Entraînement en mer: Deux stagiaires commandos de la Marine Royale portés disparus    Coronavirus : le vaccin est arrivé au Maroc    Dakhla-Oued Eddahab : Soutenir les commerçants et TPE...    Etats-Unis : Biden    Hommage / Covid-19 : ces soignants morts sur le front de l'épidémie    2M et la DGSN s'associent pour lutter contre les violences faites aux femmes    La DGI publie sa note circulaire sur les dispositions fiscales 2021    Le Vaccin AstraZeneca arrive au Maroc    Restauration : comment les professionnels comptent se réinventer pour tirer leur épingle du jeu en 2021    Vaccins anti-Covid-19 : La fièvre des «vaxxies» va bientôt atteindre le Maroc    Fonction publique : 400 postes dédiés aux personnes en situation de handicap    Hassan Baraka, le premier marocain à nager 1.600 mètres dans une eau à moins de 5 degrés    Maroc-Rwanda à 17h : qualification et confirmation en ligne de mire    Le Rallye Aïcha des Gazelles reporte sa 30eme édition    TPME : L'Observatoire et le Ministère de l'Industrie renforcent leur partenariat    Défense aérienne : Le Maroc acquiert le fameux système de défense aérienne "Patriot"    USA: Majoritaires au Congrès, les démocrates pressés de mettre en œuvre l'agenda de Biden    L'inflation augmente de 0,7% en 2020    UM6P/EPFL : Vers la promotion de l'éducation digitale en Afrique    Se déplacer rapidement dans l'espace : Bientôt ce sera possible    Meknès : 6 ans de prison pour le violeur d'un enfant de 7 ans    Groupe C : Maroc-Rwanda / La qualification au prochain tour en ligne de mire    L'homme aux chaussettes rouges quitte DFC    La RAM achemine le vaccin anti-covid à Casablanca (photo)    Première édition de «Blabl'Art» à Casablanca    CRI : Crise sanitaire ? Connais pas !    L'Inde donne son feu vert pour l'exportation du vaccin vers le Maroc    Le Maroc et Israël signent un accord pour des vols directs entre les deux pays    SM le Roi reçoit le ministre émirati des affaires étrangères et de la coopération internationale    L'appui US au plan d' autonomie s 'inscrit dans une logique de rupture par rapport au statu quo qui entretenait la tension dans la région    Rallye Aïcha des Gazelles : la 30ème édition de nouveau reportée    Belhanda, buteur et passeur avec Galatasaray    Le Maroc plaide pour une stratégie africaine de l'éducation    La forte participation à la conférence de soutien à l'initiative d' autonomie confirme le réalisme de la vision marocaine    "Le secret de la lettre " , nouveau roman de Mohammed Ennaji    Le premier club de tolérance et de coexistence voit le jour à Essaouira    L'Opinion : Distorsions espagnoles    Lutte contre la corruption : des experts internationaux plaident pour une approche solide et coordonnée    SM le Roi félicite M. Faustin-Archange Touadéra    Radios privées, une «mue» bienfaitrice!    L'ONU condamne le meurtre de deux Casques bleus, dont un Marocain, en République centrafricaine    Casablanca: mise en échec d'une tentative d'exportation illicite de pièces géologiques    «Mohammed VI, la vision d'un Roi : actions et ambitions»    «Livre de chevet : les effets positif de la pandémie»    A la découverte de l'univers fantastique de Yassine Balbzioui à Rabat    Rencontre-débat avec Zainab Fasiki à l'IF de Fès    Mise au point : Les "attaques injustifiées" et les "assertions diffamatoires" de RSF ne passent pas    Activité portuaire : une croissance honorable malgré la crise    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Conseillère du président du NTD, la Marocaine Naoual Atlas se livre à cœur ouvert
Publié dans Le Site Info le 30 - 11 - 2020

Engagée en politique depuis une vingtaine d'années, Naoual Atlas est bien connue dans le landerneau politique burkinabè. Conseillère diplomatique du président du Nouveau temps pour la démocratie (NTD), Vincent T. Dabilgou, elle est, par ailleurs, vice-présidente de la commune de Berrechid à Casablanca au Maroc, conseillère au Conseil provincial de Berrechid et aussi membre de Cités et gouvernements locaux unis (CGLU). Naoul Atlas qui nourrit de nombreuses ambitions pour le pays des Hommes intègres a assisté de bout en bout la campagne électorale jusqu'au scrutin couplé présidentielle et législatives du 22 novembre 2020 car pour elle « dans la vie, il faut être témoin des événements phares et des dates-clés des pays qui nous tiennent à cœur ». La « Marocaine du NTD », cette «amoureuse » du Burkina Faso a accordé un entretien à nos confrères de Le Quotidien.
