Dakhla : «Région de Rêve 2021»    Quels sont les défis à relever pour garantir le succès de la ZLECAf ?    Stratégie : Kia Maroc dévoile ses nouvelles ambitions pour 2021    Président à part, sera-t-il aussi un ex-président à part ?    Visas: Le plaidoyer du député franco-marocain M'jid El Guerrab pour l'Afrique    Pays-Bas: Démission du gouvernement de Mark Rutte    Maroc-USA:Fischer rassure quant à la position de l'administration Biden sur le Sahara    Un Casque bleu marocain parmi les victimes en République centrafricaine    Etats-Unis : Les premières décisions de Biden et les dernières de Pompeo    Ammouta : Victoire d'une importance capitale    Le Maroc éliminé après 3 défaites successives    Le Maroc réussit son entrée vers la défense de son titre    Coronavirus : le gouvernement prolonge les mesures de restriction en vigueur de 2 semaines    Affaire Laila: L'ADN, l'émotion et la polémique    Recherche scientifique: Quel rôle peut jouer l'université dans le renforcement de la dynamique de développement    La Chine défend sa gestion après des critiques d'experts    Nador: Interpellation de sept personnes pour escroquerie, enlèvement, séquestration et demande de rançon    Paru chez l'édition La Croisée des Chemins : «Le Secret de la Lettre» : Mohamed Ennaji porte un regard sur l'école coranique d'hier    Stud'IFO : Concert virtuel entre Cheikh Brahmi et Snitra    Le sélectionneur du Zimbabwe accuse le Cameroun de sorcellerie !    Ben Abdelkader pose les conditions de modernisation du système judiciaire    Situé à Casa Anfa : Un Institut «nouvelle génération» sur le digital verra bientôt le jour    «En 2020, l'offshoring marocain a montré sa capacité exceptionnelle à résister»    Procès à distance : Quelque 6.421 affaires mises au rôle du 12 au 15 janvier    Les USA n'ont fait que dire tout haut ce que pensent les autres Etats et le Conseil de sécurité    Masque en tissu : voici les nouvelles recommandations    L'envoyé US pour la lutte contre l'antisémitisme salue la «vision de paix» de SM le Roi    Profitant du nul entre la Libye et le Niger : La RDC prend seule la tête du groupe B    Meknès retrouve la culture à l'air libre    Une nouvelle émission rendant hommage à la diversité culturelle    «Le discours de la folie dans le patrimoine arabe et occidental»    Norvège. Le vaccin Pfizer fait 23 morts    Eliminatoires Afrobasket (Tunisie, 17-21 février 2021) : Stage de l'équipe nationale seniors    Virus Covid mutant: Le Maroc se ferme à l'Australie, le Brésil, l'Irlande et la Nouvelle Zelande    La BAD compte sur le Maroc pour développer son indice    Véhicules acquis à l'étranger : Les droits d'immatriculation peuvent être payés en ligne    Performance du secteur privé : La CGEM lance la 4ème édition de son baromètre    RNI Academy, une nouvelle structure pour la formation des élus de demain    Euromed : Quel avenir ?    Mondial de Handball 2021 : Touché par la Covid-19, le Cap-Vert contraint de quitter la compétition    CHAN / Ouganda-Rwanda (0-0) : Un nul en faveur du Maroc    Le Maroc et les Etats-Unis s'engagent contre le trafic illicite    Communication: rapprochement stratégique entre le marocain Brand & Image et l'israélien Kam Global Strategies    Maroc/Etats-Unis : David Fischer rend hommage au Maroc et à son Roi (vidéo)    Recours au financement externe " maîtrisé et soutenable "    El-Jadida comme champ de signes et de représentations    Sahara : Le Togo exprime son "soutien total" à la souveraineté du Maroc    Accords d'Abraham. Que fera Joe Biden de l'héritage de Donald Trump?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pas moins de 300 médicaments manquent en Algérie
Publié dans Le Site Info le 04 - 12 - 2020

Pas moins de 300 médicaments sont actuellement manquants en Algérie, selon le Syndicat national des pharmaciens d'officines (SNAPO).
