Culture de pastèque: l'ONSSA rassure les Marocains    La politique nationale de l'environnement des affaires 2021-2025 adoptée    Factures fictives : ce que la DGI recommande aux entreprises    Algérie : le gouvernement avertit contre des actes « subversifs »    Des garde-côtes marocains formés par Frontex pour le sauvetage des migrants en haute mer    Nos vœux    Divertissement: Mounia LEMKIMEL fait le show chez Rachid ALLALI, ce soir à 22h50    Le ministère de l'Intérieur rappelle la nécessité de se limiter à 10 personnes lors des enterrements    Ramadan 1442: voici le montant de Zakat Al-Fitr au Maroc    Chambres professionnelles: l'inscription sur les listes électorales du 10 au 30 mai    Affaire du dénommé Brahim Ghali : Une ONG espagnole dénonce « le silence et l'ambiguïté » de l'exécutif ibérique    Elections 2021: le choix des candidats, entre renouvellement et reproduction des élites    Secousses telluriques à Driouch: les explications d'un expert    Japon : état d'urgence prolongé à l'approche des Jeux de Tokyo    Achraf Bencharki de nouveau buteur et passeur    Cyclisme : Tanger candidate pour abriter les Mondiaux 2025    L'ASADEH demande à nouveau «l'arrestation immédiate» du chef du «Polisario» (médias espagnols)    La commercialisation du Mall du Carrousel confiée à AMS AFRICA    Meknès: Deux individus interpellés pour vol à l'intérieur d'agences de transfert de fonds et de change    Les dernières secousses telluriques à Driouch, des répliques à l'activité séismique de 2016    L'épouse de Rachid Ghribi Laroussi à Mohamed Hajib : «Ne parlez pas en notre nom!»    Cinéma : Un réseau d'acteurs pour la promotion des droits de l'Homme voit le jour    Le prince Moulay El Hassan fête son 18ème anniversaire    Première édition des «Tourism Marketing Days» régionales : L'ONMT implique les régions dans la relance    Arganier : Célébration en grande pompe de la première journée internationale    11ème conférence internationale sur le tabac : Les produits alternatifs moins nocifs comme solution    Salé : un multirécidiviste interpellé pour trafic de drogue et agression de policiers    Apiculture : Rabat-Salé-Kénitra dévoile ses ambitions pour Al Jayl Al Akhdar    QUAND LA LOYAUTE FAIT DEFAUT    "Tlata Del Ferhate", le bonheur est le plus grand des trésors ! Dimanche à 23h00    Nigeria : fin de calvaire pour des étudiants enlevés    CIMR/Maroc: Hausse du nombre des affiliés de 4,89% en 2020    Maroc/Météo: Ciel voilé et mercure en légère hausse ce vendredi 7 mai    Votre e-magazine « ATTAHADI » du vendredi 7 mai 2021    Ligue des Champions : La date du match WAC-MCA désormais connue    Sahara: la Zambie toujours aux côtés du Maroc    La reprise des relations entre le Maroc et Israël renforce la dynamique de paix au Proche-Orient (M. Bourita)    L'icône de la chanson amazighe moderne !    Climat : selon l'ONU, des mesures simples pourraient réduire le réchauffement dû au méthane    Bilan cinématographique de 2020 : 13 longs-métrages et 83 courts-métrages produits    WAC et ASFAR Deux grosses cylindrées toujours en course    Ligue des champions de la CAF : Mouloudia Club d'Alger recevra le WAC le 14 mai    Cyclisme-Mondiaux 2025 : le Maroc favori pour accueillir l'événement    Le calligraphe Larbi Tourak expose ses œuvres à Fès    Création d' un réseau d' acteurs pour la promotion des droits de l'Homme    Qualifs Mondial 2022/Afrique: les 1ère et 2e journées reportées à septembre    Le Festival International de Meknès du Cinéma des Jeunes dédié à la mémoire de feu Salaheddine Ghomari (Interview)    Message de condoléances de SM le Roi à la famille de feu Béchir Ben Yahmed, fondateur de "Jeune Afrique"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'hospitalisation du chef des séparatistes en Espagne vue par un politologue
Publié dans Le Site Info le 23 - 04 - 2021

L'hospitalisation du chef des séparatistes du polisario, Brahim Ghali en Espagne sous une identité algérienne fait partie de ce genre d'événements susceptibles d'indiquer un tournant ou une accélération de l'histoire. Et même la fin d'une époque, estime vendredi le politologue Mustapha Tossa.
