Made In Morocco : Les Marocains veulent consommer local, mais...!    Milan : trois jeunes marocains prendront part aux négociations de la pré-Cop26    Maroc / Royaume-Uni : construction du "câble" électrique sous-marin le plus long du monde    Tunisie : des manifestants redoutent «un retour à l'ère de Ben Ali» et dénoncent la France    Compteur coronavirus : 734 nouveaux cas, plus de 18,3 millions de personnes complètement vaccinées    Dakhla : six morts dans un accident de la route    Le marocain SMDM et le portugais Movicortes créent une joint-venture    Les indicateurs en hausse du 20 au 24 septembre    Un «marchepied» vers l'amélioration de l'inclusion financière    Le Médiateur du Royaume souligne le rôle de la médiation institutionnelle    Mali / Affaire Wagner : Moscou sort de son silence    Allemagne : La page Merkel tournée dimanche    Angela Merkel s'apprête à quitter la scène    Mondial Futsal 2021: Le Maroc quitte la compétition la tête haute    Plus d'une tonne de cocaïne saisie au large des Canaries    Bourita réaffirme l'engagement continu du Maroc    Italie : Interpellation du leader indépendantiste catalan Carles Puigdemont    En une semaine, une troisième découverte archéologique au Maroc anime les médias    Royaume-Uni : Palier à une pénurie de main-d'oeuvre par des visas temporaires    La créativité et l'art se manifestent en «Muse»    Démolition du cinéma L'Opera à Salé    L'exilé du Mogador: un autre regard sur la guerre du Rif    Ligue 1 : Paris SG, le grand huit    Angleterre: Liverpool vire en tête, City dompte Chelsea, United se rate    Hamdallah bien parti pour quitter Al-Nasr    Mondial Futsal / Quart de finale : Maroc-Brésil sur BeIN Sports à 14h00    Algérie : le procès du frère de l'ancien président Bouteflika reporté    Interview avec Hassan Aourid «L'islam politique au Maroc connaît une crise profonde»    Belgique. Le fonds activiste Bluebell Capital Partners demande le départ de la marocaine Ilham Kadri, PDG de Solvay    Etats-Unis : au moins trois morts dans le déraillement d'un train    Décès de Abdelouahab Belfquih: affaire classée, pas d'acte criminel    Ouverture exceptionnellement de centres de vaccination au profit des élèves    L'ADFM revendique une rupture avec les pratiques du passé    Agadir : deux tonnes de drogue saisies, sept interpellations    Les enjeux de la capitale du Souss!    Algérie. La descente aux enfers    Coupe du monde féminine U20 : Reprise cet après-midi du reste du temps du jeu du match Bénin-Maroc interrompu hier    Témoignage : «Monkachi, un homme politique»    Exposition : Voyage dans l'âme de Zokhrouf    Somalie: huit morts et sept blessés dans un attentat suicide à Mogadiscio    Championnats du monde de Force athlétique : Le Marocain Nezar Ballil remporte la médaille de bronze    Au moins huit soldats tués dans une embuscade de l'Iswap dans le Nord-Est du Nigéria    Musique: morceaux conquérants    A propos de la campagne contre le Maroc : Quand parler de coordination n'est pas faire preuve de paranoïa    Moulay El Hassan El Mounadi du PAM, élu président du Conseil de l'arrondissement Ennakhil à Marrakech    Image : La FNM célèbre la photographie artistique    Festival: Il était une fois... le Street Art (Part I)    Maroc-USA : Exercices militaires conjoints liés à la prévention des catastrophes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Rukh sonde l'esprit du nouveau monde arabe
Publié dans Le Soir Echos le 16 - 07 - 2012


Beau trimestriel Rukh (Phénix) qui veut témoigner du présent immédiat du monde arabe publie son premier numéro en montrant d'emblée une vraie ambition esthétique et intellectuelle. Preuve qu'il ne faut jamais insulter l'avenir, sa rédactrice en chef est Sonia Terrab dont le roman Shamablanca était écrit avec le pied contrairement au récit qu'elle donne dans Rukh d'un séjour de 72 heures à Oran. Certes, on eut aimé que la définition de la revue L'esprit du monde arabe ne s'interdise pas d'accoler berbère à arabe pour rendre compte de la diversité linguistique de l'aire que Rukh raconte à travers des enquêtes, des témoignages, des récits et des images. Du moins se réjouit-on d'y lire un portrait d'Ibrahim Afellai. Se plaçant sous les ailes de l'oiseau mythologique des Mille et Une Nuits, « gardien de la connaissance et symbole du renouveau, la revue fondée par Hachemi Ghozali parait au moment même où l'on déplore la disparition d'un chercheur et essayiste auquel un prochain sommaire pourrait utilement rendre hommage. L'Egyptien Anouar Abdel Malek vivait à Paris et publia en 1962 Egypte, société militaire (Seuil), un ouvrage fondateur». Anouar Abdel Malek était le cousin du journaliste Paul Balta dont les mémoires sont à paraître. Balta fut le responsable