Concours «Street Art Casablanca»    Le plaidoyer du Maroc pour une OMC plus efficace    Mahrez envoie Manchester City en finale    LA BAD APPUIE LE MAROC AVEC PRÈS D'UN MILLION DE DOLLARS    Le Djibouti réitère son attachement «résolu et constant» à l'intégrité territoriale du Maroc    Secousse tellurique de 3 degrés dans la province de Ouarzazate    Nizar Baraka : "Il est temps de revoir la répartition des richesses"    L'accueil par l'Espagne du chef du "polisario" est contraire aux règles de partenariat avec le Maroc (El Khalfi)    La police Espagnole confirme que Brahim Ghali a été admis à l'hôpital San Pedro avec une fausse identité    Le Conseil de surveillance de Facebook décide le maintien de l'interdiction de Trump sur le réseau social    AGROALIMENTAIRE/Agropoles: des plateformes intégrées avec des incitations pour les investisseurs    Coupe du Trône : Ce soir, deux belles parties en perspective !    Le bus du Raja vandalisé dans le parking de l'hôtel du rassemblement à Rabat !?    Nordin Amrabat vers un retour en Europe    Covid-19/Maroc : 5 décès et 371 nouvelles contaminations ces dernières 24 heures    Madrid: Manifestation massive devant l'Audience Nationale pour réclamer l'arrestation du dénommé Brahim Ghali    La Bourse de Casablanca clôture dans le vert    Ce qu'il faut retenir des études relatives au développement du cannabis    USA: Facebook maintient l'interdiction du compte de Donald Trump    Chloroquine-hydroxychloroquine : les pharmacies bientôt réapprovisionnées    Le 11ème Festival International de Meknès du Cinéma des Jeunes se déroulera du 25 au 28 mai    Entre livre et lecture: La réalité numérique transforme le livre en mythe    Quand la pandémie pérennise son lexique dans la langue française    Hôtellerie : l'Israélien Fattal lorgne le Maroc    « Mon histoire avec les médicaments », une autobiographie de feu Omar Tazi [Chapitre 1]    Le dirham devrait s'apprécier face au dollar de 0,1%    Ramadan/Tanger: un restaurant sert un Ftour express, couvre-feu oblige (reportage)    Larbi Tourak expose ses œuvres à Fès    Nuits ramadanesques : Le groupe Tarwa N-Tiniri se produira le 6 mai    Selon l'UAFA : Le Maroc organisera la Coupe Arabe des Nations U17 juillet prochain !    Hakimi dans le viseur du Bayern Munich    Covid-19: deux cas du variant indien détectés en Espagne    Coupe du Trône: voici le premier qualifié au dernier carré (VIDEO)    230 pompiers algériens lourdement sanctionnés pour avoir manifesté    Le Premier secrétaire de l'USFP s'entretient avec l'ambassadeur du Pakistan au Maroc    Brahim Ghali et cinq de ses complices dans les mailles de la justice espagnole    La BVC démarre en territoire positif    Devises vs Dirham: les cours de change de ce mercredi 5 mai    Au Musée Reina Sofia à Madrid : «Trilogie marocaine : 1950-2020»    Jazz au Maroc: vivement le live !    Santé : Des médecins cubains au Maroc ?    Covid-19 : Deux cas du variant indien détectés en Espagne    Simplification des procédures administratives : La CMR se conforme à la nouvelle loi    Ministère: Près de 4 millions d'Espagnols au chômage    Météo: le temps prévu ce mercredi 5 mai au Maroc    Bill et Melinda Gates continueront à gérer ensemble leur fondation après leur divorce    Thomas Tuchel : "Aucune raison de faire trop de changements"    Le leader de Podemos, Pablo Iglesias, se retire de la vie politique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Chronique d'une vie ordinaire. Les marocains s'occupent de leur intérieur...et l'extérieur ?
Publié dans Le Site Info le 15 - 03 - 2021

Marocaine, active, engagée dans sa vie personnelle et professionnelle, Meriem pose un regard curieux, parfois étonné, sur son quotidien et celui de ses compatriotes.
par Meriem Alaoui Rizq
Au Maroc, tout le monde s'accorde à dire que nous avons une culture de l'intérieur qui est très développée. Des usages ancestraux et un savoir-faire artisanal que nous portons en héritage, à la fois sur notre manière d'être, de recevoir, de vivre.
Jusque récemment, nos intérieurs devaient répondre à des normes très précises, reflétant l'art de vivre à la marocaine et la manière dont les maîtres de maison avaient choisi de les réinterpréter à « leur sauce ».
Aujourd'hui, si d'aucuns se sentent plus libres de réinterpréter les traditions, chacun à sa sauce, tous ont la même aspiration qu'ailleurs: que l'intérieur de son « chez soi » soit une carte de visite qui parle de soi, en se passant de paroles : la qualité des finitions, la richesse des tissus, la finesse des décorations, qu'elles viennent du bout du monde ou d'un magasin qui ramène l'exotisme à prix accessibles, tout ça dit, à la place de la famille, son ouverture sur le monde, au même titre que le nombre de chaînes tv qu'elle capte ou la taille de l'écran devant lequel elle se rassemble.
Tout le soin que nous apportons à nos intérieurs pour montrer, sans parler, notre statut social se matérialise également pour « le dehors », avec un soin pareillement apporté aux signes extérieurs de statut : vêtements « in », avec des marques – d'origine ou copiées – plus ou moins visibles ; tous ces accessoires disant à quel point leur propriétaire choisit de coller à l'air du temps, ou pas.
Les marocains s'occupent de leur intérieur, de leur apparence et attributs extérieurs mais il y a bien un aspect de ce « dehors » qui ne les intéresse pas beaucoup, dans leur immense majorité ; ce qui se passe en dehors des murs de leur maison ou des portes de la voiture, le « vrai dehors »
Un vrai désintérêt est marqué pour ce qui est censé rassembler : la chose collective.
Moi, je me suis toujours demandée comment on pouvait autant prendre soin du lieu de vie de la famille et aussi peu se soucier de la vie de la ville.
Jeune ado, une image d'une normalité affligeante m'avait pas mal marquée: il y a de ça quelques années, nous passions, en voiture, avec mes parents, dans un quartier résidentiel ou des petites villas jouxtaient des immeubles denses. Une des portes de garage de la villa s'ouvre et une employée de maison, sortant les ordures, vidait le contenu total de la poubelle (épluchures de légumes, emballages), à quelques pas de la villa, secouant bien la poubelle avant de rentrer à la maison poursuivre son travail.
Elle, évidemment, n'y est pour rien. En tout cas, elle n'est pas le sujet ni la cible de cette chronique. On ne lui aura pas donné la consigne. Peut-être, à l'époque avais-je jugé hativement les habitants de la villa mais je n'avais pas bien compris comment on pouvait habiter dans une villa cossue et ne pas se soucier du lieu ou finissaient les ordures ménagères de la famille
Cette interrogation de l'époque met le doigt sur quelque chose qui caractérise pas mal certains d'entre nous : une envie de ne pas regarder là où c'est sale, moche, odorant ....où le monde s'invite dans son infini bazar, dans la vie bien rangée de certains.
Cette situation et ce qu'elle disait de la manière qu'avaient certains de cloisonner le dedans et le dehors m'avait vraiment étonnée. A l'époque. Et aujourd'hui encore.
Je me demande encore si les choses ont tellement changé


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.