Gouvernement : Les contours de la majorité se préciseront au cours de la semaine prochaine    Production industrielle : Hausse de 19,9% de l'indice de la production au T2-2021    Sahel : Le chef de l'EIGS et mercenaire du « Polisario » tué par la force Barkhane    Attaque au Mali : L'ASMEX condamne les agressions contre les routiers marocains    JO et Jeux paralympiques : La Fondation Mohammed VI des champions sportifs rend hommage aux athlètes médaillés    Compteur coronavirus : 2.432 nouveaux cas, Casa, Rabat, Salé en tête de liste    Covid-19 : première baisse substantielle du nombre de cas hebdomadaires,    DGSN : Quatre responsables suspendus pour manquements dans l'exercice de leurs fonctions    Politique de vaccination : Le pragmatisme marocain    Covid-19: 2.432 nouveaux cas, plus de 17,2 millions de personnes complètement vaccinées    Technologie. Une nouvelle gomme increvable signée Michelin    Transport aérien: Emirates lance une campagne de recrutement mondiale incluant le Maroc    Elections du 8 septembre: la stratégie digitale des partis politiques disséquée    Les provinces du Sud connaissent un essor remarquable sur tous les plans    Attente...    PJD : après la déroute électorale, la dure thérapie de groupe    Libye : l'Egypte, le Maroc et la communauté internationale appellent les autorités à tenir les élections comme prévu    Israël : Vers le lancement d'un projet de fabrication de drones au Maroc    Le Maroc se dote d'une série de drones autonomes    M. Babou Sène, nommé Consul général de la République du Sénégal à Dakhla    ONDA : Plus de 3,56 millions de passagers internationaux entre le 15 juin et le 31 août    Technologie : Des fenêtres qui fournissent de l'énergie    L'économie mondiale va rebondir mais de manière inégale selon les régions    Initié par l'Ambassade des Pays-Bas au Maroc, un Demo Day pour couronner les 3ème Orange Corners Morocco    Contrôles continus: le ministère fait une annonce    La CDG intègre le programme DATA TIKA de la CNDP    Cinéma : L'Institut Français du Maroc rouvre ses salles de projection    Festival : la 14ème édition du Festival national du Zajal se donne à voir en digital    Botola Pro D1 / FAR-JSS (0-3) : Victoire méritée de Chabab Soualem    Le changement climatique pourrait pousser 1,9 million de Marocains à migrer d'ici 2050    Covid-19 : plus de 70% de la population chinoise entièrement vaccinée    Le Maroc reçoit 5 millions de doses du vaccin Sinopharm    Pakistan: 7 soldats et 5 terroristes tués au Waziristan du Sud    Hamdi Ould Errachid reconduit à la tête du conseil de Laâyoune-Sakia El Hamra    Classement FIFA: Les Lions de l'Atlas au 33ème rang    Interview avec Neta Elkayam : «Je m'intéresse à beaucoup de musiciens marocains contemporains»    Xander Pratt dévoile son nouveau titre en hommage à Casablanca    Radisson Hotel Group : Une expansion record au Maroc et en Afrique du Nord    Allemagne : le site fédéral des élections probablement visé par une cyberattaque    Retour sur la saga des héros paralympiques    «Lewy» et le Bayern surclassent encore le Barça    Lukaku tire Chelsea du piège du Zenit, Ziyech décevant    Match nul pour Séville, En Nesyri voit rouge    Abdelkader Bourhim: "Le sport, parent pauvre des programmes électoraux"    Le plus haut gradé américain craignait que Trump n'attaque la Chine    Cinéma : L'IF du Maroc rouvre ses salles de projection    Des ateliers consultatifs de la musique du 17 au 28 septembre    Arts plastiques : Samira Ait El Maalam expose sous le thème «Vortex»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Aérien : L'improbable périple des passagers low cost
Publié dans Le Soir Echos le 10 - 12 - 2010

Les grèves répétitives qui touchent le secteur aérien occasionnent beaucoup de désagréments aux passagers.
Les compagnies low cost, peu outillées sur le plan réglementaire, montrent leurs limites.
A chaque fois qu'il y a une grève en rapport avec le secteur aérien, les irrégularités commerciales refont surface et des dizaines de milliers de passagers se retrouvent bloqués dans les enceintes aéroportuaires. L'image devient habituelle ces dernières années, notamment du fait du nombre élevé des grèves dans le secteur en Europe (France, France, Espagne, France !).
Les low cost, sans alternatives en cas de retard
En principe, les compagnies aériennes régulières sont munies d'un arsenal réglementaire international en matière d'alternatives. A titre d'exemple, l'IATA (association internationale du transport aérien) ainsi que l'accord UATP (Universal air travel protocol) imposent aux transporteurs aériens membres de l'IATA de fournir aux passagers des repas pour tout retard inférieur à 6 heures, et d'assurer leur hébergement dans les hôtels pour les retards au-delà de cette limite. Les «low cost», qui n'intègrent pas ces alternatives dans leurs business models, attirent dans ce sens l'attention sur leurs limites à ce niveau. Ce week-end à Marrakech, RyanAir vient d'en donner la preuve. En effet, suite à la grève des aiguilleurs espagnols, les passagers du vol Ryan Air reliant Marrakech à Paris-Beauvais ont passé 48 heures livrés à leur sort. Aucune prestation ne leur a été offerte. D'ailleurs, les autres opérateurs économiques desservant le Maroc ne se substituent pas à ce genre de traitement. Ce qui fait dire à certains passagers que l'écart de coût entre les deux modèles, si de telles alternatives étaient prises en compte, serait moins grand entre les compagnies aériennes régulières et les low cost.
Les autorités aéroportuaires n'assurent pas leur rôle d'arbitrage
Quel rôle doivent jouer les autorités aéroportuaires dans des situations pareilles ? Contraindre les compagnies aériennes à honorer leurs engagements et à trouver le plus rapidement des alternatives à leurs clients en cas d'irrégularités techniques est plus facile à dire qu'à faire, certes. Des comités présents dans la quasi-majorité des aéroports internationaux sont formés dans ce but, à l'exemple du BARM (Board airlines representatives Morocco), qui réunit tous les intervenants du secteur au niveau marocain.
Leur impact est de moins en moins perçu concernant des issues pour ce genre d'irrégularités répétitives. De même, les autorités aéroportuaires doivent également veiller à ce que le malaise des passagers ne vire pas à l'insurrection. Ce qui vient d'arriver à l'aéroport de Toulouse-Blagnac dépasse l'entendement. Un avion du low cost marocain Jet4you est resté occupé toute la nuit du samedi au dimanche par des passagers furieux. L'avion n'a été libéré que tôt le matin. Une atteinte grave à la sécurité dans les aéroports, par les temps qui courent.
Les autorités aéroportuaires de l'aéroport de Toulouse-Blagnac doivent expliquer pourquoi ces passagers n'ont pas été débarqués de l'avion de Jet4you ? «Le pire, ça serait de voir se répéter ce genre d'incidents si aucune mesure n'est prise par la direction de l'aviation civile française», prévient un expert dans le secteur aérien. «Une enquête va être diligentée dans ce sens par les autorités de l'aviation civile française», assure-t-on auprès de Jet4you.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.