La France et l'Europe doivent mettre en place une alliance rénovée avec le Maroc (politologue)    Le CCME célèbre les Marocains du Monde et leurs régions    #Dégage_Akhannouch : «le patron d'Afriquia est accusé d'augmenter les prix à la pompe pour s'enrichir»    Le MDDH appelle à renforcer le contrôle du secteur privé    La demande sur les Bons de Trésor recule de 16,1% au premier semestre 2022    Finances publiques: la situation reste maîtrisée    Finances publiques: regain de forme des économies    Bourse de Casablanca: Clôture en bonne mine    فيروس كورونا :191 إصابة جديدة وحالة وفاة واحدة في 24 ساعة الأخيرة    Juillet 2022, l'un des plus chauds mois jamais enregistrés dans le monde    Taïwan organise des exercices militaires, accuse Pékin de préparer une invasion    Le Groupe arabe à l'ONU salue les efforts soutenus de SM le Roi, Président du Comité Al-Qods    Algérie-arnaque d'étudiants : prison ferme pour deux personnes    La Marine Royale porte assistance à 23 marins pêcheurs au large de Casablanca    Jeux de la solidarité islamique/400 m haies: Noura Ennadi remporte la médaille d'or    Yassine Labhiri rejoint finalement ...la RSB    Football : Le championnat marocain, destination préférée des joueurs algériens    Jeux de la solidarité islamique/Taekwondo : Nada Laâraj offre la 1ère médaille d'or au Maroc, Omaima El Bouchti en argent    Ligue des Champions de la CAF: Tirage au sort des tours préliminaires    Dr Mrabet : La fin d'une vague épidémique ne signifie pas la fin de l'épidémie    Covid-19/Maroc : Baisse du taux d'occupation des lits de REA à 0.9%    Chambre des Conseillers : la sécurité sanitaire est une priorité centrale de la souveraineté nationale    La Marine royale porte assistance à 23 marins pêcheurs au large de Casablanca    Jidar-Rabat : La 7ème édition s'achève par un bilan de neuf nouvelles oeuvres d'envergure    Maroc : La SNRT ouvre ses portes aux associations des Marocains du monde    Célébration de « Baba Achour »    Le moussem de Moulay Abdellah Amghar revient après deux ans de suspension    La prochaine WAFCON de nouveau au Maroc    Les Etats-Unis et les pays africains, des « partenaires égaux » face aux nouveaux défis    Une nouvelle étude révèle que 58% des maladies infectieuses seraient liées aux menaces climatiques    Accord de paix au Tchad: l'ONU salue une « étape importante » dans l'histoire du pays    Les Casques bleus en Afrique, entre consentement et crise de légitimité    Frontière turco-syrienne : Erdogan déterminé à mettre en place un corridor de sécurité    L'UE annonce une aide de 261 millions d'euros à l'UNRWA    La culture autre levier de la diplomatie marocaine    5èmes jeux de la Solidarité islamique : une forte participation marocaine pour faire briller le sport national    Air Canada: des vols annulés, la compagnie refuse d'indemniser les passagers    Le «Pavillon Bleu» hissé pour la 11è fois consécutive sur la plage d'Aglou à Tiznit    Casablanca : Cinq ans de prison ferme pour une mère de famille qui a tué sa voisine    Un ex-enseignant se jette dans le vide et une femme se suicide par pendaison    Clôture à Ain Leuh du 21ème Festival national d'Ahidous    Beyonce au sommet des ventes aux Etats-Unis, une première depuis près de 15 ans    Interview avec Ahmed Taoufik Moulnakhla : « Nous voulons contribuer au développement du partenariat Sud-Sud »    Najat Aâtabou danse et chante à l'occasion d'Achoura (VIDEO)    Le «Parlement itinérant» fait escale à Tanger    La revue de presse du mardi 9 août    ONU : Le Groupe arabe salue les efforts soutenus du Roi en faveur de la cause palestinienne    Le Conseil de sécurité de l'ONU se penche sur la situation à Gaza    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le patron du BCIJ se livre dans un entretien à Jeune Afrique
Publié dans Le Site Info le 10 - 03 - 2021

Plus de 100 séparatistes du front polisario s'activent au sein d'Al-Qaïda au Maghreb islamique, a prévenu Cherkaoui Habboub, Directeur du Bureau central des investigations judiciaires (BCIJ), dans un entretien au magazine Jeune Afrique.
