Glovo s'associe à Marjane    Coronavirus : voici les nouvelles mesures prises par l'ONEE    Midelt : un député pjdiste roule sans assurance et viole l'état d'urgence sanitaire    Coronavirus : l'OFEC de Casablanca accueillera un hôpital de campagne de 700 lits    Le Maroc de tous les espoirs!    Immigration clandestine : Arrestation de 32 Subsahariens à Dakhla    «La crise provoquée par la pandémie apporte un désaveu cinglant aux apôtres du Capital»    Les ménages ramédistes indemnisés à partir de ce lundi    L'indemnisation démarre aujourd'hui    Le dirham se déprécie de 4,56% face à l'euro    Covid-19: L'Exécutif réduit ses dépenses    Benatia et Renard scandalisés par les propos racistes sur LCI    Le monde diplomatique ou le journalisme à la carte    La prolongation d'Achraf Hakimi, le Vrai du Faux    Coronavirus : 961 cas confirmés, trois nouveaux décès et une guérison ce dimanche à 13h    «Quelle lecture des résultats annuels de 2019?»    Covid-19 : Tanger Med au chevet de la population locale    Orchestra Maroc touché par le coronavirus    Pèlerinage de Pâques inédit à Lourdes, sans fidèles    L'OTAN entre en guerre contre le coronavirus…    Un député français d'origine marocaine saisit la justice    Amnistie Royale : un acte hautement humanitaire    Les pharmaciens tiennent leur position avec conviction    Fonds anti-coronavirus : Le Groupe Allali apporte sa contribution    Les séries du ramadan à l'arrêt à cause du coronavirus    Fonds spécial : procédure de retrait des aides financières pour le secteur informel    Voici le temps qu'il fera ce dimanche    Liga : Achraf Hakimi retrouve le Real Madrid    Le Roi félicite le président sénégalais à l'occasion de la fête de l'indépendance de son pays    Golf : Report de la 47è édition du Trophée Hassan II et de la 26è édition de la Coupe Lalla Meryem    Mali : le chef de l'opposition enlevé « va bien », les négociations pour sa libération sont en cours    Covid19: Aucun cas en Corée du Nord ?    De la musique de chambre, depuis sa chambre    Coronavirus : Nezha El Ouafi décrypte sur MFM Radio les mesures prises au profit des MRE    Report des JO: Des coûts additionnels pour le Japon et la famille olympique    Le gouvernement britannique appelle les joueurs de foot à réduire leur salaire    Retour à la prudence sur les marchés mondiaux    Athlétisme: Le programme antidopage mondial fortement affecté    Clap de fin sur la série "Le Bureau des légendes"    Reprise belge du tube caritatif "We Are The World" pour remercier le personnel soignant    En pleine pandémie, une oeuvre de Mohamed Melehi bat tous les records aux enchères à Londres    Algérie : l'ex-chef de la police écope de 15 ans de prison    Union européenne : la fermeture des frontières pourrait durer au-delà de Pâques    Le musicien marocain avait contracté le Covid-19 : Décès à Paris de Marcel Botbol    Coronavirus : Quand les créations artistiques et littéraires passent au numérique    Une oeuvre de Mohamed Melehi bat tous les records aux enchères à Londres    Nouveau modèle de développement : La Commission spéciale et le ministère de l'éducation donnent la parole aux lycéens    Prochaine réunion à huis clos du Conseil de sécurité sur le Sahara    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La course aux postes a démarré
Publié dans Le Soir Echos le 07 - 12 - 2011

La composition du prochain gouvernement étant de plus en plus claire chez les partis participants, c'est déjà la ruée vers les postes. Istiqlal et PJD se tailleront la part du lion et commencent déjà à laisser filtrer les premiers noms. Avant-goût.
