Fête du trône : les vœux du roi Felipe VI d'Espagne    Fête du Trône : Plusieurs édifices emblématiques du Canada illuminés aux couleurs du drapeau marocain    Maroc: Le dirham s'apprécie de 0,20% face au dollar du 23 au 28 juillet (Bank Al-Maghrib)    Sa Majesté le Roi Mohammed VI reçoit le Wali de Bank Al-Maghrib    Youssoufia : Sessions de formation à partir du 02 août sur le rôle des coopératives dans l'économie sociale    Le Roi d'Espagne félicite SM le Roi à l'occasion de la Fête du Trône    France: plus de 200 mille manifestants conte le pass sanitaire    Fès: la salle omnisports 11 janvier transformée en centre de vaccination    Compteur coronavirus : 7.529 nouvelles infections, le nombre des cas actifs dépasse les 51.000 personnes    Maroc : la découverte d'un biface acheuléen jette une nouvelle lumière sur la préhistoire de l'Afrique du Nord    En Algérie, deux superstructures sécuritaires à couteaux tirés pour s'emparer des leviers du régime    JO 2020. Les Marocains El Guesse et Oussama qualifiés pour les demi-finales du 800 m    JO-2020: Le programme du dimanche 1er août    Maroc. Radisson Hotel Group ouvre quatre nouvelles plateformes hôtelières    Monétique: le CMI affiche des chiffres records pour le mois de juillet    Covid-19. Les vaccins, une voie à la fois sûre et fiable vers l'immunité    Liban : l'UE est prête à imposer des sanctions pour peser sur la formation d'un gouvernement    Elections : L'Istiqlal déterminé à renforcer la position des Chambres de Commerce, d'Industrie et des Services    Etats-Unis : les déclarations d'impôts de Trump doivent être transmises au Congrès    Libye : de retour, le fils de Kadhafi songe à se présenter à la présidentielle    Le Président du Parlement arabe salue les réalisations accomplies par le Maroc sous le leadership du Roi Mohammed VI    Levée des subventions sur le gaz butane, le sucre et la farine: ce qu'il en est vraiment    Finale de la Coupe du Trône de basketball (2020-2021) : Le FUS Rabat remporte le titre face au Kawkab Marrakech    Au sujet des paris sportifs... L'ITIA et la FRMT suspendent à vie Mohamed Hirs et 35 000 $ d'amende !    Conjoncture économique: les prévisions du HCP pour 2021 et 2022    Fête du trône : les vœux de Justin Trudeau    En Algérie, le scandale de faux comptes de désinformation liés au régime    Al Haouz: Fermeture d'un établissement hôtelier pour violation des mesures sanitaires    Covid-19 : Les objectifs de vaccination sont loin d'être atteints (OMS)    Maroc/Météo:Temps chaud, ce samedi 31 juillet    Pays-Bas : découverte d'un grand laboratoire de drogues de synthèse    Covid-19 au Maroc. Port du masque: les autorités serrent la vis    Le Maroc s'inscrit, conformément à ses priorités, dans une perspective diplomatique multilatérale (ambassadeur)    La sélection nationale de Breakdance se prépare à Ifrane au Championnat du monde    Tunisie : le président Kaïs Saïed confie le portefeuille de l'intérieur à Ridha Gharsallaoui    Tunisie : L'hôpital de campagne marocain à Manouba opérationnel    ONCF. De bonnes performances et une nouvelle feuille de route à l'horizon    JO 2020. Les Marocains El Bakkali et Tindouft qualifiés pour la finale du 3 000 m steeple    Slalom Kayak aux J.O de Tokyo : Le Marocain Mathis Saoudi perd en demi-finale    Basket-ball : La finale féminine de la Coupe du Trône reportée à cause de la Covid-19    "Allayla Sahratena": Une soirée spéciale fête du Trône, samedi à 21h45    Yassine Saibi, la musique dans la peau    Pegasus, médiatus, propagus    "Réduction des risques... le Manifeste" : un ouvrage qui décortique les urgences du monde en temps de pandémie    Lever de rideau sur le 22è Festival international de luth    Art contemporain : La Fondation nationale des musées met en avant la jeune scène artistique    "Nektachfou Bladna"-Replay: Visiter le Maroc autrement avec les artistes    Fête du Trône : «Nehzzo lwan dyialna !», l'appel pour exprimer la fierté du pays    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Algérie: les élections législatives ne vont pas régler le problème (Think tank US)
Publié dans Le Site Info le 12 - 06 - 2021

Intervenant au terme de deux années de contestations populaires ouvertes, les élections législatives en Algérie ne suffiront pas à régler la profonde impasse politique d'un régime en manque cruel de légitimité, souligne le centre de réflexion américain Atlantic Council.
