Maroc-Portugal : Création d'un groupe de travail dans le cadre de l'accord de mobilité    Sahara : Les députés du PP font disparaître le «référendum» d'une proposition de pro-Polisario    L'Espagne décide d'expulser les jeunes sahraouis demandeurs d'asile politique    ADII: L'essentiel du rapport d'activité de 2021    La capacité éolienne offshore mondiale atteindra 330 GW d'ici 2030    Signature de 10 conventions d'investissement de 160 MDH dans la région de Fès-Meknès    La Marocaine Vie noue un partenariat avec Africa First Assist    Africa Business School de l'UM6P décroche le prix "GOLD EFMD Talent Development" 2022    Fusillade de Buffalo: Le parquet ouvre une enquête sur le rôle des réseaux sociaux    Football : Aymen Barkok champion de l'Europa League avec l'Eintracht Francfort    Finale de la Ligue des champions / Arbitrage : Victor Gomes retrouve le Wydad en finale    Eliminatoires de la CAN 2023 : Le Kenya bientôt disqualifié ?    Basket / Play-Off : Effondrement d'une poutre de fer à la salle couverte à Tanger    Equitation : Le Morocco Royal Tour revient du 6 au 23 octobre    Musique Andalouse. Un concert aux couleurs de l'Espagne et du Maroc    [ Interview ] Tout sur le grand retour de Jazzablanca (vidéo)    Mondafrique : 'Les Tchadiens mobilisés, « La France, dégage ! »'    A la veille des élections législatives françaises : Naïma M'Faddel, une dame de fer qui milite pour les extra-européens de l'Hexagone    Video : un lapsus de l'ex-président américain George W.Bush fait le tour de la toile    Coalition Internationale contre Daech... le Maroc un partenaire mondial fort    La dissolution du corps diplomatique français provoque une crise au Quai d'Orsay    La Croisée des chemins publie «La marche noire» en arabe    Epargne vie multisupports : BMCI lance deux produits avec Axa Assurance Maroc et Allianz    Les prix des actifs immobiliers baissent de 4,9% au 1er trimestre    Morimoto permettra à Fairmont Taghazout Bay de faire la différence    Homophobie dans le football : le Sénégalais Idrissa Gana Gueye reçoit plusieurs messages de solidarité    L'Université Al-Akhawayn organise sa huitième conférence internationale annuelle du 28 au 29 mai    Casablanca : De 2 à 8 ans de prison ferme pour une bande de malfrats    Taroudant : Il dérobe 50 mille DH à son père et les partage avec ses amis    Une Chinoise et un trentenaire se donnent la mort à Casablanca    Mariage d'une mineure à Youssoufia: un agent d'autorité et des fonctionnaires incarcérés pour faux et usage de faux    Madrid. La représentation médiatique de l'Autre vue et corrigée par la présidente de la HACA    L'armée israélienne ne mènera pas d'enquête criminelle sur l'assassinat de Shireen Abu Akleh    Jazzablanca 2022 : Le programme dévoilé    Rabat : Hommage à l'écrivain jordanien Mustafa Alqorna, pour son roman "Chaos dans le jardin du diable"    «Ateliers de l'Atlas» 2022 : Un appel à projets lancé    Michel Fugain en «Causerie musicale» à Casablanca    Le développement soutenu des relations maroco-mexicaines mis en avant par un média mexicain    Les marchés européens et asiatiques plongent lourdement affectés par la débâcle de Wall Street    Mise en place d'une plate-forme numérique destinée pour les étudiants de retour d'Ukraine    Météo au Maroc: les prévisions du jeudi 19 mai    La Russie expulse 85 diplomates de France, d'Espagne et d'Italie    Oujda: saisie de 8.853 comprimés d'ecstasy, quatre individus interpellés    ONU: Hilale décline à New York la vision humaniste de SM le Roi en matière de migration    Maroc Historic Rally. C'est parti pour la 11ème édition    Le Marocain Nasser Larguet nommé directeur technique national en Arabie saoudite    La 15ème édition de Jazzablanca Festival du 1er au 3 juillet    France: coup d'envoi du Festival de Cannes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Affaire Pegasus: la justice française examine la plainte du Maroc
Publié dans Le Site Info le 27 - 01 - 2022

La justice française a ouvert, mercredi, l'examen de la plainte du Maroc dans un procès en diffamation contre des ONG et des médias français qui ont accusé le Royaume de les avoir espionné, via le logiciel « Pegasus ».
Dans son réquisitoire, la procureure a d'emblée plaidé l'irrecevabilité, arguant que les États n'ont pas la qualité d'intenter des procès en diffamation au nom de la fameuse loi française de 1881 sur la liberté de la presse.
Sauf que dans cette affaire, où les officines obscures du politique et une certaine presse se sont liguées contre le Maroc dans une vile tentative d'intimidation, les choses sont différentes.
Le Maroc a joué, depuis le début, la carte de la transparence, démentant catégoriquement les allégations mensongères d'Amnesty international et du Consortium Forbidden Stories. Preuves à l'appui, le Royaume n'a pas hésité à mener une contre-expertise scientifique de haute précision qui a démontré le caractère mensonger de ces allégations.
Il s'en est suivie une demande de citation à comparaitre des médias français impliqués et de ceux d'autres pays pour diffamation devant leurs juridictions respectives non pas dans une sorte de « procédure bâillon » à leur égard ou pour porter atteinte à la sacro-sainte liberté d'expression que le Royaume protège tout comme le font les pays démocratiques, mais pour défendre ses droits et sa réputation ainsi que celles de ses administrations sécuritaires qui agissent dans le cadre de l'État de droit.
Et puisque les États sont des personnes morales de droit public, ils doivent être en mesure de défendre leur réputation devant la justice.
A travers ce procès en diffamation, le Maroc ne mène pas une opération de « com ». Il n'en a pas besoin. Il use tout simplement de son droit de réclamer réparation des préjudices et des torts subis, car les accusations sont graves et portent atteinte à son image, à son honneur et à sa réputation.
Pour l'avocat du Royaume, Me Olivier Baratelli, les médias français, qui font objet de la plainte « ne veulent surtout pas que l'on aborde le fonds du dossier, car aujourd'hui l'enquête menée en France a révélé que ce qu'ils ont avancé était faux et que le Maroc n'a jamais utilisé le logiciel Pegasus ».
« On utilise donc des artifices de procédure, des moyens d'irrecevabilité, de prétendues nullités : Tout ce qu'il faut pour faire un écran de fumée afin d'éviter le débat de fond », a déclaré l'avocat français au site d'information « Altasinfo.fr ».
La recevabilité de la plainte est dès lors incontestable dans cette affaire, d'autant plus qu'il est grand temps que les États et les structures qui y relèvent, qui ne peuvent se soustraire à leur qualité juridique de sujets de droit, puissent accéder équitablement à la justice pour se défendre des atteintes diffamatoires et se protéger contre des facéties présentées par des médias irresponsables comme des vérités absolues.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.