SM le Roi a jeté les bases d'un partenariat plus étroit avec les Etats-Unis    Sahara : Le Togo exprime son "soutien total" à la souveraineté du Maroc    Le ministre de l'intérieur s'entretient avec son homologue israélien    L'Opinion : Crédibilité vs abstentionnisme    BAM : le dirham s'apprécie de 1,89% face au dollar en décembre 2020    Vrai ou Fake sur la Covid-19 au Maroc, lundi 18 janvier    Croissance économique en 2021: les scénarii du HCP    Devant la « perplexité vaccinale », diversifier les sources pour sortir de la dépendance    Les Lions de l'Atlas partent à la défense de leur titre    Coupe du Monde des clubs: Annulation du match d'ouverture    Championnat d'Allemagne: Le Bayern Munich champion d'hiver    Championnat d'Italie: L'Inter de Hakimi dompte la Juventus    Grande manifestation sportive au profit des étudiants    Boutaïb de retour avec le Havre    Agadir: mise en échec d'une opération d'émigration clandestine, 4 interpellations    La Marine Royale avorte une opération de trafic de chira    Vaccins: le monde fait face à un échec moral «catastrophique»    Narsa : les délais de rendez-vous largement réduits    Lancement d'un projet de mise à niveau urbaine de quartiers sous-équipés    L'ONEE et la FRDISI s'allient pour la réalisation d'un centre de technologie digitale intelligente    Deux ans et demi de prison pour le patron de Samsung, rejugé pour corruption    Une journée très particulière à Washington    L'Islam de France se dote d'une «charte de principes»    Digitalisation, Bank Of Africa passe à la vitesse supérieure    Envol et déploiement    Des nouveaux «trésors» archéologiques dévoilés au public    Valorisation du patrimoine culturel et soutien à la créativité des jeunes musiciens    Quand le PJD comparait les Juifs aux singes et aux porcs    Ramallah. Les chefs du renseignement égyptien et jordanien rencontrent Abbas    La CAF et StarTimes annoncent un accord pour diffuser le CHAN    Souss-Massa : Enactus vise le développement de 40 projets d'entreprises sociales    Accords d'Abraham. Que fera Joe Biden de l'héritage de Donald Trump?    La nouvelle ère en Europe    Jeunesses partisanes : Jamais sans ma liste nationale !    Inédit sur 2M : Découvrez qui sera «Ahssan Pâtissier» dès le 26 janvier    Coloration de l'eau de l'Oued Bouskoura : les précisions de Lydec    Avoirs en déshérence consignés chez la CDG : Près de 25.000 comptes et 330 millions DH en attente de restitution    Parc Industriel Aïn Johra (PIAJ) : Les travaux d'extension lancés    Edito : Loupé    Exercice naval conjoint entre la Marine Royale et l'US Navy    Le Maroc continue d' enchaîner les victoires sur les les ennemis de son intégrité territoriale    Ben Affleck évoque les violentes critiques à l'époque de son couple avec Jennifer Lopez    Bong Joon-ho présidera le jury du Festival de Venise    Yahya Abounizar, artiste peintre au parcours éloquent...    Pas de solution en dehors de l'initiative d'autonomie    Abdelkhaleq JAYED : Dans l'envers des pages une réflexion sur le temps, les sons, les couleurs et les signes    L'Arabie saoudite et le Qatar rouvriront leurs ambassades respectives «dans les prochains jours»    Le Royaume du Maroc...Horizon Vertical    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Covid-19: grand recul des mariages mixtes à Casablanca
Publié dans Le Site Info le 28 - 11 - 2020

La crise sanitaire engendrée par la pandémie du nouveau coronavirus (Covid-19) a eu un impact significatif sur le nombre des mariages mixtes conclus à Casablanca, qui ont connu une baisse de plus de 60% jusqu'au 24 novembre 2020, d'après des données obtenues auprès du tribunal social de première instance.
Les actes de mariage de ce type scellés au niveau de la métropole se sont élevés à 506 cas seulement, contre 1.295 durant la période correspondante de l'année passée, a précisé, dans une déclaration à la MAP, la procureure du Roi près cette juridiction, Malika Chgoura.
Me Chgoura a attribué cette sensible réduction à la fermeture des frontières marocaines pour une longue période et les difficultés de déplacement entre les pays, sachant que les juridictions spécialisées ont cessé complètement de statuer sur ces demandes durant plus de 3 mois (confinement obligatoire).
Ces mariages, qui ont concerné 366 citoyennes marocaines, ont engagé des ressortissants de plusieurs pays, essentiellement la France (137 cas), l'Arabie saoudite (44 cas), les Etats-Unis (36 cas), la Turquie (32 cas), la Grande-Bretagne (27 cas), l'Allemagne (22 cas), l'Italie (19 cas), le Canada (17 cas), l'Egypte (15 cas), l'Algérie (14 cas), l'Espagne (13 cas), la Tunisie (12 cas), Qatar (11 cas) et les Pays-Bas (10 cas).
D'autre part, Me Chgoura renvoie le recul de ces unions au renforcement des lois en vigueur dans ce domaine, qui visent en premier lieu à protéger et à préserver les droits des citoyens marocains désireux de convoler avec une personne étrangère.
Le magistrat ne peut autoriser ce type d'actes que si toutes les conditions de garantie desdits droits sont dûment remplies, à leur tête la présence physique des personnes concernées devant le procureur et la réalisation des enquêtes nécessaires par la police judiciaire pour la vérification d'identité et l'authentification des documents officiels fournis.
Parmi les autres conditions destinées à assurer une protection particulière aux femmes, il y a l'obligation de conversion à l'Islam pour les non-musulmans et la confirmation de la capacité financière du candidat au mariage avec une citoyenne marocaine.
Aux yeux de la procureure du Roi, le durcissement de ces mesures et l'impératif de leur satisfaction totale « servent à juguler toutes les problématiques posées par le mariage mixte », qui reste « une arme à double tranchant » particulièrement pour les femmes.
En l'absence des conditions de réussite du mariage, surtout à l'étranger, « la femme se retrouve otage de la législation locale, ce qui pourrait affecter ses droits en cas de divorce », fait observer Me Chgoura, énumérant les aspects relatifs à la pension, au partage des biens, à la garde des enfants et au droit de visite.
En plus des répercussions sur l'équilibre des enfants, les divorces en cas de mariage mixte présentent une série de complications procédurales, notamment le fait que les jugements émanant de juridictions étrangères ne reçoivent exécution au Maroc qu'après avoir été revêtus de la formule exécutoire par le tribunal de première instance dans le cadre d'une procédure d'exequatur.
Au regard des affaires examinées par le tribunal social de Casablanca, Me Chgoura relève que, dans les cas où la mère marocaine emmène les enfants avec elle au pays, le conjoint étranger conteste souvent la question de la garde et, dès qu'il obtient gain de cause dans son pays, il recourt à la formule exécutoire qui, en cas d'acceptation, priverait la mère de ce droit.
Par contre, ce sont les dispositions du Code de la famille, inspirées de la Charia islamique, qui s'appliquent aux conjoints résidant dans le Royaume, assure-t-elle, notant que la procédure dans ces cas est semblable à celle appliquée au mariage normal en ce qui se rapporte aux enfants, qui bénéficient déjà de la double nationalité.
En plus des apports substantiels introduits par le Code de la famille de 2004 et des garde-fous posés par des textes antérieurs, les circulaires de la présidence du ministère public de 2017 sont venues renforcer la réglementation existante, en établissant clairement les conditions et les documents à réunir pour toute demande de ce genre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.