« Au mois de juin, on a recensé 150 médicaments qui manquent sur le terrain. En septembre, on a été à 250 médicaments. Actuellement, nous sommes à pas moins de 300 produits », a précisé le président du SNAPO, Messaoud Belambri dans des déclarations à la presse.
Selon lui, ces ruptures sont constatées sur le terrain et concernent des médicaments sur le marché, parmi lesquels des médicaments de base, dont certains sont importés et d'autres produits localement. « Ces chiffres ne nous incitent pas à l'optimise, d'autant plus qu'ils sont susceptibles d'augmenter », a-t-il ajouté, précisant que les pharmaciens ignorent « les véritables raisons » de cette pénurie.
« Nous ignorons les véritables raisons de ce manque. C'est des produits qui ne sont pas disponibles auprès de nos distributeurs habituels. C'est un manque qui perdure et nous ne percevons pas de signes positifs disant que la situation va s'améliorer », a-t-il déploré, mettant en garde contre une « situation dure » qui « s'aggrave de plus en plus ».
Tout en souhaitant qu'il y ait des mesures d'urgence pour pallier la situation, Belambri a rappelé que l'Algérie n'a jamais atteint un tel niveau de ruptures des médicaments.
Si un ministère délégué à l'Industrie pharmaceutique, qui dispose des pleins pouvoirs pour « signer des programmes d'importation et de promotion de l'industrie locale » a été créé pour laisser espérer à une meilleure gestion du secteur, « ses résultats sont absents », a-t-indiqué.
Belambri a rappelé que les responsables avaient assuré, en septembre dernier, qu'il n'y aura pas de pénurie de médicaments jusqu'à la fin de cette année, mais la réalité confirme le contraire.
« Les mêmes déclarations ont fait état de la réduction, avant la fin de l'année en cours, de 500 millions de dollars de la facture d'importation des médicaments et les remplacer par des médicaments produits localement », rappelle également le président du SNAPO, notant que « rien » de ces promesses « ne s'est produit », en témoigne l'absence de nombreux médicaments sur le marché et qui n'ont pas été remplacés par des produits locaux.
Belambri a espéré que « la réaction des autorités » sera « rapide et forte » pour « résoudre ce problème », car « les patients ne peuvent plus attendre pour se soigner », expliquant que parmi les raisons de ces pénuries figurent un « problème de signature des programmes d'importation ».
Il a affirmé que depuis le transfert au ministère de l'Industrie pharmaceutique, des compétences de l'industrie pharmaceutique, de la production locale, de l'importation et de la distribution de médicaments, des programmes complémentaires d'importation, signés entre juillet et août par le ministère de la Santé, ont été annulés.
« Nous ne connaissons pas le sort de ces programmes d'importation, et c'est l'une des raisons qui ont contribué à la pénurie de médicaments », a-t-il fait savoir, ajoutant que c'est « le manque de contrôle et de transparence et l'absence de numérisation du secteur qui ont joué un rôle dans l'aggravation de ce problème ».
« Il ne suffit pas que l'Etat continue les programmes d'importation sans qu'il y ait un suivi au niveau des opérateurs, en les obligeant à respecter le programme et le calendrier de leur importation », a-t-il noté.
Belambri a aussi appelé à la création d'une « cellule de vigilance pour mener des enquêtes de terrain afin de diagnostiquer le problème avec l'ensemble des opérateurs du médicament afin de trouver des solutions durables ».
Ces déclarations vont dans le même sens que celles tenues par le porte-parole du syndicat national des pharmaciens algériens agréés, Samir Ouali, qui avait pointé un doigt accusateur à l'adresse de certains distributeurs « qui font du chantage aux officines pharmaceutiques en leur imposant une vente concomitante de certains produits », et appelé à leur « dénonciation publique », au même titre que « ceux qui stockent les médicaments pour provoquer une pénurie artificielle sur le marché ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.