des informations sur le monde arabe au Monde et c'est précisément un journaliste du Monde, Christophe Ayad qui ouvre le sommaire du premier numéro de Rukh (pas la plus pauvrichonne des revues puisque ces bureaux sont indiqués sis rue de Faubourg Saint-Honoré, une des adresses les plus prestigieuses de Paris !). Et c'est un pauvre dont Ayad raconte l'histoire tragique, Mohamed Bouazizi dont une photographie de Philippe Poulpiquet nous montre la mère brandissant le portrait de son fils suicidé. Ayad a enquêté sur Faïda Hamdi, la policière qui aurait giflé Bouazizi à Sidi Bouzid. À Paris, dans le quatorzième arrondissement, une place porte désormais le nom du jeune immolé. Ayad a recueilli le témoignage d'un syndicaliste : « Nous avions inventé l'histoire de la gifle dans les heures qui sont suivi l'immolation de Mohamed Bouazizi. Tout comme nous avions inventé le fait qu'il était diplômé chômeur. Il nous fallait trouver un argument qui frappe les gens simples. Un homme giflé par une policière, ça choque dans cette région rurale et traditionnelle. » Reste que, simples ou compliqués, tous les gens admettront que Mohamed Bouazizi ne renaîtra pas de ses cendres et que de telles tragédies assombrissent le présent et l'avenir. Les combattants du feu et les médecins qui se battent pour sauver des vies ne sont pas oubliés dans les commentaires de Rukh. Un reportage moins traumatisant succède aux dessins de Kitsunov qui évoquent d'un trait puissant ce qui se passa en Tunisie entre le 17 décembre 2010 et les premiers jours de janvier. Ce reportage encourageant, c'est celui de Hachemi Ghozali. Il a accompagné en Mauritanie Azzedine Salek à la rencontre du père de celui ci qui rêvait de lancer la première chaîne de télévision mauritanienne privée : « En arrivant à Ouadane, ville imposante au milieu du désert, avec ses maisons vieilles de plusieurs siècles, son fameux minaret à l'architecture en pierres sèches, je découvre enfin pour la première fois, à quelques centaines de mètres de là, dans les dunes du Sahara qui s'étendent à l'infini, Mauri vision, la Télévision du Sahel ». Le Koweitien Naif Al Mutawa, toujours sous la plume de Hachemi Ghozali, voit sa bande dessinée de super-héros originaires du monde islamique décryptée finement. Céline Housset Bourget décrit, quant à elle, le « formidable nid d'espoir et de mobilisation » que constitue » un petit bout de Syrie sur les bords du Nil [...où] des femmes et des hommes, actifs à leur manière dans le soutien de la révolte populaire, ont tout abandonné (...) chacun organisant sa (sur) vie en Egypte ». Les lecteurs de Rukh découvriront ensuite, toujours en Egypte, les montagnes du Sud-Sinaï somptueusement photographiée par Francesca Leondardi tandis que Samuel Forey raconte les journées des uns et des autres, par exemple celle de Salem qui, la crise aidant, « fait pousser de l'herbe et de l'opium à l'extérieur du village pour nourri sa famille. » On n'oubliera pas non plus le témoignage de cet homme qui, passant devant une école en ruines dit : « ça fait des mois qu'elle doit être rénovée, cette école. Mais ça n'avance pas à cause de l'argent détourne (...) C'est nous qui devons changer le système, personne ne le fera à notre à notre place ». Le peintre Yassine Mekhnache, dit Yaze, nous est ensuite conté par Rachid Djaïdani : « Le Mystère est une route qu'il est bon de prendre, / tout comme se laisser emporter dans le voyage intérieur... ». Ramdane Touhami a rencontré à Chinatown (New York) « trois designers décalés que tout rapproche au lieu de séparer : un Palestinien, une Israélienne et une Russe » qui aimeraient que « dans vingt ans l'histoire se rappelle de nous comme des gens qui ont marqué une vraie différence dans la mode ». La cinéaste libanaise Danielle Arbid est interviewée par Juliette Rabat. Beaucoup de ses films parlent de la guerre avec une force puisée dans l'intime de l'intime. Pour les lecteurs marocains, le clou de ce premier numéro de Rukh sera, bien sûr, le portrait fouillé que Reda Allali dresse d'Ibrahim Afellai, joueur du Barça et fier de ses origines berbères. Retour au Liban pour parler d'architecture et de préservation du patrimoine puis une nouvelle du grand écrivain libyen Ibrahim al-Koni traduite en français par Philippe Vigreux. Le prochain numéro de Rukh paraîtra à l'automne 2012. Pour saluer la qualité de cette revue, il nous suffira de signaler qu'elle nous a rappelé la vivacité et la curiosité qui présidaient à l'une des plus remarquables revues de reportages et de réflexion (aujourd'hui disparue) L'Evénement que dirigeait avec une générosité aristocratique l'écrivain Emmanuel de la Vigerie... C'est dire que Rukh vaut le détour.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.