Réforme de la retraite : enfin le bout du tunnel ?    Le Nobel de chimie à un trio américano-danois    Le sélectionneur national vise une place au mondial    Le Bayern Munich explose le Viktoria Plzen et prend le large    Le Maroc en quarts de finale de la Coupe du monde de football pour amputés    SAR la Princesse Lalla Hasnaa inaugure le Parc de l'Oliveraie de « Ghabat Chabab »    «L'image et l'imaginaire dans le cinéma»    Le Nobel de médecine au Suédois Svante Pääbo    Une soirée littéraire à la Maison de la Poésie    Maroc : Une première réunion de la commission chargée de la réforme de retraite    Casablanca : Table-ronde sur la gestion de l'eau    Twitter : Métamorphose en «application à tout faire»    Le Ministère du Commerce et BIM Maroc signent un partenariat pour le développement du local sourcing    Forum mondial de l'Alliance des civilisations: Moratinos exprime ses remerciements au Roi    Regards croisés sur le partenariat euro-africain    Coupe du Monde 2030 : L'Ukraine rejoint la candidature de l'Espagne et du Portugal    Le ministre yéménite des AE dénonce le rôle de l'Iran dans l'émergence du séparatisme houthi    L'ambassadeur Samir Dhar : «Alger est obsédé par la question du Sahara mais assure ne pas se considérer comme partie prenante du dossier, cela fait sourire»    Attijariwafa bank et l'AMCI célèbrent les lauréats internationaux de la Coopération du Maroc    CPS de l'UA : Rabat a placé la protection des enfants parmi ses priorités, dit la délégation marocaine    Une star de la téléréalité française obtient la nationalité marocaine (PHOTO)    Nouveaux détails sur le démantèlement de la cellule terroriste à Melilla    Refus du visa Schengen: protestations devant le siège de la Délégation de l'UE à Rabat (VIDEO)    Coronavirus au Maroc: 24 contaminations enregistrées ce mercredi, toujours aucun décès    Mauvais traitements : l'administration pénitentiaire dément les allégations de l'entourage d'un ancien détenu    Casablanca : «WeCasablancaFestival» revient pour une 3e édition du 6 au 8 octobre    Leyton Maroc propose un emploi inédit à des étudiants d'Al Akhawayn    Migration : Deux embarcations transportant des Marocains atteignent les côtes espagnoles    Mondial de football pour amputés : Le Maroc étrille l'Argentine (4-0) et file en quarts de finale    Sahara : José Manuel Albares rencontre Staffan de Mistura    Belgique : Hassan Iquioussen pourrait «ne jamais revenir en France»    Pénurie de céréales : le Maroc pourrait se tourner vers la France    La problématique de l'eau au cœur de l'intrigue du roman de Siham Kartobi    Le Festival national du samaâ et de madih à Fès promet un show spirituel    Casablanca: arrestation d'une employée de pharmacie pour tentative d'achat d'un nourrisson    Algérie – Maroc, duel annoncé pour l'organisation de la CAN 2025    Valladolid : Jawad El Yamiq indisponible pendant un mois    Contribuables nouvellement identifiés:laDGI rappelle la prorogation des mesures d'encouragement    L'ANRAC délivre 10 autorisations d'exercice des activités de transformation et de fabrication du cannabis    Voici le temps qu'il fera au Maroc, ce mercredi 5 octobre    La campagne de sensibilisation au dépistage précoce du cancer de sein lancée    Zelensky revendique des avancées « rapides » de ses troupes dans le Sud    La Bourse de Casablanca débute dans le vert ce mercredi    Maroc : Nouvelle secousse tellurique de magnitude 4,8 degrés au large de Driouch    Algérie: 8 ans de prison ferme pour Saïd Bouteflika    Espagne : feu vert du gouvernement au budget 2023    Production audiovisuelle : Mehdi Bensaid rencontre des responsables de Netflix    ONU : Une sahraouie dénonce la responsabilité de l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Festival de Cannes: Nabil Ayouch réagit à la sélection de son film
Publié dans Le Site Info le 05 - 06 - 2021

Le cinéma marocain a opéré son grand retour avec la sélection, en compétition officielle de la 74ème édition du Festival de Cannes, du long métrage « Haut et fort » du réalisateur marocain Nabil Ayouch. Un événement pour le cinéma marocain, qui ne s'était pas produit depuis la sélection en compétition officielle d' »Âmes et rythmes » d'Abdelaziz Ramdani, en 1962.
