Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 16 octobre 2021 à 16H00    Défense des intérêts suprêmes du pays: une question prioritaire pour le Gouvernement et la Nation. [Par Mehdi Hijaouy]    Parc automobile de l'Etat: un vrai gouffre financier    Le Projet de Loi de Finances 2022 au menu du Conseil du Gouvernement de ce Samedi    Covid-19 : Le Maroc reçoit 270.000 doses du vaccin Pfizer    Rabat-Salé: Suspension temporaire du service du Tramway entre Pont Hassan II et Place 16 novembre    Syrie: deux soldats turcs tués dans le nord-ouest    Le Polisario tente la carte du « White Savior » pour faire croire à sa guerre    L'Algérie se nourrit de la haine du Maroc : Karim Douichi    Kénitra: Pas de lotissements réalisés sur le foncier de la Maâmora    L'Académie royale Mansour vise à fournir de la main-d'œuvre aux hôtels de luxe du Roi Mohammed VI    Financement: que cache la contre-performance des crédits à l'équipement ?    Guerre du Rif : Un Parti catalan appelle le gouvernement espagnol à présenter des excuses    Classement FIFA : Le Maroc 3ème africain et 29ème mondial dès la semaine prochaine !    L'OCS, section football : M. Anouar Dbira Tlemsani présente sa démission    Bali : Au moins trois morts et sept blessés dans un séisme    Afghanistan: L'EI revendique l'attentat contre la mosquée de Kandahar    Coupe de la CAF : Ce samedi les FAR et la RSB jouent pour une place au tour additionnel barrage    Prévisions météorologiques de ce samedi    cosumar: Mohammed Fikrat quitte le groupe, Amine Louali nouveau DG et Hicham Belmrah prend la présidence    Sahara: Le Conseil de sécurité fait confiance à Staffan de mistura pour relancer le processus politique    Prix de la culture amazighe 2020: Consécration de Brahim El Mazned    Couture : maison Sara Chraibi divulgue sa collection printemps-été 2022    Allemagne : Restrictions de voyage allégées pour les Marocains    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 15 octobre 2021 à 16H00    Hausse importante des recettes douanières en 2021    Recherche et innovation énergétique: Une marocaine distinguée en Italie    Audrey Azoulay reconduite pour un nouveau mandat à la tête de l'UNESCO    Fathallah Sijilmassi devient le premier directeur général de la commission de l'UA    Cumul des mandats: Nabila Rmili, un cas isolé?    La police espagnole démantèle un réseau terroriste algérien affilié à Daech    Coronavirus. AstraZeneca met au point un traitement contre le Covid-19    Israël: Le déplacement des ministres de la Défense et de l'Economie au Maroc confirmé    Laâyoune: Inauguration d'un hôpital de campagne anti-Coronavirus    Mohamed Tazi: « Nous espérons drainer 1 milliard de plus de chiffre d'affaires en 2 ans »    DHJ-JSS au sommet de la 6ème journée    Déconfinement culturel : WeCasablanca réveille son festival    L'Icesco lance à Rabat un laboratoire international de pensée et de littérature    L'Algérie a-t-elle tué ses propres soldats pour un casus belli avec le Maroc ?    Fathallah Sijilmassi devient le premier directeur général de la Commission de l'UA    TIBU lance 3 initiatives à fort impact social    Halilhodzic tacle sèchement un journaliste marocain    Leeds, Naples et l'AS Rome sur Mazraoui    «Il faut résister à l'uniformisation de la musique de film»    Festival : le court métrage se dévoile à Kelaâ des Sraghna    «Sur les pas d'Ibnou Arabi» : Exposition de Loubaba Laalej à Dar Chrifa    «Ana Maghribi.a»: Lancement de la 8ème édition    Elim. Mondial 2022: les Lions de l'Atlas montent en puissance    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Position américaine sur le Sahara: l'analyse d'une experte basée à New York
Publié dans Le Site Info le 02 - 07 - 2021

En confirmant qu'il n'y a « aucun changement » dans la position américaine concernant la reconnaissance de la souveraineté du Maroc sur le Sahara, l'administration du président Joe Biden, vient de consacrer, de manière on ne peut plus claire, la continuité de la ligne politique des Etats-Unis sur ce dossier clé pour son allié stratégique, contribuant ainsi au tournant majeur en vue du dénouement de ce conflit artificiel.
« Cela demeure la position de l'administration » Biden, a tranché jeudi le porte-parole de la diplomatie américaine, Ned Price lors de son point de presse.
Price répondait à un journaliste qui faisait référence à la déclaration du principal conseiller du président américain Joe Biden pour le Moyen-Orient, Brett McGurk, rapportée par le site américain Axios, qui « a confirmé que l'administration Biden ne prévoit pas de revenir sur la mesure prise par Trump concernant le Sahara ».
« Il n'y a pas de changement » sur cette question, telle est la réponse ferme et sans détour de la diplomatie américaine, dans une claire continuité de la position de Washington sur la souveraineté pleine et entière du Maroc sur son Sahara, consignée en décembre dernier dans une Proclamation présidentielle, distribuée ensuite aux 193 Etats membres des Nations-Unies, en tant que document officiel du Conseil de sécurité.
Pour l'analyste et avocate des droits de l'homme et de la sécurité nationale, Irina Tsukerman, cette continuité consacre « les liens historiques naturels qui cimentent les relations entre le Maroc et les États-Unis », en rappelant le rôle clé du Royaume dans la paix et la stabilité en Afrique du Nord et dans le processus de paix au Proche Orient.