« Il est également établi qu'il y a un encadrement dans les camps de Tindouf et un endoctrinement assuré par les imams des camps. C'est aussi un facteur qui a fait de la région du Sahel ce qu'elle est aujourd'hui : une menace aussi bien pour le Maroc que pour les autres pays », a souligné Habboub, ajoutant que « ce constat établi nous renvoie à l'implication des éléments du front polisario dans les groupuscules terroristes, soit au sein d'AQMI, soit de l'État islamique au grand Sahara ».
Face à la dangerosité de ces organisations, la coopération sécuritaire régionale est une condition sine qua none pour anéantir la menace, ajoute le directeur du BCIJ, qui a déploré l'inexistence de coopération avec l'Algérie.
Il s'agit là d'un danger, mais aussi d'un frein, pour tous les efforts consentis par les pays de la région et les autres puissances mondiales pour lutter contre ce phénomène, estime-t-il.
Selon Habboub, le Sahel représente un "grand danger" et un "grand défi sécuritaire" pour le Maroc, faisant observer que c'est de cette région que provient aujourd'hui la menace terroriste qui pèse sur le Royaume et sur les pays voisins.
« Cela s'explique par les troubles aussi bien politiques que socio-économiques que connaît la zone », note le sécuritaire marocain, précisant qu'il s'agit d'une vaste région où la surveillance sécuritaire n'est pas évidente.
Après leurs chutes respectives en Afghanistan et en Syrie, les deux principales organisations terroristes, à savoir Al-Qaïda et Daech, ont trouvé dans le Sahel un "terrain fertile", alerte-t-il, ajoutant que depuis, plusieurs organisations y sont actives : certaines sont affiliées à AQMI (Al-Qaïda au Maghreb islamique), d'autres à Al-Qaïda. Il y a aussi l'État islamique dans le grand Sahara (EI-GS), dirigé par Adnane Abou Walid al-Sahraoui – natif de Laâyoune et ancien membre actif du front polisario, qui entre 2016 jusqu'en 2020, a revendiqué plusieurs opérations terroristes dans la région, rappelle le Directeur du BCIJ, ajoutant que les États-Unis offrent 5 millions de dollars pour toute information à même de permettre sa localisation, alors que la région du Sahel est en train de devenir un "épicentre des organisations terroristes".
S'agissant de la démarche marocaine face à cette menace, Habboub a fait savoir que depuis les attentats du 16 mai 2003, le Maroc a adopté, sous l'impulsion du roi Mohammed VI, une approche globale, intégrée et multidimensionnelle, dont les mots d'ordre sont la vigilance et l'anticipation.
« Ces deux principes sont aujourd'hui fondamentaux face à la menace du Sahel », explique-t-il, faisant observer qu'outre la région du Sahel, le retour des combattants terroristes marocains constitue « l'un des plus grands défis pour le BCIJ et le Royaume ».
Le responsable sécuritaire rappelle à cet égard que 1 654 Marocains ont rejoint les rangs de l'organisation terroriste de l'État islamique depuis son émergence en 2014 et que ces individus ont été formés à la fabrication des explosifs et de poisons mortels, entre autres.
"En somme, ce sont des combattants qui sont dotés aujourd'hui d'une expérience guerrière. Parmi ces 1 654 Marocains, 270 sont rentrés au Maroc. De son côté, le BCIJ a traité 137 cas, c'est-à-dire que nous avons réussi à déférer devant la justice 137 individus. Parmi eux, 115 ont été actifs dans la zone syro-irakienne, 14 en Libye, plus huit autres combattants qui ont été rapatriés par le Royaume, en coordination avec les Etats-Unis en 2019", explique-t-il, évoquant également sur la question des femmes et des mineurs marocains encore bloqués dans les zones de conflits.
