Al Boraq atteint 357km/h et entre dans le Top 10 mondial de la vitesse    Le PLF 2019 adopté à la majorité par les représentants    11 personnes inculpées dans le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi    Benatia : Gagner pour ne pas jouer la survie au Malawi    Crédit agricole du Maroc. Démarrage de la 5e session d'éducation financière    Maroc-Algérie. Guerre de lobbying à Washington    Le groupe OCP reçoit la médaille d'or HSE à Pékin    Immigration irrégulière. L'Espagne interdit les go-fast    Finale de la Coupe du Trône / WAF-RSB : Qui aura le dernier mot ?    Lo Celso restera sûrement à Betis    Lancement de l'opération Riaya en faveur des zones touchées par la vague de froid    Signature d'une convention et suivi de plusieurs projets : Aziz Akhannouch au chevet de l'Oriental    Spotify : Le service de streaming musical arrive au Maroc    Santé. Le secteur attend un traitement de choc    Le Maroc nommé président de l'Observatoire Africain de Sécurité Routière    Mohammed VI-B bientôt dans l'espace    USA/UE: La coopération réglementaire au menu des discussions    Esbroufe    Un show pour valoriser les inventeurs arabes    Bachir Demnati: Un oublié de l'histoire de l'art au Maroc    Mohamed Benabdelkader : L'administration, pilier de tout développement économique    Le développement humain au Maroc est loin d'être satisfaisant : Le classement PNUD en dit long    Ligue des Nations : Löw promet de poursuivre le rajeunissement de la Mannschaft    N'Golo Kanté, salarié "normal", a renoncé à un montage offshore    Prisme tactique : Trois pistes pour conjurer le sort    Démissions en série du gouvernement Theresa May    Fayez al-Sarraj fustige l'hypocrisie européenne sur les migrants    Organisation d'une journée "Jeunes leaders marocains" à la Faculté d'Aïn Sbaâ    News    Les bénéficiaires d'un projet immobilier à Ben Slimane expriment leur ras-le-bol    Driss Lachguar reçoit une délégation de l'OSPAA    Rencontre sur le judaïsme marocain : "Marocains juifs, des destins contrariés" projeté à Marrakech    Présentation à Rabat de la pièce de théâtre chorégraphique "Les hommes meurent mais ne tombent pas"    Création de trois prix régionaux de littérature dédiés à l'enfant    L'ATTRAIT DE LA METROPOLE    Deux fonctionnaires de police impliqués dans une affaire de corruption à Rabat    Theresa May lutte pour sa survie sur le Brexit    Co-produit par la chaîne 2M et réalisé par Hind Bensari : Le documentaire «We Could Be Heroes» en avant-première à Casablanca    Khashoggi : Le procureur saoudien dédouane le prince héritier    Evénement biennal organisé par l'association Racines : Les états généraux de la culture font escale à Tiznit    Des réunions entre députés marocains et européens pour renforcer les relations    1er Forum africain de la sécurité routière. Vivo Energy partenaire    Plus de 2 millions de Marocains sont diabétiques    El Khalfi : Vers une refonte du financement public des associations    INDH : 46 millions de DH mobilisés pour la province de Laâyoune    L'écrivain El Miloudi Chaghmoum va à la rencontre des prisonniers de Kénitra    Commémoration du 63ème anniversaire des Trois glorieuses    La maladie de Parkinson au cœur d'une journée organisée par le ministère chargé des MRE et des Affaires de la migration    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Patrick EROUART-SIAD et le parcours de Noé N'Diaye
Publié dans Le Soir Echos le 26 - 08 - 2010

Grand voyageur, à la fois conteur et journaliste, Patrick Erouart-Siad a écrit le texte de «L'album Maroc» paru chez Géo en 2007 et qu'accompagnaient les photographes de Philippe Lafond. Erouart-Siad qui vit aujourd'hui à New-York a passé son enfance à Djibouti, s'est marié à Paris en 1990 avec une Américaine dont le père est romancier et poète et dont la belle-mère Grace Paley, décédée en 2007, était considérée comme une nouvelliste hors-pair. C'est ainsi que, dans certains destins, le talent circule et attire tel un aimant irrésistible.
