Open d'Australie: Shapovalov fait tomber Zverev (VIDEO)    Open d'Australie: Nadal trop fort pour Mannarino (VIDEO)    Météo Maroc: faibles pluies dans certaines régions ce dimanche    Les températures attendues ce dimanche 23 janvier 2022    Législatives à Chypre-Nord sur fond de crise économique    Au chevet des animaux errants à Bagdad: un coeur gros comme ça mais zéro soutien    Manger ou se chauffer ? Le choix cornélien de Britanniques face à l'envolée des prix    Covid-19: le sous variant BA.2 nécessite plus de vigilance que d'inquiétude    Présidentielle 2022 : Emmanuel Macron toujours en tête des intentions de vote au premier tour    Aéroport de Zagora : hausse de 180% du trafic passagers en 2021    Nouvelle-Zélande: la Première ministre reporte son mariage pour cause de Covid    La ville de Casablanca s'associe à la campagne "Informer les femmes, transformer les vies"    Ukraine : Londres accuse Moscou de « chercher à installer un dirigeant prorusse à Kiev »    Éliminatoires Mondial Costa Rica: le Maroc et le Sénégal font match nul    Après le discours de Felipe VI, Albares modère son optimisme quant à la reprise des relations avec le Maroc    Neuf individus dont deux policiers interpellés    Présidentielle: Macron en tête des intentions de vote au premier tour (Sondage)    CAN2021 : Samedi, les Lions de l'Atlas à l'entraînement sans Bounou, Hakimi et Fajr !?    Covid-19 au Maroc : 7 638 nouvelles infections et 31 décès ce samedi    Sahara marocain: Le SG de l'ONU appelle toutes les parties à reprendre le processus politique    CAN 2021: Les Comores sans gardien de buts face au Cameroun    Le bureau du Cercle d'Amitié Maroc-Israël reçu par la présidente de la commune de Casablanca    La Bourse de Casablanca indécise du 17 au 21 janvier    Maroc/Coronavirus-Bilan 24H: 31 décès et 5.750 guérisons    Maroc- RD Congo aux barrages du Mondial (Qatar-2022)    Appel au rapatriement des Marocains de la Syrie après une attaque d'ISIS    Marque Employeur.La SMT certifiée pour la deuxième année consécutive    Strasbourg : Des trophées pour les initiatives les plus distinguées de la société civile franco-marocaine    Assassinat du président haïtien: plusieurs enquêtes mais le flou perdure    L'Espagne intensifie sa présence militaire autour des fermes piscicoles    L'humoriste Hamza Filali a célébré son mariage (VIDÉO)    Mali : l'Union européenne agite le chiffon rouge face à Bamako et Wagner    Réunion d'urgence de la Ligue arabe dimanche au sujet de l'attaque des Houthis contre les Emirats arabes unis    The Voice : Le rappeur maroco-néerlandais Ali B accusé d'agressions sexuelles    Abdelilah Benkirane endeuillé (PHOTO)    Pourquoi peut-on contracter la Covid-19 plusieurs fois ? Le point avec un immunologue    France : le Conseil constitutionnel donne son aval au "passe vaccinal"    Programme foot : les matchs à suivre ce week-end    CAN-2021: La délocalisation de deux matchs à venir démentie par la CAF    Les marocains en tête des bénéficiaires des visas pour la France en 2021    Dessalement de l'eau: pourquoi le Maroc peut le faire    La maladie n'est pas à priori à l'origine de la disparition des abeilles dans certaines régions (ONSSA)    Ryanair: prête pour rester au Maroc?    Covid: le Brésil reporte les défilés de ses célébrissimes carnavals à avril    Vin Diesel n'oublie pas le Maroc    Younes Megri : « Ce que dit mon neveu ne concerne que sa personne »    5 figures contemporaines du féminisme marocain    Reportage : Lancement du projet de préservation des mosaïques historiques de Volubilis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



PLF : la majorité ravit la vedette à l'opposition | Le Soir-echos
Publié dans Le Soir Echos le 02 - 11 - 2012

La commission parlementaire des Finances et du développement économique a entamé, le 1er novembre, l'examen du projet de loi de finances. Au premier round, les députés de la majorité ont ravi la vedette à ceux de l'opposition.
Nizar Baraka et Driss El Azami El Idrissi ont défendu le projet du gouvernement devant les membres de la commission parlementaire des Finances.
