Covid-19: Les prix des vaccins flambent, les gains des labos cartonnent    L'ancien maire de Fès quitte l'Istiqlal face au «dévoiement de la ligne» du parti    Affaire Ghali : L'étau se resserre autour de l'ex-chef de cabinet de Gonzalez-Laya    Record des transactions par carte bancaire en juillet    Intelaka : 2,7 milliards de DH de crédits accordés à fin 2020    Inondations : la justice allemande enquête sur des soupçons de défaillances dans la gestion du système d'alertes    Allemagne : l'épouse d'un politologue soupçonnée d'espionnage pour Pékin    Hussein Arnous chargé de former un nouveau gouvernement syrien    JO-2020: Soufiane El Bakkali champion olympique du 3000 m steeple    Soufiane El Bakkali offre l'or olympique au Maroc    La Fédération royale marocaine de boxe dissout la Direction technique    Une réunion de hauts responsables militaires marocains et américains à Rabat    Compteur coronavirus : 4.206 nouveaux cas et 52 décès en 24h    Pr. Marhoum Filali à 2M.ma : le vaccin est l'unique parade à la Covid-19    Campagne de vaccination: le Maroc cible les jeunes de plus de 18 ans    Arts plastiques: belle initiative, noble dessein    Maroc-Algérie : "Notre conviction intime est que les frontières soient et demeurent ouvertes"    Mesures sanitaires : en Allemagne, confrontations entre manifestants et policiers    Fête du Trône: La communauté juive marocaine d'Israël réitère son attachement à la monarchie et à la Mère-patrie    BAM: hausse de la masse monétaire de 8,4% en 2020    Programmation informatique: Python dans la cour des grands    Sports équestres / Dressage : Honorable performance de Yessin Rahmouni aux JO    Marsa Maroc : l'Etat cède 35% du capital à Tanger Med    Cours de change des devises étrangères contre le dirham    La Bourse de Casablanca démarre dans le vert    Protection des données : OCP et UM6P adhérent au Data-Tika    Meknès : Trois faussaires de billets de banque mis sous les verrous    Reprise: ces secteurs qui marquent à nouveau le «Stop»    Covid-19 : la vaccination fait baisser le taux de mortalité et le nombre des cas graves (Spécialiste)    La cause du décès de Abdellah Habib Bilal remise en question par sa famille et des membres du polisario    L'actrice Fatima Regragui n'est plus    L'actrice marocaine Fatima Regragui n'est plus !    Mort de Fatima Regragui, actrice populaire et engagée    Demande sur le cash : Une hausse "exceptionnelle" en 2020 (BAM)    Maroc/Météo : Temps stable ce lundi 02 août    Coupe du Trône / WAC-MAT : Les relégués éliminent les champions et passent en finale    Climat: le seuil de +1,5°C risque d'être atteint d'ici 2025, avertit l'ONU    Le rabbin Abraham Joulani félicite SM le Roi à l'occasion de la Fête du Trône (Vidéo)    «Enti Hayati», le duo de Saâd Lamjarred et Calema cartonne    Des millions d'Américains menacés d'expulsion    Covid-19 : L'OMC met en garde contre l'inégalité vaccinale pour la reprise économique    Abdelati El Guesse et Nabil Oussama qualifiés pour les demi-finales du 800m    JO-2020 de Tokyo: Voici le programme du mardi 03 août 2021    Le Maroc remporte le titre avec 13 médailles, dont 9 en or    Famine : l'Ethiopie et Madagascar au niveau d'alerte maximum (FAO et PAM)    Le réalisateur belgo-marocain Adil El Arbi en direct sur Info Soir de 2M (VIDEO)    Boutaïna El Fekkak, l'amour de soie    Tout artiste est lui-même    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



119ème vendredi du Hirak algérien: « Nous n'allons jamais arrêter de résister »
Publié dans Le Site Info le 28 - 05 - 2021

Alger était quadrillée par les services de police mobilisés en milliers pour empêcher les manifestations organisées chaque vendredi dans le cadre du mouvement de contestation, hirak.