L'image de l'Occident telle que des romanciers africains la restituent ou la suggèrent à leurs lecteurs fournirait un beau sujet d'enquête littéraire. Un roman s'impose comme signe propitiatoire. C'était le premier roman de Patrick Erouart-Siad, «Cahiers de la Mort-Colibri», paru en 1987 aux éditions du Seuil, deux ans après un reportage en Afrique du Sud raconté dans «Blanc honoraire» (éditions Ramsay).
Le voyageur pertinent et passionné qui avait voulu rencontrer Johnny Clegg, le Bantou blanc et son comparse Sipho Mchunu, étoiles de la scène musicale sud-africaine, cet observateur en état d'alerte, partagé entre la sympathie et la stupeur, nous avait rappelé que «jusqu'à la puberté, les enfants des zones blanches sont pris en charge par d'adorables Noires qui, de ce fait, viennent s'installer dans les zones résidentielles blanches sans avoir le droit d'y amener leurs propres enfants au-dessus de l'âge de trois ans, et encore moins cela va de soi d'y établir leur mari».
Il n'est pas indifférent que «Cahiers de la Mort Colibri» vienne après Blanc honoraire, dans une œuvre qui s'enrichit ensuite d'un ouvrage consacré à la Guinée-Bissau. «Les Cahiers» nous racontent le chassé-croisé des énigmes dans le cœur de Noé NDiaye, métis. Ce roman est un baril de poudre d'intelligence. Bouvard et Pécuchet vont en bateau et en famille du Sénégal aux Antilles ; mais Noé s'active à préserver le droit fil de la loyauté intérieure. Vrai roman puisque l'auteur est de mère somalienne et de père français, tandis que Noé, de mère française, est le fils d'un général sénégalais. La coque du Nijinski/ Inch Allah est transformée par le romancier en journal mural et bouteille à la mer.
Sénégal signifierait ma pirogue. Il faut s'y fier puisque ce roman cingle. On en saluera la colère comme native. Une telle efflorescence de rages rieuses, d'effusions ravies d'échapper à l'impudeur, peu l'auraient su ourdir. Noé puise dans sa couleur : «Sa couleur ? Chabin doré, selon les critères créoles, Peul fouta selon ceux de la côte ouest-africaine. Indifféremment, on l'aurait pris pour un Trinidadien dans les Caraïbes, pour un Polynésien dans les mers du Sud, pour un Camerounais à Ngaundere ou fils de la grande bourgeoisie de Rabat au Maroc. Un peu passe-partout, mais toujours évocateur d'exotisme, en tout cas»
A Dakar, Noé jouit de s'être éloigné de la France. Singulier éloignement qui l'a transformé en appelé dans une caserne française de l'infanterie de marine : «En échange de sa liberté, l'armée lui avait prouvé combien il y tenait»
Le lecteur peut assurer que c'est la liberté qui enrôle Noé avant, pendant, et après son service militaire. Liberté couleur de femme, avec la figure tutélaire de Pandora, la Brésilienne. Le couplage des infanteries française et sénégalaise à l'occasion d'une livraison de tanks trouve dans les très chastes amours de Pandy et Noé un contrepoint auquel se fier.
Patrick Erouart-Siad appelle que la clientèle sénégalaise n'aime que la farine blanche importée à grands frais d'Europe : «Toutes les expériences sur les mélanges à base de mil-blé se soldaient par des échecs commerciaux». C'est seulement sur la mer calmée que cesse la malédiction brouillant les termes de l'échange. Noé, pièce rapportée qui tranche sur les petites mégalomanies de la famille Brossard-Leclerc mettant droit sur les Antilles, n'en finira jamais de se trouver quelques points communs avec «ces deux passagers clandestins partis de Casablanca pour Barcelone dans les cales d'un cargo chargé de roses», et qui furent asphyxiés par les émanations des fleurs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.