Emmanuel Macron aurait-il été espionné à son insu par le renseignement extérieur français ?    Affaire Pegasus : Mélenchon doute des accusations portées contre le Maroc    Pegasus : le Maroc riposte, Christian Cambon bat en brèche des imputations diffamatoires    Affaire Pegasus: Le Maroc accuse    Affaire Pegasus : l'interview de Nasser Bourita avec Jeune Afrique    Position extérieure globale: une situation nette débitrice de 731,6 MMDH en 2020    Transparency Maroc critique l'adoption hâtive de la réforme fiscale et la juge "incomplète"    Fête du Trône: Plus de 80 pays au séminaire de l'ANU-Maroc    Maroc/Reste du monde: 685 milliards de DH de transactions commerciales en 2020    Balance des paiements: allégement du déficit du compte des transactions courantes de 62,3% en 2020    La démission du DTN ? S'agit-il vraiment d'un départ volontaire ?    Botola Pro D1 / 29ème journée / Acte1 : Une journée cruciale pour les relégables !    JO / Foot féminin : Les Pays-Bas sans pitié envers la Zambie (10 à 3)    La cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques sous haute surveillance sanitaire à Tokyo    L'AC Milan insiste toujours pour enrôler Hakim Ziyech    Tokyo 2020: suivez en direct la cérémonie d'ouverture (VIDEO)    Exclusif : Johnson & Johnson attendu samedi, deux millions de doses de Sinopharm reçues ce vendredi    Le ministère de la santé se désolidarise d'une brochure sur la Covid-19    Covid-19 : De nouvelles mesures restrictives sur fond d'inquiétudes    Covid-19 : le variant Delta à l'assaut du Maroc, 1 910 nouvelles infections recensées    Le Maroc reçoit de nouvelles doses du vaccin Sinopharm    Magazine : Khadija Alami, fée et gestes    Festival : Khouribga accueille son premier navet    Message du roi Mohammed VI au président Al-Sissi    Real Madrid: Karim Benzema positif au coronavirus    La Bourse de Casablanca démarre en légère hausse    Cours de change des devises étrangères contre le dirham    Pegasus. Les pseudos révélations ne valent rien    Qui sont nos 48 représentants aux JO ?    Canicules, vagues de chaleur : 4 fausses bonnes idées    Recrudescence des cas Covid et importance de la vaccination... le point avec Pr. Chakib Abdelfattah    France: une nouvelle loi antiterroriste adoptée    Automobile: fin des moteurs à combustion d'ici 2030, c'est l'engagement des constructeurs mondiaux    Agadir-Ida Outanane: des unités médicales mobiles au profit de la population rurale    Me Olivier Baratelli : «le Maroc n'a jamais fait appel à la société NSO et n'a jamais utilisé le logiciel Pegasus»    Stylisme et cinéma au programme de la nouvelle édition du Journal des Arts (vidéo)    Liban : les ménages dépensent cinq fois le salaire minimum pour se nourrir (étude)    Affaire Pegasus. Bourita: « Le Maroc aussi a choisi de faire confiance à la justice en interne et à l'international »    Nouvelle manifestation contre le passeport sanitaire le 24 juillet en France    Inondations: Angela Merkel appelle à "accélérer" la lutte contre le changement climatique    [Interview avec Sonia Noor, chanteuse, guitariste et compositrice] Le patrimoine marocain, un trésor à préserver et à transmettre    L'AG de l'ONU adopte une résolution marocaine proclamant une journée internationale contre le discours de haine    Hajj 1442 : Les pèlerins effectuent la lapidation des « jamarat » pour le 2è jour de Tachriq    Le Roi, Amir Al-Mouminine, accomplit la prière de l'Aïd Al-Adha et procède au rituel du sacrifice    "Nektachfou Bladna"-Replay: La bonne humeur est garantie !    VIDEO// Abderrahmane Tazi parle de son film sur Fatema Mernissi sur Info Soir de 2M    Une cérémonie en présence de sa veuve Hélène : Le legs de Abderrahmane Youssoufi pour les générations futures    Le monde de la culture en deuil : Le penseur et écrivain Mohamed Sabila n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Attijariwafa bank réhabilite l'emblématique bâtiment «Essaouira Istiqlal» (PHOTOS)
Publié dans Le Site Info le 15 - 06 - 2021

Depuis, 2018, le groupe Attijariwafa bank s'est engagé dans le cadre de sa politique RSE, à préserver la valeur patrimoniale de plusieurs bâtiments devenus emblématiques et symboles architecturaux dans différentes villes du royaume.
