP de Sakhir ce week-end    Non à la suspicion meurtrière    Unesco: le Maroc soutient la candidature d'Audrey Azoulay pour un second mandat    Rachid Yazami, ce marocain qui entend révolutionner la recharge des batteries pour véhicules électriques    Décès de l'épouse du camarade Lemniddem    «La Covid-19 a grandement perturbé notre action»    Vers un remaniement ministériel avant les élections ?    Le président Tebboune va rentrer «dans les prochains jours»    Bill Barr n'a pas «vu de fraude» pouvant changer le résultat de l'élection    Loulichki: Le Maroc demeure un partenaire crédible pour les Etats-Unis    L'ONMT entame une tournée régionale pour amorcer le plan de relance    Ouverture des candidatures    Edition de livres: annonce de la prolongation des délais de soumission des candidatures    «Echo…Notations Cosmiques», nouvelle exposition de Azdine Hachimi Idrissi    Amical/U20: Match nul entre le Maroc et le Togo    Zidane en danger, Liverpool qualifié, le Bayern stoppé    DR Moncef Slaoui : « Une grande majorité de la population américaine pourrait être immunisée contre le Covid-19 d'ici juin 2021 »    Régularisation fiscale : les textiliens aboutissent à un compromis    La RAM offre une couverture pour les dépenses liées au covid-19    Le vaccin anti-covid sera-t-il obligatoire ? Khalid Ait Taleb tranche (VIDEO)    Merendina parle le langage de l'amour    Gad El Maleh est en deuil, il annonce le décès d'un être cher    L'international marocain Mohamed Abarhoun n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





PLF 2021: l'opposition déplore « un manque d'audace »
Publié dans Le Site Info le 27 - 10 - 2020

Les partis de la majorité se sont félicités de la « pertinence » des choix opérés dans le cadre du projet de loi de finances 2021 pour atténuer les répercussions de la conjoncture difficile marquée par la Covid-19, alors que l'opposition a déploré « un manque de mesures audacieuses et de réponses opérationnelles à la mesure des défis du moment ».
Ces prises de position ont été exprimées lundi soir au cours d'une séance marquant le début des discussion du projet de loi de finances (PLF), au sein de la commission des finances et du développement économique à la Chambre des représentants.
Pour le président du groupe du Parti de la justice et du développement (PJD), Mustapha Ibrahimi, les débats sur le PLF 2021 se tiennent dans des circonstances exceptionnelles caractérisées notamment par la contraction de l'économie mondiale plombée par les incertitudes. Le Royaume n'est pas à l'abri de cette détérioration générale de l'économie due notamment à la stagnation du secteur touristique et de l'activité agricole, au recul des investissements étrangers, mais aussi au déficit des précipitations.
« Cette situation a été largement prise en considération dans la feuille de route définie par SM le Roi Mohammed VI dans ses trois discours de la fête du Trône, de l'anniversaire de la Révolution du Roi et du peuple, et de l'ouverture de l'année législative », a-t-il relevé, précisant qu'elle s'articule autour de trois axes à savoir, la relance de l'économie nationale, la poursuite du soutien aux secteurs sociaux, la réforme de l'administration et la gouvernance des établissements publics.
Le président du groupe du Rassemblement constitutionnel a de son côté mis l'accent sur les contraintes d'ordre sanitaire, socio-économique et financier qui ont entouré l'élaboration du PLF, au regard des incertitudes dues essentiellement aux risques de propagation de la pandémie du coronavirus.
« Le chantier de la couverture sociale requiert un engagement fort et un énorme travail de la part de l'exécutif, conscient de l'ampleur des enjeux à relever, a-t-il dit, notant que le secteur de la santé se trouve confronté à des dysfonctionnements profonds.
Le président du groupe Haraki, Mohamed Moubdie, a à son tour abordé le contexte et les difficultés qui pèsent sur l'élaboration de ce projet, tout en affirmant que le gouvernement sera mis à l'épreuve en ce qui concerne les moyens à déployer pour surmonter les différentes problématiques économiques et financiers.
Le président du groupe socialiste, Amam Chokrane a, pour sa part, souligné que la situation économique et sociale actuelle demeure une source de préoccupante en ce sens que de larges franges de la société son affectées d'une manière ou d'une autre, ce qui nécessite d'y apporter des réponses concrètes. Le projet de loi de finances 2021, a-t-il noté, se base sur des hypothèses qui peuvent changer eu égard de la crise sanitaire persistante, laquelle devrait enclencher une mobilisation nationale continue.
De l'avis du président du groupe authenticité et modernité, Rachid El Abdi, la discussion du PLF revêt une importance toute particulière dans la mesure où elle se trouve directement liée aux politiques publiques du point de vue de la gestion financière et économique. Or, a-t-il fait observer, « il est inadmissible de se servir de la crise due à la pandémie de Covid-19 pour détourner l'attention de diverses autres situations de crise ».
Pour sa part, le président du groupe istiqlalien de l'unité et de l'égalitarisme, Noureddine Mediane, a estimé que le projet risque de consacrer la crise dans ses dimensions économique et sociale, en l'absence d'un programme aux objectifs bien définis et de moyens nécessaire pour un véritable décollage économique que SM le Roi appelle de ses vœux. Il est nécessaire, selon lui, de permettre aux secteurs productifs de reprendre leurs activités et de renforcer leur capacité de maintien des sources de revenus et de création d'emplois, par le biais d'un plan ambitieux de relance économique.
La présidente du groupement parlementaire du Parti du progrès et du socialisme (PPS), Aïcha Lablak, a exprimé la déception de son parti face au manque d'audace des mesures prévues dans le projet de loi de finances, les qualifiant de « timides et peu novatrices », tout en affirmant que le PPS reste conscient de la conjoncture difficile et complexe dans laquelle ce texte a été préparé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.