Signe des temps, Brahim Ghali a été hospitalisé en Espagne sous l'identité d'un citoyen algérien du nom de Mohamed Ben Batouche, « sûrement pour échapper » à une plainte pour viol déposée contre lui en 2010 par des associations de droits de l'homme et par une jeune sahraouie issue des camps de Tindouf du nom de Khadijatou Mahmoud, relève Tossa dans une analyse sous le titre « Polisario, la fin d'une époque ».
Avec cette interrogation qui doit hanter les militaires d'Alger, le chef du polisario finira-t-il devant les tribunaux espagnols pour viol et tortures ?, s'interroge le politologue, ajoutant que "cela sera le comble et la fin spectaculaire d'une vie de mercenaire à la solde d'Alger".
Déjà, le front séparatiste dont il dirigeait les rênes vivait en tout état de cause le crépuscule de son histoire, note Tossa dans cette analyse publiée sur le site Atlasinfo, ajoutant qu'il incarnait une ambition à contre nature de l'histoire et de la géographie, le front polisario, d'autant plus que "ses succès illusoires" ont surtout été l'œuvre d'une diplomatie algérienne qui lui avait dédié, pendant des décennies, la totalité de ses ressources humaines et financières.
Mais, sous les "coups de boutoir d'une diplomatie marocaine efficace et performante, le cercle de ses sympathisants à l'international n'a cessé de se rétrécir au point de se compter sur les doigts de la main", relève le politologue.
Le discrédit des séparatistes du polisario, poursuit-il, fut accentué par plusieurs facteurs dont la prise de conscience de la communauté internationale qu'il s'agit là d'une « Fake » crise entretenue artificiellement pour servir des agendas totalement étrangers aux intérêts de la population de cette région.
"Le maintien en isolement total des camps de réfugiés pendant des décennies au point que des générations entières vivent hors du temps, le scandale des détournements de l'aide humanitaire européenne, la porosité entre les milices armées du polisario et les groupes terroristes qui sillonnent la région du Sahel .. autant de facteurs qui ont participé à dessiller le regard étranger sur cette discorde territoriale et sur ses véritables enjeux", explique Tossa.
Aujourd'hui, note-t-il, l'affaire du polisario n'est ni plus ni moins qu'une affaire de renseignements militaires algériens qui l'avaient imposé comme dossier orphelin et prioritaire de la diplomatie algérienne avec un objectif malin ouvertement assumé : affaiblir le Maroc en le coupant de sa profondeur et de ses racines africaines et s'octroyer à bon prix une ouverture sur l'Atlantique. Cette vision est la colonne vertébrale de l'animosité algérienne à l'égard du Maroc, estime Tossa.
Elle a constitué pendant des années la seule ligne directrice de sa diplomatie et mobilise pour cela toutes ses énergies pour y parvenir au point d'en faire une enjeu de survie politique, relève-t-il.
Aux yeux de Tossa, le polisario est si imbriqué dans les dossiers de l'armée algérienne que pour trouver une issue à cette crise, l'un des moyens les plus efficaces est d'extraire ce dossier de ces tiroirs, soit par la négociation politique directe, soit par la pression internationale.
Et d'ajouter que cette pression a connu un saut qualitatif avec la reconnaissance américaine et sera amenée à s'accentuer et à prendre de l'ampleur avec la stratégie marocaine d'exiger des amis et des alliés du Maroc de clarifier leurs positions et d'oser la reconnaissance totale sur le model américain.
Depuis des décennies, l'armée algérienne exerce un contrôle « soviétique » sur les camps de réfugiés sahraouis, s'arrange pour éliminer tous les sahraouis détenus qui expriment une ouverture sur le Maroc et maintient les populations de ces camps dans un état de détresse, de terreur, de frustrations et de violences pour pouvoir les manipuler à sa guise, dénonce-t-il.
Pire que cela, estime l'éditorialiste, le polisario est devenu pour des pans entiers de l'armée algérienne un juteux fond de commerce, un instrument d'enrichissement et de détournement de fortune, car "c'est au nom de l'aide militaire apportée à ces séparatistes, que les budgets militaires sont validés en secret. C'est au nom de l'aide humanitaire internationale que les détournements et les plus values sont réalisés".
"Il est fort à parier aujourd'hui que si les autorités algériennes ouvrent les portes closes de ces camps de réfugiés, on pourrait assister à « une marche verte à l'envers », où des populations sahraouies marcheraient dans le désert du Sahara vers le Maroc, pour sortir de cet enfer qui n'en finit plus et rejoindre leur patrie, le Maroc. Avec cet objectif d'être partie prenante de la solution d'autonomie proposée par le Royaume et qui séduit tous les forums internationaux", conclut-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.