On ne connaît pas encore la configuration définitive du prochain gouvernement que la course aux postes ministériels a déjà commencé. Le secrétaire général du parti au pouvoir et chef de gouvernement, Abdelilah Benkirane, a annoncé la couleur en précisant que son cabinet sera réduit au minimum, soit un maximum de 25 ministres et secrétaires d'Etat. Autant dire que la bataille pour les postes sera rude. Et chaque parti y va de ses préférences, en termes de portefeuilles comme en profils. Dans le seul Istiqlal, une bonne petite centaine de candidatures a d'ores et déjà été transmise au secrétaire général et désormais ancien Premier ministre Abbas El Fassi. S'il a accepté de s'allier au PJD dans la formation du futur gouvernement, le parti de la Balance compte s'accaparer un minimum de 10 ministères.
Les secteurs de prédilection de l'Istiqlal restent les département dits techniques, l'Equipement et les affaires économiques en premiers. Pour le premier département, on parle ainsi du retour de Bouâmar Taghouane, qui a déjà occupé ce poste. Pour le second, c'est (toujours) le nom de Nizar Baraka qui circule. Plus que des postes ministériels, l'Istiqlal demande également une place au soleil du Parlement, en revendiquant la présidence de la Première Chambre.
Ramid, Othmani, Hakkaoui et les autres
Le PJD, lui, devra garder les postes clefs, et quelques uns des départements de souveraineté. A commencer par la Justice. Et c'est le tonitruant Mustapha Ramid, avocat et président du Forum El Karama (Dignité), qui milite notamment pour la libération des détenus politiques, qui part favori pour occuper un poste aussi sensible qu'attendu. Rappelons que Ramid avait refusé de se porter candidat lors des dernières élections. Pour les affaires étrangères, et si jamais le poste est politisé, c'est un certain Saâdeddine El Othmani qui dispose des plus fortes chances de passer. El Othmani est non seulement le président du Conseil national du parti mais aussi de sa Commission des relations internationales.
Un conseil de sages en vue
Dans sa marche vers la « présidence » du gouvernement, Abdelilah Benkirane ne compte pas s'entourer que de ministres, mais aussi d'anciens responsables ayant fait leurs preuves par le passé. On parle ainsi de la possible création d'un Conseil des sages qui réunira des noms comme M'hamed Boucetta, un des fondateurs de l'Istiqlal, et plusieurs fois ministres sous Hassan II, Ismaïl Alaoui, ancien secrétaire général du PPS et deux fois ministres (Education et Agriculture) Driss Jettou, le très respecté ancien Premier ministre et celui-là même à qui on doit bien des projets structurant et plans sectoriels. Le conseil devra aussi compter Ahmed Ossman, le fondateur du RNI et ancien Premier ministre, Mahjoubi Aherdane, Abderrahmane Youssoufi… et Mohamed Bensaïd Aït Idder, une des plus grandes figures de la résistance et de la lutte de la gauche après l'indépendance, aujourd'hui érigé en symbole par le Mouvement du 20 février.
Autre poste clé, les Finances. Le PJD, déterminé à garder les finances du pays sous sa supervision, serait déjà en train de préparer Mohamed Najib Boulif pour le poste. Docteur d'Etat en sciences économiques, avec pas moins de six ouvrages à son actif, Boulif est tout simplement “M. Loi de Finances” du PJD au Parlement. Autant dire qu'il est fait pour le poste. Idem pour l'agriculture, département pour lequel Réda Benkhaldoune part favori.
Autre nom, autre département, celui de Bassima Hakkaoui à la tête du département des affaires sociales, de la solidarité et de la famille. Le charismatique Mustapha El Khalfi, véritable architecte du programme du PJD, est, lui, appelé à occuper le poste de chef de cabinet d'Abdelilah Benkirane.
Au sein des deux autres formations devant composer l'exécutif, à savoir le PPS et le Mouvement populaire, ce sont surtout les noms des secrétaires généraux respectifs de ces deux partis qui montent à la surface.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.