Pourquoi le choix du Burkina pour assister à la campagne et même au scrutin ?
Naoual Atlas : Au vu de l'affection que j'éprouve pour le Burkina, pays des « Hommes intègres », et eu égard aux excellentes relations que j'entretiens depuis bien longtemps avec beaucoup de politiciens, d'acteurs économiques et d'amis burkinabè, j'ai décidé d'assister in situ à la campagne et même à ce scrutin, combien important pour l'avenir du pays au regard de plusieurs facteurs, particulièrement le contexte sécuritaire qui y prévaut ces derniers mois. En outre, comme cité plus haut, je suis conseillère diplomatique du président du parti politique le « Nouveau temps pour la démocratie » (NTD), parti du ministre des Transports Vincent Dabilgou. Ceci étant, je connais très bien le territoire burkinabé dont j'ai visité les différents coins et recoins.
Qu'est ce qui a motivé ce choix ?
Dans la vie, il faut être témoin des événements phares et des dates-clés des pays qui nous tiennent à cœur. Pour le Burkina, qui s'évertue à asseoir la stabilité et le développement dans plusieurs contrées de son territoire face à la menace terroriste, le scrutin présidentiel de dimanche dernier (NDLR 22 novembre 2020) vaut beaucoup plus qu'une échéance électorale, mais une étape essentielle pour poursuivre la lutte contre les chantres du fondamentalisme obscur, qui ont d'ailleurs empêché la tenue de l'élection sur 17 % de son territoire.
Du Maroc au Burkina, avec la pandémie de la COVID-19 vous n'avez pas eu peur ?
Absolument pas car je tiens, autant que faire se peut, à respecter scrupuleusement les gestes barrières décrétés pour lutter contre la propagation du virus et donc éviter d'être contaminée à mon tour. D'autant plus que quand il s'agit d'une pandémie, donc d'une maladie qui se propage à l'échelle mondiale, on n'est jamais sûr d'être à l'abri peu importe où l'on se trouve.
Comment vous avez trouvé la campagne en général ?
Globalement, la campagne s'est déroulée dans des conditions normales. La normalité et la sérénité en ont été les maîtres-mots. Pendant cette période, j'ai parcouru le pays en long et en large sans constater le moindre incident ou la moindre perturbation du processus électoral. Et ce qui m'a agréablement surpris, c'est surtout la conduite du citoyen burkinabé qui a fait montre d'un sens élevé de civisme et de discipline. Le Burkinabé mérite tout le bien du monde.
Un candidat vous a-t-il marqué en particulier ?
A vrai dire, j'ai plutôt apprécié les propos tenus par le président réélu Roch Marc Christian Kaboré quand il n'a pas exclu le retour dans le pays de l'ex-chef de l'Etat Blaise Compaoré. Il s'est même dit favorable au retour « dans la dignité » de ce dernier. Je salue cette déclaration et ce geste bienveillant à même, à mon avis, d'asseoir et de consolider la réconciliation et le vivre-ensemble dans le pays. Cette déclaration est d'autant plus louable qu'elle a été tenue en campagne électorale à Ziniaré, dans le fief de l'ex-président Blaise Compaoré. Tout un symbole. Je tiens aussi à saluer le souci du président Kaboré, alors candidat, de promouvoir l'employabilité des jeunes Burkinabè à travers le développement du tissu des petites et moyennes entreprises.
Un message pour le candidat réélu ?
D'abord, je souhaite que sa deuxième mandature soit entourée de plein succès et auréolée de hauts faits économiques, sociaux et sécuritaires. Ensuite, je lui adresse mes vifs et sincères remerciements pour le soutien du Burkina à l'intégrité territoriale du Maroc, sa décision d'ouvrir un consulat général à Dakhla dans la Sahara marocain et, enfin, pour son récent appui aux mesures prises par le Royaume pour mettre fin au blocage de la circulation civile et commerciale dans le poste-frontière d'El guergarate.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.