L'Allemagne paie le prix de l'hypocrisie de l'Europe vis-à-vis du Maroc, écrit Bloomberg    France : l'affaire Lamjarred renvoyée aux assises pour viol    Kamal Lahlou réélu à l'unanimité à la tête de la FMM    Béni Mellal : un mort dans l'effondrement d'une maison    ZLECAF : les entreprises marocaines auront la possibilité d'importer des intrants à plus bas coût de différents pays africains    Coupe du Trône : Le SCCM, le RBM et le MAT en quarts de finale !    RCOZ: 50 candidats au poste d'entraîneur    Chelsea enfonce Liverpool, Everton et Tottenham au contact    Hakim Ziyech à la relance en Espagne ?    CAN U20 : La Tunisie accuse l'Ouganda d'avoir triché sur l'âge des joueurs !    Elections de la CAF : Lawson Hogban, une femme qui vise le Comité Exécutif de la CAF!    Sidi Slimane    Real Madrid: Benzema se confie au sujet de Cristiano Ronaldo    Le Maroc suspend ses vols avec l'Algérie et l'Egypte (PHOTO)    Covid-19 en Espagne: aucune manifestation pour le 8 mars à Madrid    En France, Khattari El-Haimer, responsable proche du polisario, mis en examen pour «subornation de témoin»    Rajesh Vaishnaw nommé ambassadeur de l'Inde au Maroc    Campagne de vaccination anti-covid : le Maroc fait mieux que la France, selon des intellectuels français    Faut-il arrêter l'alcool 40 jours avant Ramadan ? La réponse de cheikh Fizazi    Rabat: terrible accident sur la route côtière    Ouverture officielle du consulat général de Jordanie à Laâyoune    Naima Bouhmala rassure ses fans sur son état de santé (VIDEO)    Chtouka-Aït Baha Dans un commerce, un père de famille tente de violer une aide-commerçante    L'Institut culturel italien de Rabat promeut la culture de son pays dès ce mois    À Tindouf, deux détenus incarcérés au pénitencier Edhaibia fustigent des exactions contre les droits de l'homme    Taxe sur les terrains non bâtis: la nouvelle formule séduit, mais présente des limites    Nouveau projet «Yemoley et Yemoh école de la diversité»    «Moukarabat» enchaîne les publications    Une 5ème certification ISO pour l'Institut national d'hygiène    La grogne monte chez les bureaux de change    Devises vs Dirham: les cours de change de ce vendredi 5 mars    Accès à l'emploi : dur, dur pour les Marocaines !    Lois électorales : Dernière ligne droite au Parlement    Saisie de plus de 4 tonnes de chira à Asilah    Projet de loi sur l'usage du cannabis : Le débat ajourné    Un autre Marocain dans le viseur de Chelsea    Algérie : un médecin fustige le régime en place et s'indigne contre les défaillances du secteur de la santé    Edito : Sprint final    La Grèce évalue les dégâts après un séisme de magnitude 6,3    Participation de l'USS Dwight D.Eisenhower à un exercice maritime USA-Maroc    Quelles pourraient être les causes d' une guerre entre les Etats-Unis et la Chine ?    ElGrande Toto monte le son !    2ème édition du prix Brahim Akhiat pour la diversité culturelle    Le Maroc réitère au Caire sa ferme solidarité avec le peuple palestinien    Sahel : le Maroc considère les djihadistes comme un aimant pour les cellules locales    Salima Louafa, la romancière qui recèle la magie des mots sous l'étreinte de ses doigts    Adoption en commission d'un projet de loi organique relatif à la chambre des représentants    Trois films du Maroc et de Syrie remportent les Prix du Festival du cinéma de Oued-Noun    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Silent Distorsion: l'expo hallucinante d'Amine Amharech
Publié dans Le Site Info le 26 - 09 - 2017

Pour son premier solo show à la Loft Art Gallery de Casablanca, l'artiste visuel expose une série de toiles dans lesquelles il met en pratique le procédé informatique du Flow Distorsion. Une expo à voir jusqu'au 10 octobre 2017.
Par Olivier Rachet
La démarche pour le moins conceptuelle d'Amine Amharech peut, dans un premier temps, dérouter. Passionné de vidéo, l'artiste s'intéresse à la pratique de distorsion du flux optique, qui, selon lui, permet « d'expérimenter le rapport visuel entre une œuvre et un objet, entre l'homme et la réalité qui l'entoure. » La notion de flux optique a été notamment popularisée par le psychologue américain James J. Gibson pour « décrire le stimulus visuel fourni aux animaux qui se déplacent dans le monde », précise Jacques-Antoine Gannat, en introduction du catalogue.
Dessine-moi un flux
La génération Y sera ici en terrain connu. Ces Optical Flow Distorsion qui donnent leur nom à la majeure partie des œuvres exposées sont comme autant d'arrêts sur image, d'hallucinations visuelles suspendues entre deux activités. Il en résulte des jets de couleur qui ne sont pas sans rappeler, parfois, la spontanéité de l'expressionnisme abstrait. Sur des fonds noir ou rouge, différentes palettes de couleur explosent librement, comme autant d'éruptions de lave ou de vortex insaisissables. Des paysages apparaissent parfois, avec tout l'arbitraire inhérent à une telle expérimentation
visuelle. Paysages cosmiques ou montagneux, bassins de nymphéas ou véritables trous noirs indescriptibles.
Amine Amharech insiste sur l'influence de la vidéo dans le travail qui est le sien : « La vidéo est fondamentale dans mon processus de création. Je vois les choses en travelling, en zoom, en plongée, contre-plongée ou en arrêt. La vidéo est pour moi une expérimentation et une évolution dans laquelle je peux à tout moment choisir de cadrer l'espace et le temps ! »
Passeports africains
En-dehors des toiles, l'exposition comporte toute une série de masques composés à partir de couvertures de survie. Définis par l'artiste comme des « sculptures bondage », ces masques rappellent les masques-passeports portés en Afrique centrale avant la colonisation, lesquels permettaient d'identifier la situation sociale du porteur.
Le plasticien aborde ici, de façon iconoclaste et inattendue, la notion tant rebattue d'identité pour opposer, en un geste non dépourvu de provocation, le Nord et le Sud. Là où les passeports désormais biométriques figent l'individu dans la singularité d'une essence ; les masques, loin d'uniformiser les personnes, déclinent l'identité au pluriel. « Aucune société n'a ignoré le masque, ajoute l'artiste. Celui-ci surgit dès le moment où l'homme accède à l'état de culture. » Ou comme l'écrivait le moins ethnocentriste des poètes français, « Je est un autre », tous les autres.
Quant à la pratique du bondage dont se réclame, non sans humour, Amine Amharech ; elle suggère assez bien le caractère inextricable des liens qui confrontent encore aujourd'hui les pays du Nord à ceux du Sud : « Le bondage, ajoute-t- il, comme pratique, oui, mais comme expression d'un malaise, d'un nouement, et d'une satisfaction aussi! »
O.R.
Exposition Silent Distorsion d'Amine Amharech, du 20 septembre au 10 octobre 2017, à la Loft Art Gallery, 13 rue Al Kaissi, Triangle d'or, Casablanca.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.