CAN 2019 : Les Lions de l'Atlas domptent le Cameroun, victoire historique    Journée mondiale du diabète : Le bilan de ce côté-ci est alarmant    Les tarifs du TGV Al Boraq sont très abordables selon Rabie Khlie    Jets de piment et de fournitures de bureau au parlement sri-lankais    Julian Assange inculpé aux Etats-Unis, selon WikiLeaks    El Othmani : GMT+1, les protestations spontanées des élèves contre sont «compréhensibles»    Rabat: Remise de certificats et trophées aux lauréats du Cycle international de formation en diplomatie    Facebook lance une « cour d'appel » pour contenus controversés    El Othmani en Ethiopie pour un sommet extraordinaire de l'UA    Les défis de la mondialisation    Brexit : Theresa May réconfortée par des soutiens de poids dans son gouvernement    Météo : Une semaine pluvieuse en perspective    Le PLF 2019 adopté à la majorité par les représentants    Benatia : Gagner pour ne pas jouer la survie au Malawi    11 personnes inculpées dans le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi    Le groupe OCP reçoit la médaille d'or HSE à Pékin    Finale de la Coupe du Trône / WAF-RSB : Qui aura le dernier mot ?    Immigration irrégulière. L'Espagne interdit les go-fast    Lo Celso restera sûrement à Betis    Crédit agricole du Maroc. Démarrage de la 5e session d'éducation financière    Maroc-Algérie. Guerre de lobbying à Washington    La Chambre des représentants approuve la première partie du projet de loi de finances 2019    Lancement de l'opération Riaya en faveur des zones touchées par la vague de froid    L'Afrique et le Maghreb ont leur TGV !    Signature d'une convention et suivi de plusieurs projets : Aziz Akhannouch au chevet de l'Oriental    Spotify : Le service de streaming musical arrive au Maroc    Santé. Le secteur attend un traitement de choc    Le Maroc nommé président de l'Observatoire Africain de Sécurité Routière    Mohammed VI-B bientôt dans l'espace    Un show pour valoriser les inventeurs arabes    Bachir Demnati: Un oublié de l'histoire de l'art au Maroc    Fayez al-Sarraj fustige l'hypocrisie européenne sur les migrants    News    Driss Lachguar reçoit une délégation de l'OSPAA    Ligue des Nations : Löw promet de poursuivre le rajeunissement de la Mannschaft    N'Golo Kanté, salarié "normal", a renoncé à un montage offshore    Prisme tactique : Trois pistes pour conjurer le sort    Mohamed Benabdelkader : L'administration, pilier de tout développement économique    Rencontre sur le judaïsme marocain : "Marocains juifs, des destins contrariés" projeté à Marrakech    Présentation à Rabat de la pièce de théâtre chorégraphique "Les hommes meurent mais ne tombent pas"    Création de trois prix régionaux de littérature dédiés à l'enfant    Evénement biennal organisé par l'association Racines : Les états généraux de la culture font escale à Tiznit    1er Forum africain de la sécurité routière. Vivo Energy partenaire    El Khalfi : Vers une refonte du financement public des associations    INDH : 46 millions de DH mobilisés pour la province de Laâyoune    L'écrivain El Miloudi Chaghmoum va à la rencontre des prisonniers de Kénitra    Commémoration du 63ème anniversaire des Trois glorieuses    La maladie de Parkinson au cœur d'une journée organisée par le ministère chargé des MRE et des Affaires de la migration    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quand l'élève dépasse le maître
Publié dans Le Soir Echos le 20 - 01 - 2011

La seconde moitié du siècle dernier a été marquée par l'accession à l'indépendance de la plupart des anciennes colonies.
Plusieurs lectures de l'histoire se côtoient, véhiculées chacune par une vision idéologique. Indépendance gagnée au prix du sang pour les uns, abandon par le colonisateur pour les autres en raison de motifs peu glorieux, comme le souligne Alexandre Gerbi dans son ouvrage «Histoire occultée de la décolonisation franco-africaine», chacun essaie de justifier au nom de ses croyances le pli qu'il souhaite donner aux événements.
Tout au long du XXe siècle, des voix se sont élevées contre l'injustice, la colonisation, la terreur, et pour la liberté, l'égalité et la démocratie.
Des voix comme celles de Sédar Senghor, Houphouët Boigny (la première version du personnage avant qu'il ne s'enlise dans les délices du pouvoir), Bourguiba (également dans sa version initiale) ou encore Patrice Lumumba que l'on vient de célébrer.
Ces voix, reprenant à leur compte les préceptes et les idéaux proclamés universels, les avaient fait leurs.
Depuis les années 70, les pays riches n'ont eu cesse de critiquer l'Afrique pour ses totalitarismes.
Avec le changement de siècle et les attentats du 11 septembre, nous avons assisté à la mort de la diplomatie. Fi des bonnes manières, l'obsession des puissants étant de se prémunir de ces sauvages qui ne rêveraient que de les envahir. Et tant pis pour l'éthique, la morale, etc.
Le problème, c'est que les anciens élèves se battent aujourd'hui pour que les anciens maîtres appliquent les règles de base de la démocratie, ou au minimum n'entravent pas leur route vers la liberté.
De Guantanamo à l'Irak, du Yémen à la Tunisie, de la Libye à la Grande-Bretagne, les exemples sont foison. Comme l'histoire d'Henry Djaba, citoyen britannique d'origine ghanéenne, enlevé et torturé à Tripoli et prié par les autorités de son pays de passer l'éponge pour ne pas porter préjudice aux nouvelles relations anglo-libyennes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.