Dans une analyse signée Andrew Ferrand, spécialiste de l'Algérie et auteur du livre « Le rêve algérien », à paraître cet été, le think tank basé à Washington souligne que le scrutin de samedi «n'est que l'ultime tentative de l'administration du président Abdelmadjid Tebboune de revendiquer une légitimité qui lui manque cruellement ».
Selon lui, si l'élection de Tebboune en décembre 2019 et le référendum constitutionnel de novembre dernier ont semblé aboutir aux résultats escomptés par lui et ses soutiens au sein des puissantes forces de sécurité du pays, il n'en reste pas moins vrai que des niveaux élevés d'abstention et de protestation ont cependant « révélé l'énorme fossé séparant les Algériens de leurs dirigeants". En effet, dans ce pays de 43 millions d'habitants, moins d'un électeur éligible sur sept a voté pour la constitution, qui a pourtant été adoptée.
Et de noter que les dirigeants algériens ont depuis longtemps tenté de minimiser cette fracture, mais elle est devenue indéniable en 2019 lorsque le mouvement de protestation Hirak a éclaté, mettant fin aux vingt ans de règne du prédécesseur de Tebboune, Abdelaziz Bouteflika.
"Les manifestations de masse, déclenchées par le choix de Bouteflika de briguer un cinquième mandat présidentiel mais alimentées par des années de cumul de frustration et d'indignité, ont également plongé le pays dans une impasse politique", rappelle Andrew Farrand.
Depuis deux ans, la vieille garde du régime fait face à des manifestants issus d'une population beaucoup plus jeune, avide d'opportunités et moins tolérante à l'isolement de longue date de l'Algérie, fait observer le prestigieux centre de recherche.
L'auteur de l'article relève également que sous prétexte de la nouvelle constitution, Tebboune a dissous en février dernier l'Assemblée nationale populaire (APN), la chambre basse du parlement algérien, mettant fin aux mandats ordinaires de cinq ans des députés un an plus tôt. « Cette décision correspondait à la campagne de pseudo-réformes des autorités visant à apaiser les citoyens mécontents et à saper les appels à un changement plus fondamental », explique-t-il.
Or, fait remarquer l'analyste américain, cette ruée vers les élections se heurte à la vision d'un renouveau politique radical que le mouvement du Hirak prône depuis ses débuts. Il en va de même de la nouvelle constitution, qui laisse intact le déséquilibre de longue date des pouvoirs entre l'exécutif et le législatif algériens. Pour ces raisons, de nombreux militants du Hirak ont annoncé leur intention de boycotter le scrutin et de continuer à manifester.
Et d'ajouter que le chômage reste endémique en Algérie, les revenus pétroliers se sont effondrés, les fonds de réserve ont diminué et beaucoup sont frustrés par la gestion de la pandémie par le gouvernement, notamment le retard dans le déploiement des vaccins par rapport aux voisins du pays.
Au milieu de ces défis, les acteurs politiques traditionnels de l'Algérie ont eu du mal à inspirer les électeurs, déplore l'auteur, notant que les Algériens qui croient encore en l'intégrité des résultats des élections peuvent chercher à juger ce scrutin selon deux critères clés : la participation et les bulletins de vote nuls.
Et de rappeler à cet égard qu'au cours des dernières décennies, les résultats officiels des élections législatives ont montré une chute générale de la participation et une augmentation constante du taux de bulletins nuls, une forme courante de vote de protestation en Algérie.
Si beaucoup d'Algériens accordent peu de valeur à ces statistiques officielles, ces chiffres restent pourtant d'une importance capitale pour le président Tebboune et d'autres membres de la classe dirigeante algérienne, explique l'auteur de l'article, précisant que leurs efforts pour encourager la participation au scrutin ne sont qu'une étape dans une quête plus large de légitimité.
La légitimité tirée de la lutte pour l'indépendance a longtemps servi d'alibi pour les erreurs des dirigeants algériens. Et maintenant, leur départ laisse ceux qui les suivent face à une question cruciale : "que pouvons-nous offrir aux Algériens aujourd'hui pour mériter leur loyauté ? Bien que cruciale pour les perspectives à long terme du pays, c'est une question qui ne trouvera pas de réponse lors des élections de cette semaine », conclut l'auteur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.