Made In Morocco : Les Marocains veulent consommer local, mais...!    Milan : trois jeunes marocains prendront part aux négociations de la pré-Cop26    Maroc / Royaume-Uni : construction du "câble" électrique sous-marin le plus long du monde    Tunisie : des manifestants redoutent «un retour à l'ère de Ben Ali» et dénoncent la France    Compteur coronavirus : 734 nouveaux cas, plus de 18,3 millions de personnes complètement vaccinées    Dakhla : six morts dans un accident de la route    Le marocain SMDM et le portugais Movicortes créent une joint-venture    Les indicateurs en hausse du 20 au 24 septembre    Un «marchepied» vers l'amélioration de l'inclusion financière    Le Médiateur du Royaume souligne le rôle de la médiation institutionnelle    Mali / Affaire Wagner : Moscou sort de son silence    Allemagne : La page Merkel tournée dimanche    Angela Merkel s'apprête à quitter la scène    Mondial Futsal 2021: Le Maroc quitte la compétition la tête haute    Plus d'une tonne de cocaïne saisie au large des Canaries    Bourita réaffirme l'engagement continu du Maroc    Italie : Interpellation du leader indépendantiste catalan Carles Puigdemont    En une semaine, une troisième découverte archéologique au Maroc anime les médias    Royaume-Uni : Palier à une pénurie de main-d'oeuvre par des visas temporaires    La créativité et l'art se manifestent en «Muse»    Démolition du cinéma L'Opera à Salé    L'exilé du Mogador: un autre regard sur la guerre du Rif    Ligue 1 : Paris SG, le grand huit    Angleterre: Liverpool vire en tête, City dompte Chelsea, United se rate    Hamdallah bien parti pour quitter Al-Nasr    Mondial Futsal / Quart de finale : Maroc-Brésil sur BeIN Sports à 14h00    Algérie : le procès du frère de l'ancien président Bouteflika reporté    Interview avec Hassan Aourid «L'islam politique au Maroc connaît une crise profonde»    Belgique. Le fonds activiste Bluebell Capital Partners demande le départ de la marocaine Ilham Kadri, PDG de Solvay    Etats-Unis : au moins trois morts dans le déraillement d'un train    Décès de Abdelouahab Belfquih: affaire classée, pas d'acte criminel    Ouverture exceptionnellement de centres de vaccination au profit des élèves    L'ADFM revendique une rupture avec les pratiques du passé    Agadir : deux tonnes de drogue saisies, sept interpellations    Les enjeux de la capitale du Souss!    Algérie. La descente aux enfers    Coupe du monde féminine U20 : Reprise cet après-midi du reste du temps du jeu du match Bénin-Maroc interrompu hier    Témoignage : «Monkachi, un homme politique»    Exposition : Voyage dans l'âme de Zokhrouf    Somalie: huit morts et sept blessés dans un attentat suicide à Mogadiscio    Championnats du monde de Force athlétique : Le Marocain Nezar Ballil remporte la médaille de bronze    Au moins huit soldats tués dans une embuscade de l'Iswap dans le Nord-Est du Nigéria    Musique: morceaux conquérants    A propos de la campagne contre le Maroc : Quand parler de coordination n'est pas faire preuve de paranoïa    Moulay El Hassan El Mounadi du PAM, élu président du Conseil de l'arrondissement Ennakhil à Marrakech    Image : La FNM célèbre la photographie artistique    Festival: Il était une fois... le Street Art (Part I)    Maroc-USA : Exercices militaires conjoints liés à la prévention des catastrophes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un pont entre le Paris arabe de Warda et le village d'Aït ben Adou
Publié dans Le Soir Echos le 27 - 08 - 2012

Le numéro 84 (Juillet 2012) de Qantara, le magazine trimestriel des cultures arabe et méditerranéenne, publié par l'Institut du Monde Arabe, est exceptionnellement riche et divers. Si le dossier central confié à des historiens, philosophes et anthropologues est consacré aux interdits alimentaires « de Moïse au fast-food », l'actualité est largement présente, mais mise en perspective. Il en va ainsi du bel article de Nidam Abdi, en hommage à Warda El-Djazaïria. L'auteur fut une des plumes du quotidien parisien Libération pour lequel il rencontra la diva, un jour de décembre 1988 : « Elle préparait son retour dans sa ville natale, Paris, mais le cœur n'y était pas : «Le 31 décembre, pour le réveillon, je fais un concert au Zénith, mais mon cœur est en Algérie, avec sa jeunesse qui a souffert durant les émeutes d'octobre ». C'était aussi l'époque où celle qui avait, à quatorze ans, enregistré son premier disque, ne fréquentait plus que Mohamed Abdelwahab et partageait sa vie entre Le Caire,
Alger et Paris. Warda raconta à Nidam Abdi comment elle avait quitté le Quartier Latin avec sa famille en 1958 mais la plus émouvante évocation concerne le jour d'automne 1985 où « Warda El-Djazaïria, dans un superbe manteau de fourrure, au côté d'un vieux monsieur à la haute silhouette Mohamed Abdelwahab en personne » quittait le jardin des Tuileries pour raccompagner à son hôtel « le compositeur des compositeurs ». La transition démocratique en Egypte est examinée en page suivante à travers des analyses qu'en fournit la presse arabe et l'on en arrive à une solide étude d'Isabelle Poutrin : « 1609-L'expulsion des Morisques d'Espagne » qui sera particulièrement appréciée par ceux qui lisent, jour après jour, Le Morisque de Hassan Aourid dans les colonnes du Soir échos.