Héritière d'une histoire bancaire centenaire, Attijariwafa bank est, en effet, propriétaire d'un patrimoine architectural d'exception, en partie classé ou inscrit à l'inventaire des Monuments Historiques et témoignant de l'extraordinaire aventure architecturale moderne du XXe siècle au Maroc. Des édifices ayant tour à tour vu défiler des personnalités importantes, ont été le siège d'événements historiques et économiques, constitués des jalons dans l'histoire architecturale des villes. Aujourd'hui encore, leurs anciennes pierres ne cessent de nous narrer la genèse d'un pays et l'histoire d'un peuple. De génération en génération, de famille en famille, commerçants, industriels, artisans, ont pu créer leur entreprise, la faire fructifier au sein de ces écrins chargés d'histoire. Au fil des réaménagements entrepris, visant à offrir une meilleure ergonomie à la clientèle et aux collaborateurs, de nombreux sites réhabilités ont ainsi laissé émerger des témoignages précieux sur la riche aventure humaine, sociale et commerciale du groupe Attijariwafa bank.
Le dispositif, élaboré avec l'aide d'un cabinet d'architecture spécialisé en patrimoine, a ciblé une douzaine d'édifices et s'appuie sur la mise en place de règles et principes de préservation ou de mise à niveau des sites historiques et de leur structuration, tout en l'adaptant aux usages contemporains.
Livré en juin 2019, le premier lot a concerné des bâtiments édifiés entre 1921 et les années 1950, à l'instar de Marrakech Médina (1921), Sidi Slimane Centre (1945), Tanger Rue de Belgique (1948) et Tanger Pasteur (1950).
Aujourd'hui, c'est au tour de l'immeuble sis à Essaouira avenue de l'Istiqlal, initialement siège de la Compagnie Algérienne, de connaître une réhabilitation totale après 26 mois d'un chantier complexe. Situé sur un des axes structurants de la médina, historiquement connu comme Souk El Haddada, l'ancien marché des forgerons, l'édifice, réalisé par Jean-René Fougère dans les années 1920, fait partie de la première génération de banques construites au Maroc et reflète une période remarquable de l'histoire économique et architecturale de la ville de Mogador. Son vocabulaire s'inscrit dans le courant architectural « néo-mauresque », qui se caractérise par une fusion entre volumes et compositions classiques de type européen, et un décor puisant ses formes dans l'architecture traditionnelle locale ou plus largement dans les références ornementales arabo-andalouses.
À l'instar du patio, élément phare des traditionnelles demeures souiries, ce dispositif s'adapte bien à l'implantation de l'agence au rez-de chaussée. La présence d'un sous-sol est propre à cet édifice et vraisemblablement unique dans la médina d'Essaouira et répond à l'exigence de créer des coffres sécurisés : une solution nouvelle, adaptée aux besoins spécifiques d'une banque. Ou encore, la façade principale rythmée par un travail d'encadrement en relief, enrichie de motifs en plâtre sculpté, qui incarne le caractère néo-mauresque du bâtiment. Dans la partie centrale se trouve l'élément le plus significatif de la façade : une loggia enencorbellement sur des consoles agrémentées de muqarnas et volutes. Dix colonnettes jumelées décorent la loggia. Leurs chapiteaux en pierre portent un motif sculpté de feuilles d'acanthe stylisées en méandres. Ce dernier trouve son inspiration dans les architectures arabo-andalouses, comme le palais de l'Alhambra de Grenade et dans certains édifices marocains de l'époque Mérinide. Le garde-corps en bois représente le motif traditionnel dit qaïm ou naïm, littéralement « debout et couché ». La loggia est coiffée d'un auvent en tuiles vertes (qarmoua) surmonté d'un balcon. Cet ensemble souligne les étages nobles occupés par les appartements de fonction.
Afin de conserver et transmettre cette mémoire ancestrale, Attijariwafa bank a mené à terme un projet audacieux, aux enjeux techniques importants, qui a rendu possible la sauvegarde de l'agence Istiqlal et sa réhabilitation. Une intervention singulière ayant permis également de restituer à la façade son aspect initial emblématique. L'utilisation de matériaux locaux et des techniques artisanales traditionnelles a été placée au cœur du projet, afin de respecter au mieux l'esprit du bâtiment. De nombreux artisans et maâlems, provenant essentiellement
d'Essaouira et Marrakech, ont ainsi été impliqués dans les travaux de réalisation, permettant la réussite du projet qui a retrouvé incontestablement sa place au sein du patrimoine de la ville et son éclat d'antan.
Faire parler la pierre qui abrite ce capital à la fois matériel et immatériel est une autre façon pour le groupe Attijariwafa bank de maintenir vivante la valeur de mémoire entre générations.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.