Quand Ben Bella reconnaissait la souveraineté du Maroc sur le Sahara oriental    Météo au Maroc: les prévisions du vendredi 19 août    Houcine Ammouta de retour sur le banc du WAC de Casablanca    CAN U23 – Maroc 2023 : Résultats du tirage au sort    Benkirane : «Les déclarations de Raisouni ne reflètent pas les positions du PJD»    Incendie de forêt près de M'diq: l'OCI soutient le Maroc    Rabat: terrible accident près du complexe Moulay Abdellah    Météo: températures en hausse ce vendredi au Maroc    Rentrée scolaire 2022/23: Les prix des manuels scolaires inchangés    فيروس كورونا : 79 إصابة جديدة ولا وفيات في 24 ساعة الأخيرة    Le nouveau nez de l'actrice marocaine Hasnae Moumni divise la Toile (PHOTO)    De la Révolution du Roi et du peuple à la Fête de la jeunesse    L'animation, une industrie naissante au Maroc    L'amazighe est-il véritablement une priorité dans le PLF ?    Affaire Pegasus. Un ancien ministre marocain met en exergue le silence de Forbidden Stories, Amnesty, Le Monde et El Pais    Sahara : Le Pérou décide de retirer sa reconnaissance au Polisario    Covid-19: 79 nouveaux cas et 97 guérisons en 24H    Pénurie des cartables au Maroc ? Le ministère rassure    Le Maroc fournit 50% des besoins de l'Espagne en tomates    Medium : « Le Maroc peut-il jouer un rôle plus important au Moyen-Orient via les accords d'Abraham ? »    Stade Brestois : ambiance bon enfant entre Achraf Dari et Youcef Belaïli    Orages en France: trois morts en Corse    Heureux événement dans la famille Batma (PHOTO)    Sahara: un éditorialiste colombien critique le revirement de Gustavo Petro    Italie : Un festival rend hommage à Rahhal Amarri, décédé en sauvant deux enfants de la noyade    Un ministre israélien salue le rôle du Maroc dans le rapprochement entre Israël et les Palestiniens    Emirates modernise sa flotte pour plusieurs milliards de dollars    Maroc : Un jeune enfant meurt à la frontière avec Melilla    Le Barça et le Man. City en mission humanitaire : Xavi contre Gaudriola mercredi prochain au Camp Nou    Constructeurs automobiles. Quels sont ceux qui seront présents au Mondial de l'Auto de Paris ?    Frais de scolarité : l'angoisse de fin de vacances    France-Afrique, le non-retour    Trois diplomates marocains en Colombie victimes d'un vol après avoir été drogués    Droits humains, l'autre axe de coopération entre Rabat et Washington    Le kickboxing et le judo marocains décrochent cinq médailles de bronze    Ukraine / Zaporijia : L'OTAN réclame une "inspection" urgente de l'AIEA    Tournoi international d'Autriche maintenu : L'équipe nationale A' s'est envolée pour Vienne    Moyens de paiement : Le Maroc, pays le plus dépendant du cash au monde    Eté 2022 : Essaouira bat tous ses records d'affluence    Walid Regragui prépare sa liste élargie. Ziyech, Adli et autres Lions pressentis    «Tagzzayt» ou «La mémoire du corps», un nouveau documentaire sur les tatouages    Les Mosaïques du Nord sont de retour pour leur deuxième édition    La 11ème édition du 19 au 23 octobre prochain    La Bourse de Casablanca débute dans le vert    Algérie : le bilan des incendies dans plusieurs villes monte à 26 morts, l'incurie des autorités dénoncée    Visas Schengen refusés : la fédération des droits des consommateurs réclame le remboursement    L'USAID fournit 68 millions $ au PAM pour l'achat, le transport et le stockage de blé ukrainien    La forteresse « Casa del Mar »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Immigration Sahraouis clandestins : l'Espagne embarassée
Publié dans Le Soir Echos le 28 - 01 - 2011

Les dossiers épineux entre le Maroc et l'Espagne sont multiples. Celui des immigrés clandestins sahraouis vient de s'ajouter à leur longue liste.