« L'administration Biden n'a jamais rejeté la souveraineté du Maroc sur le Sahara », a rappelé, dans une déclaration à la MAP, l'experte basée à New York, pour laquelle il s'est « écoulé suffisamment de temps depuis que le président Biden a pris ses fonctions pour que l'administration ne se soucie plus de voir des politiques importantes directement associées à l'administration précédente », en référence à la rivalité politique traditionnelle, aujourd'hui encore plus accentuée, entre les partis républicain et démocrate.
« En outre, il convient de noter que l'administration est allée plus loin que simplement souligner son soutien (à la marocanité du Sahara), mais a également contacté de manière proactive » le Maroc pour « encourager le renforcement des relations avec Israël » dans un clair soutien aux Accords d'Abraham conclus sous l'ancienne administration du président Donald Trump.
« Les États-Unis cherchent un partenaire régional local capable de gérer les questions diplomatiques et de sécurité relatives à la zone », a-t-elle enchaîné, indiquant que l'administration Biden reconnaît « le rôle du Maroc dans la région » aussi bien aux plans diplomatique, sécuritaire qu'économique.
« Il reste à voir quelles mesures positives, le cas échéant, l'administration Biden entreprendra pour cimenter et justifier cette décision bienvenue », a poursuivi Tsukerman citant « l'accélération de l'ouverture du siège du Consulat américain à Dakhla, la promotion des échanges commerciaux et autres initiatives conjointes ».
De son côté, l'analyste politique basé à Washington, Samir Bennis, considère que la continuité de la reconnaissance américaine de la marocanité du Sahara confirme « l'intime conviction » des Etats-Unis qu'il ne pourrait y avoir une solution réaliste et équitable du conflit du Sahara en dehors du projet marocain d'autonomie.
« Cette décision vient entériner un consensus international grandissant autour de la validité et la viabilité de ce projet en tant qu'initiative susceptible de permettre aux parties de parvenir à une solution politique mutuellement acceptable dans le cadre de la souveraineté marocaine », a expliqué Bennis dans une déclaration à la MAP.
Pour cet expert des relations internationales, le porte-parole du département d'Etat Ned Price a confirmé d'une « manière on ne peut plus claire que la reconnaissance américaine de la marocanité du Sahara n'est nullement prise sur un coup de tête ni une action non calculée ».
D'autre part, a-t-il ajouté, cette position américaine confirme que les Etats-Unis considèrent le Maroc comme un allié « sûr et indispensable » en Afrique du Nord et au Moyen Orient, mais aussi une porte d'entrée pour l'Afrique Sub-Saharienne.
« Le fait que l'actuelle administration démocrate ait jugé bon de maintenir la reconnaissance de la marocanité du Sahara montre bien que l'establishment politique américain considère le Maroc comme un allié majeur dans la région, qui sera appelé à jouer un rôle de premier plan dans le maintien de la stabilité dans la région », a-t-il souligné.
Fort de la légitimité de sa cause et de sa position, « le pouvoir de négociations du Maroc s'en trouve plus fort que jamais, ce qui, par ricochet, poussera d'autres puissances internationales et régionales à reconsidérer leur positionnement sur le différend » autour du Sahara, a conclu le politologue.
Pour Anouar Majid, universitaire et vice-président aux Affaires mondiales de l'université américaine de la Nouvelle Angleterre (UNE), l'administration Biden est « pleinement consciente de l'effort inlassable du Maroc pour parvenir à une solution juste et définitive » au différend régional sur le Sahara, de même qu'elle « apprécie à sa juste valeur » l'apport stratégique du Royaume au Sahel et en Afrique ainsi qu'au Proche Orient.
« Il n'y a aucune raison pour revenir sur une décision juste prise par le président Trump. L'administration Biden est constituée de diplomates chevronnés et de professionnels hautement compétents qui ont une bonne compréhension du monde en évolution », a-t-il estimé.
Pour lui, « le président Biden et le secrétaire d'État Blinken sont pleinement conscients des liens séculaires qui unissent les deux nations et apprécient l'influence stabilisatrice du Maroc en Afrique du Nord et dans le monde arabe ».
« En reconnaissant la souveraineté pleine et entière du Maroc sur le Sahara, le président Trump a mis un terme un gros casse-tête à la diplomatie américaine dans la région », a-t-il noté.
De l'avis du politologue Abdelkader Filali, président de l'institut Polisens à Ottawa, la continuité de la position américaine au sujet de la souveraineté pleine et entière du Maroc sur son Sahara montre que cette reconnaissance est « bien le fruit de plusieurs années de consultations et de persévérance » de la diplomatie marocaine, sous la conduite du roi Mohammed VI.
Les États-Unis déploient, a-t-il expliqué, « une stratégie globale dans leurs relations avec le Maroc, d'autant plus que le Royaume et l'Atlantique africain en général revêtent une dimension stratégique pour Washington ».
Le président de la communauté juive marocaine de Toronto, Simon Keslassy s'est dit, de son côté, « ravi de la position de la nouvelle administration du président Biden en faveur de la marocanité du Sahara » qui consacre la reconnaissance par une puissance planétaire, un acteur majeur des relations internationales et un membre permanent du conseil de sécurité.
« Chose à laquelle je m'attendais, vu les excellentes relations que les États Unis ont toujours maintenues avec le Maroc », a-t-il dit.
« Cette décision, juste et politiquement forte, devrait servir d'exemple à suivre pour les pays Européens « , a soutenu Keslassy.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.