Tensions à Jérusalem: Washington appelle à la « désescalade »    Fès ne connaîtra pas des restrictions exceptionnelles de déplacement (autorités)    Le Maroc reçoit deux millions doses supplémentaires de vaccin de la Chine    Journée Internationale de l'Arganier : le Maroc et l'ONU célèbrent ce patrimoine immatériel(Reportage)    Météo: le temps prévu ce mardi 11 mai au Maroc    El Othmani a-t-il vraiment menacé de démissionner du gouvernement?    Manifestations à Rabat et Casablanca en solidarité avec la Palestine    Covid: le variant B.1.617 découvert en Inde classé comme "préoccupant" par l'OMS    Nasser Bourita s'est entretenu avec son homologue burundais    Italie: pas de Serie A pour la Juve si elle reste dans la Super Ligue    Mutandis SCA: Châabi Capital Investissement réduit ses parts (AMMC)    CAF : Le Tirage au sort des éliminatoires de la Coupe d'Afrique des Nations Féminine "Total, Maroc 2022"    Vaccination : réception de 2 millions de doses supplémentaires du vaccin Sinopharm    Covid-19: Les déplacements de et vers la ville de Fès, du 11 au 16 mai soumis à conditions    La croissance du PIB réel au Maroc prévue à 4,8% en 2021    Le PSG s'éloigne du titre    Manchester United fait attendre City en gagnant à Aston Villa    Le Maroc dénonce les violences israéliennes à Al-Qods    De nouvelles dispositions ravivent les espoirs des « petits » partis    Le Maroc réélu au comité exécutif    Campagne de solidarité en faveur des artistes    Bras de fer entre les professionnels du cinéma et le CCM !    L'Opinion: Délais de paiement, la croix des TPE    Botola Pro: la phase aller en chiffres    La Fondation Mohammed VI insiste sur la sauvegarde et le développement de l'arganier    L'association Arts et Cultures se mobilise en faveur de l'inclusion sociale et du développement humain    Arts plastiques: Ces maîtres «singuliers»    Artisanat : le Maroc triple ses exportations vers l'Australie    Akhannouch à El Mundo : Le Maroc a besoin de positions qui rétablissent la confiance dans les relations avec Madrid    Les marches du Hirak doivent être «déclarées»... «L'Algérie Nouvelle s'installe dans la dictature», selon la LADDH    Sahara : la RDC réaffirme le caractère sérieux et crédible de l'Initiative marocaine d'autonomie    Patrick Buisson, ancien conseiller politique de Nicolas Sarkozy : «J'ai tendance à considérer que les musulmans sont des êtres supérieurs»    Liga / Zidane : « On va se battre jusqu'au bout ! »    Le Maroc lance un programme de bourses d'excellence destinés aux étudiants de pays subsahariens    Nouvelle tribune de militaires : le monde de la défense en France n'en peut plus du délitement du pays    Les raisons de la brouille entre le Maroc et l'Allemagne    Hakimi au sommet de la Botte    Maroc/Campagne céréalière: Des mesures incitatives à la commercialisation de la production nationale    Mohamed Laroussi: «méditations et médisances»    Mosquée Al-Aqsa: des dizaines de Palestiniens blessés dans des attaques de l'armée d'occupation    L'ORSEM et AtlantaSanad Assurance publient un guide RSE sur les conditions du travail au Maroc    Croissance, finances publiques, marché des taux…CDG Capital expose ses prévisions pour 2021 et 2022    Abdelmadjid Tebboune ordonne la résiliation des contrats noués avec les sociétés marocaines    Canada : le Maroc contourne l'embargo pour équiper ses drones turcs    Géostratégie : Le renforcement régional du Maroc vu d'Espagne    Interview avec Abderrahmane Chabib : «les institutions nationales manquent de Public-Diplomacy»    Zlatan Ibrahimovic blessé à 5 semaines de l'Euro    Marrakech : La société civile mobilisée pour préserver le cachet de la Place de Jemaa El Fna (VIDEO)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Chronique d'une vie ordinaire. Et les poubelles, c'est pour les chiens ?
Publié dans Le Site Info le 22 - 03 - 2021

Marocaine, active, engagée dans sa vie personnelle et professionnelle, Meriem pose un regard curieux, parfois étonné, sur son quotidien et celui de ses compatriotes.
par Meriem Alaoui Rizq
Suite à ma dernière publication, qui abordait le rapport des marocains au « dehors », qu'ils contribuent à entretenir ou à dégrader, c'est selon, des proches m'ont demandé pourquoi je m'étais contentée de parler de manière si légère de notre rapport à l'espace public.
En vérité, il y a tant à en dire et en même temps j'ai l'impression qu'on ressasse souvent les mêmes anecdotes: cet homme ou cette femme, bien installé (e ) dans sa voiture à 400 patates qui ouvre la vitre et disperse au vent, dans le meilleur des cas, du papier qui aura l'amabilité de s'auto-recycler en quelques semaines ou, plus souvent, des bouteilles vides ou des sachets en plastique qui finiront recyclés en bouteille de transport de liquide vaisselle de 2eme catégorie ou en garrot de roue de vélo.
Et, croyez-moi, ça ne sert à rien d'essayer de parlementer avec ces hommes et femmes qui s'estiment dans leur bon droit quand ils choisissent de jeter leurs déchets dehors plutôt que dans leur voiture qu'il leur coûtera entre 10 et 20 dirhams de nettoyer un samedi matin, pendant qu'ils font leur marche hebdomadaire.
Je me souviens d'un jour, où je faisais une marche en bord de mer à me remplir les poumons d'air iodé quand un homme vigoureux, qui faisait une marche active, me dépasse et jette sur le trottoir la bouteille d'eau qu'il avait jusque-là dans la main.
Ce qui m'a étonnée, c'est qu'on peut reprocher beaucoup de choses à notre corniche, mais pas son absence de poubelles, il y en a tous les 150 mètres.
Et ce gars-là, au lieu de garder sa bouteille en main entre deux poubelles, choisit de la jeter.
Évidemment, j'ai réagi et évidemment on s'est traités de tous les noms d'oiseaux imaginables.
Il a dû penser que j'outrepassais mes droits et entravais sa liberté de circulation et elle de jeter les emballages de ses produits où bon lui semblait.
Et moi, je me suis dit que mon intervention n'avait servi à pas grand-chose, sinon à m'énerver pour rien car clairement ce n'est pas ma remarque qui allait changer sa manière de faire.
Ça n'a l'air de rien mais entre nous deux, il y avait un choc civilisationnel: le « clash » de deux mondes qui se côtoient sans se rencontrer et qui, quand ils se parlent, ne se comprennent pas très bien
Et cette discussion où ne s'entendait pas est un reflet de ce monde un peu schizophrène dans lequel nos enfants seront appelés à grandir : à constater de visu le fossé qui sépare ce qu'on leur inculque à la maison et ce qu'ils sont amenés à voir dehors.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.