Parmi les renseignements les plus passionnants que fournit Isabelle Poudrin, on choisira ce passage où l'auteure de Convertir les musulmans Espagne, 1949-1609 (PUF, 2012) écrit : « Si un nombre indéterminé de Morisques parvint à rester en Espagne, des milliers d'entre eux arrivèrent en France ; assez mal accueillis, ils furent incités à s'embarquer pour l'Afrique du Nord ; le destin d'Alonso Lopez, Morisque originaire d'Aragon qui fut l'un des agents de confiance du cardinal Richelieu, reste exceptionnel ». A ce stade de la lecture du dernier numéro de Qantara, on est à la page 16 de cette revue toujours somptueusement illustrée. Ingrid Perbal interroge ensuite le plasticien et designer algérien Hellal Zoubir, commissaire de l'exposition Designers algériens montrée sur le parvis de l'IMA Jusqu'au 16 septembre, tandis qu'Anne Heluin dresse le portrait des nouvelles figures du « Stand up », cette variété de one man show dans laquelle excella Jamel Debbouze dès 1995. Ainsi croise-t-on Le comte de Bouderbala, Sami Améziane dans le privé, et aussi Mohamed Nouar, fils de Marocains, qui raconte son enfance dans un quartier gitan de Perpignan, ou encore Farid Chamekh parlant sur scène de son passé d'adepte de la capoeira, cet art martial brésilien (dont quelques adeptes s'entrainent à Casablanca ). Léa Albrieux a, quant à elle, rencontré Mohammed Shennawy, l'un des fondateurs et dessinateurs de Tok Tok, le premier fanzine égyptien de bande dessinée destiné aux adultes. Aucun sujet n'est tabou dans Tok Tok. À cette vivante évocation du parcours des bédéistes égyptiens succède un chronique des disques par Meriam Azizi-Zyerman qui a écouté Yasmine Hamdan, Kayhan Kalhor et l'Ensemble Al-Kindi. Le dossier Interdits alimentaires de Moïse au fast-food est plus savant que celui, remarquablement documenté, que nous proposa un
numéro récent du mensuel Le Courrier de l'Atlas. François Zabbal, rédacteur en chef de Qantara, fait observer que « dans une France où l'exaltation croissante des produits français n'est pas dépourvue d'ambigüité, le halal est apparu récemment comme une agression insupportable, mais la peur du communautarisme ne doit pas tromper : il s'agit moins d'un repli sur des manières anciennes que du redéploiement dans un espace commun d'identités en constantes redéfinitions les unes par rapport aux autres. C'est ainsi que le Hal'shop promet à sa clientèle d'authentiques produits du terroir ». Jean Soler établit la généalogie de l'interdit du sang et du porc, Mohammed Hocine Benkheira évoque « des lois divines pour affronter l'altérité » tandis qu'Olivier Assouly examine finement « les modernes reliefs du repas religieux ». Anne-Marie Breisebarre réfléchit à ce que représentent depuis une trentaine d'années les voies et les moyens de « manger halal dans la France laïque » tandis que Yacine Essid remarque comment, en France, pour beaucoup de musulmans qui y vivent le « tout halal » tend à devenir un véritable marqueur social, dûment récupéré et entretenu par les multinationales. On est loin du Beyrouth des années soixante-dix où nous dit François Zabbal, « loin des photographes, des iftars offerts par de grands notables sunnites alignaient sans honte les alcools les plus réputés ». Un dernier article, pour la route ? Celui de Pierre-Jérôme Jehel et Jean-Michel Mouton qui nous mène dans la forteresse de Saladin, Sadr, aujourd'hui Qal'at al-gindî. Et l'on se régalera enfin des croquis aquarellés d'Isabelle Vital, son carnet de route au Maroc montrant notamment le village d'Ait Ben Adou, sur la route de Ouarzazate, une aquarelle à base de thé et de safran brûlé !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.