L'expulsion vers le Maroc de 17 immigrés clandestins prétendument sahraouis, décidée la semaine dernière par le gouvernement espagnol, est renvoyée à une date ultérieure. L'Audience National (Tribunal de Madrid) a ordonné, mercredi, la suspension de cette mesure en attendant que la justice examine les recours présentés par la défense des concernés.
Selon les médias, cette décision a été prise après que la Commission espagnole d'aide aux réfugiés (CEAR) a alerté de l'«imminence des expulsions». Et de donner pour preuve, le transfèrement des immigrés légaux, mardi, de Fuerteventura vers un centre de rétention de Gran Canaria, réservé aux étrangers en situation irrégulière. Le prélude du refoulement. Argumentant sa demande, CEAR estime que la rapatriement vers le Maroc est une question de temps et plus précisément d'horaires des vols à destination de Laâyoune.
L'affaire est au Parlement
Prenant en compte les arguments de CEAR, l'Audience National a décidé dans l'urgence «la suspension immédiate de l'exécution de l'expulsion». L'AN estime nécessaire l'adoption de cette mesure afin que la justice se donne le temps pour examiner et les demandes d'asile des 17 immigrés clandestins et la décision du gouvernement de Zapatero de les expulser.
La «revendication» de ces Sahraouis s'est même permis de se frayer un chemin à la Chambre basse du Parlement espagnol. Mercredi, le chef de l'exécutif, José Luis Rodriguez Zapatero, lors de la session appelée «contrôle du gouvernement», a répondu que le ministre de l'Intérieur, en ordonnant l'expulsion des 17 prétendus Sahraouis, s'est basé sur le manque de preuves des demandeurs d'asile d'une «persécution individuelle» de la part des autorités marocaines. Outre ce point, demeure en suspens l'épineuse question de déterminer si ces immigrés illégaux sont réellement des Sahraouis. Madrid a-t-il les moyens nécessaires pour mener à bien cette délicate mission.
Force est de constater que la tâche n'est guère aisée. Si les autorités espagnoles réussissent à dénouer cet écheveau, elles auront réussi là où avait échoué, au début des années 90, la commission d'identification des Nations Unies des personnes éligibles pour le referendum. Dans cette affaire, le gouvernement de Zapatero tente de ménager la chèvre et le choux. D'un côté, il a décidé, sous la pression des associations polisariennes, d'examiner cinq demandes d'asile émanant de ce groupe de 22 immigrés illégaux. Et de l'autre, le ministère de l'Intérieur, dirigé par le très puissant Perez Rubalcaba, en prévision d'une mauvaise réaction des autorités marocaines, a ordonné l'expulsion de 17 d'entre eux. Une mesure que l'Audience National a rendue caduque mercredi. De quoi donner plus de temps aux lobbies du Polisario de «promouvoir» cette affaire, en la plaçant au cœur de la politique intérieure espagnole. A cinq mois des communales de mai, ce dossier est un aubaine pour les milieux conservateurs de ce pays.
Une affaire à rebondissements
Cette affaire remonte au 5 janvier, lorsqu'une patera avec à bord 22 prétendus Sahraouis échoue sur les côtes de Fuerteventura aux Iles Canaries. Une fois sur place, le groupe a immédiatement déposé des demandes d'asile politique à l'Office d'Asile et Refuge, l'autorité compétente pour ce genre de requête. Ils se disaient persécutés par les autorités marocaines à cause de leur participation au campement de fortune de Gdeim Izik, démantelé le 8 novembre dernier. Après un premier examen, l'asile politique leur a été refusé. Justement, l'office n'est pas parvenu à déterminer si les demandes émanaient réellement de Sahraouis victimes de répression. Le 11 janvier, le département de Perez Rubalcaba rejette l'ensemble des requêtes d'asile. Quelques jours plus tard, l'Office d'Asile et de Refuge décide d'examiner cinq des demandes. Le 26 janvier, l'Audience suspend l'expulsion des 17 immigrés clandestins.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.