Malgré l'interdiction et le blocus imposé dans les lieux habituels de la capitale, des manifestants ont pu marcher dans d'autres quartiers outre qu'Alger centre.
Des vidéos ont été retransmises en direct sur les réseaux sociaux de quelque dizaine de manifestants qui ont réussi à marcher notamment au quartier d'Ain Benian et El Harrach. Les manifestants ont scandé des slogans habituels du hirak appelant à l'instauration d'un Etat civil et rejetant les élections législatives du 12 juin.
Alors que la capitale est presque totalement verrouillée par un dispositif sécuritaire répressif de grande envergure empêchant pour le troisième vendredi consécutif les manifestations, la région de la Kabylie a continué à entretenir la flamme de la contestation populaire en faveur du départ d'un « régime corrompu », du changement démocratique, l'indépendance de la Justice et l'édification de véritables institutions légitimes.
A Béjaia comme à Tizi-Ouzou, des milliers de manifestants ont défilé dans les rues pour scander les revendications pacifiques du Hirak réclamant aussi la libération des détenus, tout en défiant la répression policière et judiciaire.
« Nous n'allons jamais arrêter de résister », criaient les foules mobilisées ce vendredi à Béjaia et Tizi-Ouzou, les deux principales régions en Algérie qui ont réussi à contourner le blocus sécuritaire imposé par le pouvoir contre le Hirak.
Le Comité National pour la Libération des Détenus (CNLD) a fait état de plusieurs interpellations notamment aux wilayas de Jijel, Tlemcen et Boumerdes où plusieurs centaines de manifestants arrivent à imposer leur marche dans la commune de Bordj Menaïel.
« L'Etat nous réprime mais nous nous n'arrêterons pas », scandent les manifestants, dénonçant les récents actes de violence contre les manifestants pacifiques.
D'après plusieurs avocats algériens impliqués activement dans la défense des détenus d'opinion, le régime a intensifié sa politique répressive contre le hirak » avec des tentatives d'intimidation ciblant des militants qui sont le cœur battant du hirak.
« Le hirak est criminalisé alors qu'il est consacré par la Constitution », selon Me Abdeghani Badi, qui rappelle que 156 détenus d'opinion croupissent toujours dans les geôles algériennes pour des faits liés au hirak ou aux libertés individuelles.
De son côté, Me Mustapha Bouchachi a exprimé son indignation face à la dégradation continue de la situation des droits de l'Homme dans le pays.
Pour lui, « l'heure est grave » et « l'opinion publique, la classe politique, les associations, les médias et les syndicats, dit-il, doivent être tenus au courant de ces agissements et pratiques qui mobilisent tout un corps de sécurité contre les citoyens ».
« Nous assistons depuis le 7 mai dernier à des dépassements dangereux systématiques et programmés contre les Algériens, dans la capitale et dans plusieurs villes du pays », a-t-il regretté.
« Les arrestations, opérées par les forces de l'ordre, sur ordre du régime, sont illégales (...). L'appareil judiciaire et sécuritaire est au service d'un régime dictatorial », a-t-il dénoncé, relevant que « seul le régime est responsable » de cette situation.
Face aux atteintes des droits de l'homme, Me Bouchachi a lancé un « appel de détresse » et exhorté la classe politique et les syndicats à dénoncer des pratiques « impunies ».
Selon lui, cette répression des manifestations du hirak est accompagnée d'un black-out médiatique.
Selon le dernier décompte du CNLD et de la Ligue algérienne de défense des droits de l'Homme, 175 détenus sont actuellement en prison.
A l'approche des législatives, les autorités continuent de cibler opposants politiques, militants, journalistes et internautes, multipliant poursuites judiciaires et condamnations.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.