La beauté de Chefchaouen et de Tanger mise en relief par TF1    Affronter les pollueurs récidivistes!    Le Rwanda annonce un nouveau gouvernement composé à 50% de femmes    4e commission de l'ONU: Triste spectacle mercenaire    Mairie de Casablanca: La propreté renvoyée aux calendes grecques    Sahara : De l'informel à l'officiel…    L'Affaire Khashoggi et la main de Washington…    Miss Liban perd son titre pour avoir posée avec Miss Israël    «Les fourmis prédatrices ou l'itinéraire d'un expulsé d'Algérie»    KACM – DHJ au sommer de la 5e journée    Malgré les aveux saoudiens, Trump et l'UE réclament plus de détails sur le meurtre de Khashoggi    Les métiers du cheval: une filière en manque de profils adaptés    Débats en profondeur et intellectuels d'ici et d'ailleurs    11è Festival de la Culture soufie à Fès : Les Femmes ouvrent le bal    «Pressa»…. le bonheur est ailleurs!    Mouloud Ou Hamouch mène en silence une bataille contre la maladie    Sa majesté le roi reçoit les condoléances du roi Salmane suite au drame Bouknadel    Armes nucléaires: Trump fait un pas de plus vers l'unilatéralisme    Londres : 700 000 personnes manifestent contre le Brexit    Casablanca : Une tentative de viol filmée sur Internet    Les marcheurs de la faim toujours bloqués à la frontière mexicaine    Messi exit du Classico    Faouzi Benzarti mis à la porte par la sélection tunisienne    Aller loin, y aller ensemble : Les start-up marocaines ont besoin de notre soutien    La terrible blessure de Lionel Messi avant le classico (Vidéo)    Une nouvelle tragédie sur l'autoroute de Casablanca    Retour du droit à l'importation de 30% sur le blé tendre à partir de 2019    ESCA invite les professionnels de la comptabilité à un workshop gratuit    Une levée de fonds de 500M$ pour Careem    Les réformes de la justice au Maroc saluées par une commission européenne    Le Maroc et la Tunisie peinent toujours à dynamiser leurs échanges    L'ONCF dément les rumeurs de piratage    Le Roi Mohammed VI charge Akhannouch d'élaborer une stratégie de développement agricole    Affaire Khashoggi : L'Arabie saoudite plaide coupable    L'Organisation des Etats de la Caraïbe orientale se dote d'une ambassade à Rabat    Arrestation d'une femme soupçonnée de port illégal d'un uniforme de police    Bundesliga : Le Bayern en opération sauvetage    Le Maroc refuse de jouer au gendarme de l'Europe    Désillisions    Liga : Barça et Real guettés par la crise    Premier League : Une manche show    Le Salon maghrébin du livre à Oujda, une ambitieuse contribution à la consécration de la coopération culturelle    Faiçal Ben primé au Festival international du film de Delhi    Bouillon de culture    Arrestation de deux individus impliqués dans une affaire de viol ayant entraîné la mort, détails !    Plus de 15 millions de cartes bancaires en circulation    Mieux vaut pousser tôt au premier accouchement    Divers    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Denise Masson, dame de lettres et de cœur
Publié dans Le Soir Echos le 31 - 10 - 2011

Dans un monde divisé et fissuré, en des temps de cynisme, de racisme et de pathologies sociales discriminatoires sans cesse exacerbées, Denise Masson faisait figure de tolérance et d'ouverture. Fervente chrétienne résidant au Maroc, elle a su traduire le Saint Coran avec une subtilité louable, et s'ouvrir à l'autre dans un respect sans borne. C'est en hommage à cette figure emblématique marrakchie, et à l'occasion du 110e anniversaire de sa naissance, le 5 août 1901, et de l'anniversaire de sa disparition, le 10 novembre 1994, que l'Institut français de Marrakech organise un hommage posthume, au cimetière européen de Marrakech, à 10 heures.
Education de jeune fille bourgeoise, enfance en Algérie, immersion dans un univers culturel prôné par un père amateur d'art, Denise Masson a été bercée par l'idéalisme catholique des jeunes Françaises et a grandi dans l'élitisme, un côté qu'elle a conservé même à un âge avancé de sa vie. Abandonnant une vie de couvent entamée à l'âge de vingt ans, elle s'installe au Maroc en 1929 et s'éprend de la culture arabe. Travaillant comme infirmière dans le dispensaire antituberculeux de Rabat, elle se prend d'intérêt pour l'islam et se lance dans un apprentissage forcené de la langue arabe, classique et dialectale. Mi-chrétienne conservatrice, mi-admiratrice de l'islam et de la culture marocains, elle fait montre d'un intérêt touchant pour la marocanité et se lance dans des œuvres sociales, militant pour l'ancrage de la culture et des mœurs marocaines, à l'encontre de l'appareil colonialiste.
Plus tard, elle devient directrice du dispensaire antituberculeux dans la médina de Marrakech. Prémunie contre le besoin grâce à sa fortune familiale, elle se dédie à des recherches et à des études sur les trois monothéismes : le christianisme, l'islam et le judaïsme, tentant de disséquer les plis et les replis de ces religions, leurs doctrines et leurs interdits. En 1938, elle s'installe à Marrakech, au derb Zemrane, dans le riyad qui porte aujourd'hui son nom et qu'elle ne quitte plus jusqu'à sa mort.
En 1958, elle achève une traduction en français du Saint Coran, éditée en 1967 par Gallimard dans la collection de La Pléïade. Une traduction traversée par un style fluide et concis et empreinte de véritables prouesses littéraires, qui reste, jusqu'à ce jour, la plus vendue et une des plus recommandées. À ce propos, Le Nouvel Observateur indique, dans un article paru en juillet 2011, que le travail de Denise Masson a été « salué par les plus hautes autorités de l'islam comme un ‘‘essai d'interprétation du Coran inimitable''. Il fut cependant publié, sous le nom ‘‘D. Masson'', sans que soit précisé le prénom et donc le sexe de l'auteur [...] d'un ouvrage salué comme l'un des meilleurs en ce domaine ».
Même dans son ascétisme profond, Denise Masson est restée fidèle au confort et au luxe de la vie. Grâce à ses parents, elle fait l'acquisition, en 1938, d'une magnifique propriété urbaine, un lieu enchanté où elle se réfugie, pour méditer et travailler, dans une réclusion quasi méditative. Un lieu d'une rare beauté qu'elle lègue, via la Fondation de France, à l'Institut français de Marrakech.
Aujourd'hui, le riyad Denise Masson est ouvert à l'espace public, ayant longtemps fait figure de résidence d'écriture et de haut-lieu culturel voué aux conférences et aux évènements artistiques. Dans un monde d'artifices et d'hypocrisie, cette dame de cœur prône le dialogue et des messages de spiritualité. Une « illuminée » parmi les abonnés à l'individualisme de l'époque (et même ambiant) ? Un cœur d'or parmi les coquilles vides ? Quoi qu'il en soit, elle reste une aura toujours présente, même à titre posthume. Rendez-vous le 10 novembre à Guéliz, pour la journée en l'honneur d'une grande dame.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.