Le long métrage, produit par la société « Ali n' Productions » en 2020 et qui a bénéficié du fonds de soutien à la production des œuvres cinématographiques, figure parmi les 23 films en lice pour la Palme d'or du prestigieux festival, prévu du 6 au 17 juillet prochain.
Sur cet exploit réédité à près de 60 ans d'écart, Nabil Ayouch affirme qu'il s'agit d'une source de grande fierté aussi bien pour le cinéma marocain que pour le Maroc. « Il s'agit là d'une grande fierté et d'un immense bonheur pour le film, pour les équipes qui y ont participé, pour les comédiennes et comédiens, pour le cinéma marocain et pour le Maroc », s'est-il réjoui dans un entretien accordé à la MAP.
Avec « Haut et fort », le cinéaste continue à ausculter la société marocaine d'aujourd'hui à travers l'histoire d'un professeur -un ancien rappeur- et de sa rencontre avec des jeunes dans un centre culturel à Sidi Moumen. De cette rencontre naîtra un échange avec les jeunes qui vont apprendre à transmettre leurs idées, vécu et aspirations à travers la culture hip-hop.
La dernière réalisation d'Ayouch s'inspire du film « Entre les murs » (France, 2008) de Laurent Cantet et « Fame » (USA, 1980) d'Alan Parker. D'ailleurs, les deux long-métrages ont été récompensés, de la Palme d'Or, pour l'un, lors du Festival de Cannes 2008, et de l'Oscar de la meilleure musique de film et de la meilleure chanson originale en 1980 pour l'autre.
Revenant sur ses choix cinématographiques, le cinéaste assure que « la sincérité dans ce que l'on raconte est probablement la chose la plus importante qui domine tout le reste ».
« Dans mon cinéma, on trouve des engagements pour des causes qui me semblent justes », a expliqué le cinéaste, qui a eu des participations distinguées à des festivals nationaux et internationaux de haute facture comme le Festival du cinéma africain à Khouribga, le Festival national du film de Tanger, le Festival du film de Toronto, le Festival du cinéma méditerranéen de Montpellier et le Festival du film francophone d'Angoulême pour ne citer que quelques uns.
« Il y a une volonté chez moi de rendre l'invisible visible et de rendre l'indicible dicible », a élaboré Ayouch au sujet de ses choix cinématographiques qui ont pour fil conducteur « la quête identitaire », « la diversité », « les minorités » et surtout « un amour pour le Maroc et pour le peuple marocain ».
Revenant sur cette quête identitaire, le réalisateur, qui a grandi loin du Maroc et plus précisément en banlieue parisienne, a réussi à « reconquérir » une partie de son identité marocaine et ce, grâce au cinéma, à ses premiers court-métrages et à ses premiers long-métrages.
« J'ai réussi à reconquérir cette partie de mon identité et d'une certaine manière à m'approprier cette culture ainsi que ses valeurs et à m'en sentir totalement rempli », a confié le réalisateur qui ne cache pas « l'immense source d'inspiration » que représente le Maroc à ses yeux.
En effet, le cinéma est « un lien et un vecteur identitaire très fort » ayant permis à Ayouch de conquérir cette partie de son intime. Aussi, ses voyages dans le Maroc profond lui ont permis de se rendre compte « qu'il y avait une âme marocaine et que cette âme est empreinte d'une immense diversité ».
« Moi-même, je suis issu de diverses cultures et c'est probablement pour cela que j'ai envie de montrer dans mes films le Maroc sous tous ses aspects et dans toute sa diversité », a-t-il dit.
Côté projets, Ayouch ambitionne de continuer à développer la Fondation Ali Zaoua, un projet utilisant l'art et la culture comme outil de réintégration sociale qu'il a lancé en 2009. Le cinéaste a d'ailleurs annoncé l'ouverture en octobre d'un cinquième centre culturel relevant de la fondation à Marrakech.
Aussi, le cinéaste a annoncé qu'il vient de terminer un scénario qu'il va tourner en 2022. « Vous n'en saurez pas plus. Je suis quelqu'un d'un peu superstitieux. Je préfère parler des choses quand elles se concrétisent ! », conclut Ayouch sur une note espiègle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.