A la question de savoir si le Maroc est à l'abri d'une menace terroriste, le directeur du BCIJ a souligné que "ce n'est pas parce que le Maroc est considéré comme l'un des pays pionniers dans la lutte antiterroriste qu'il est à l'abri d'une menace terroriste".
"Pour le dire clairement, nous ne sommes jamais à l'abri, et aucun pays dans le monde ne peut se targuer de l'être", a-t-il insisté.
S'agissant de la coopération marocaine en matière de lutte anti-terroriste, il a souligné que le Maroc est entièrement engagé aux côtés de ses partenaires dans la coalition internationale contre le terrorisme depuis les attentats du 11 septembre 2001. « Depuis ce jour-là, le Royaume est devenu une cible pour les terroristes", a-t-il affirmé.
Le Maroc est engagé efficacement aux côtés des pays arabes, africains et les autres pays d'autres continents pour lutter contre le terrorisme, ajoute-t-il, relevant que cela passe par le partage des expériences, l'échange des informations et la coordination sécuritaire continue ainsi que par un échange dans le domaine de la formation.
Il a indiqué dans ce contexte que "plusieurs responsables africains ont été formés au Maroc. Ces responsables viennent essentiellement de pays comme la Mauritanie, le Gabon, le Burkina-Faso, la Guinée-Conakry, le Madagascar et la Tanzanie".
Le directeur du BCIJ est revenu également sur la coopération avec les États Unis qui a permis récemment aux autorités américaines d'interpeller un soldat américain pour son implication dans la planification d'actes terroristes en plus de ses liens avec des éléments appartenant à Daech.
« Les renseignements précis de la DGST au sujet du soldat et de son projet terroriste ont permis aux autorités américaines de l'interpeller et d'éviter un drame. Cet exemple est révélateur de l'approche marocaine, marquée par la continuité et la précision dans l'analyse des informations. Ajoutons à cela le timing de la communication. Autant d'éléments qui ont permis au Maroc d'être réélu, en 2019, pour un troisième mandat à la coprésidence du Forum mondial de lutte contre le terrorisme", s'est-il félicité.
S'agissant du le Bureau-programme des Nations unies pour la lutte contre le terrorisme et la formation en Afrique que le Maroc va abriter, Habboub a indiqué le but de ce Bureau-programme est d'unifier les efforts et de discuter de tous les sujets liés au terrorisme sur le continent africain. "C'est un honneur pour nous que ce bureau prenne ses quartiers au Maroc. Les institutions du Royaume, notamment le BCIJ, ne vont pas lésiner sur les moyens, que ce soit en termes d'échange d'expérience ou en termes de formation, pour faire réussir ce projet", a-t-il dit.
Et d'ajouter que "la coopération internationale est une nécessité pour tous les pays. Les États-Unis louent la coopération fructueuse avec le Maroc, d'autres pays comme la Belgique ou la France l'ont déjà fait. Avec l'Espagne, nous comptabilisons aujourd'hui dix opérations conjointes pour le démantèlement de cellules", note le responsable sécuritaire marocain. "Nous n'attendons pas qu'un pays loue nos efforts pour lui envoyer des renseignements. Si un pays est en danger, nous lui envoyons toutes les informations dont nous disposons pour sauver les vies humaines et préserver la stabilité du pays", relève-t-il.
Habboub a enfin qualifié de "très satisfaisant" le bilan du BCIJ. Depuis sa création, 82 cellules ont été démantelées, dont 76 en relation avec l'État islamique. 1338 personnes ont été interpellées, 14 femmes, et 33 mineurs. Seuls 54 individus interpellés avaient des antécédents judiciaires liés au terrorisme, a-t-il énuméré.
"Si l'on parle plus généralement du bilan marocain dans la lutte antiterroriste, le Royaume a pu démanteler 209 cellules depuis 2002. En 2020, le BCIJ a démantelé 8 cellules terroristes. Concernant les combattants tués lors des affrontements dans la zone syro-irakienne, leur nombre s'élève à 745", a-t-il conclu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.