La température est montée d'un cran à la commission des finances et du développement économique. Ce jeudi 1er novembre, la salle « Al Maghribia », au cœur de la Chambre des représentants, est archicomble. Les députés sont venus si nombreux assister à la discussion générale du projet de loi de finances 2013 que les retardataires ont dû rester debout. Du 1er au 7 novembre, les membres de la commission devront soumettre leurs impressions et remarques aux deux ministres : Nizar Baraka et Driss El Azami El Idrissi, respectivement ministre de l'Economie et des finances et ministre délégué chargé du budget, qui ont présenté ce texte aux députés des deux Chambres du Parlement le 24 octobre.
Les oubliés du PLF
« Aucun mot dans ce PLF ne se réfère aux élections prévues l'an prochain. Pourtant, ces élections sont intimement liées à la mise en œuvre des budgets consacrés aux investissements des communes», déclare Abdellah Bouanou, président du groupe PJD à la Chambre des représentants. A l'ouverture de ce premier round, le député, membre de la commission, met le doigt sur ce qu'il trouve à la fois « aberrant » et « incompréhensible » rappelant ainsi la situation de paralysie financière dont souffrent les communes face à leurs charges et à leurs rôle de développement local. Ce qui, pour Abdellah Bouanou, fait de l'organisation des élections territoriales une priorité dont l'organisation doit figurer dans le PLF et non dans la case des « oubliettes ». « Dans son programme, le gouvernement a présenté plusieurs engagements, dont celui de mettre en place la régionalisation qu'il n'a toujours pas tenue », remarque-t-il.
Les députés de la majorité n'ont pas caressé le gouvernement dans le sens du poil. Nouredine Moudian, président du groupe istiqlalien de l'unité et de l'égalitarisme, a lui aussi évoqué le recul sur certains engagements. « Il n'y a aucune allusion à la caisse de la Zakat qui semblait être pourtant d'une importance capitale dans le programme gouvernemental. S'il s'agit d'un engagement, il faut le tenir ! », s'exclame le député, recommandant au gouvernement de faire preuve de « militantisme contre les lobbys et les poches de résistance » pour maintenir ses promesses et les concrétiser dans des délais clairs.
Evaluer avant d'avancer
Une vision plus claire, c'est également ce que revendique Moudian en évoquant l'absence de mesures d'accompagnement dans la mise en place des projets du PLF. « A titre d'exemple, le projet immobilier que le gouvernement destine à la classe moyenne au prix de 5.000 dirhams le mètre carré ne donne aucune précision sur les villes qu'il concernera. En dehors de Rabat et Casablanca, il se peut que ce projet ne soit pas aussi attrayant que le veut le gouvernement », affirme le député. Autres exemples, Moudian évoque la baisse des taxes au profit des entreprises et la promotion des investissements pour rappeler que malgré les avantages qu'elles présentent, elles risquent d'être vaines. «Sans accompagnement ni suivi, l'efficacité de ces projets est remise en question », estime Moudian, soulignant la nécessité pour le gouvernement de procéder à l'évaluation des investissements mais aussi à veiller à faciliter les procédures administratives. « Sur le terrain, nous sommes face aux mêmes problèmes : des procédures difficiles qui durent des mois, des corruptions et des complications... Il faut un remède contre cette situation pour améliorer l'investissement étranger surtout », affirme-t-il. Et d'ajouter qu'avant de lancer de nouveaux chantiers surtout dans le secteur public, il est tout aussi nécessaire de s'assurer, d'abord, si les précédents ont atteint leurs objectifs sociaux et économiques.
Pas d'action sans stratégie intégrée
A quoi servirait une école sans piste pour y accéder ? C'est encore le président du groupe istiqlalien qui se pose la question pour mettre l'accent sur la cohérence des actions gouvernementales. Dans son intervention, à l'ouverture de la discussion, Moudian insiste sur la cohésion à chaque démarche et la nécessité d'entreprendre des projets où l'ensemble des départements ont apporté leur eau au moulin. « Sans coordination, il n'y a pas de rendement », déduit-il. Pour ce député de la majorité, le Maroc dispose d'atouts et doit à présent asseoir un équilibre lui permettant également de jouer un rôle clé au sein de l'Afrique. « C'est vers ce continent que les autres pays en crise, aujourd'hui, se dirigent à la recherche de marchés alternatifs. Le Maroc ne doit ménager aucun effort pour suivre le mouvement et créer de nouvelles ressources », recommande le député.
Affaire du Sahara
C'est le président du groupe du RNI Rachid Talbi Alami qui a soulevé la question. Il se dit étonné de constater pour la première fois que la présentation du PLF par les deux ministres ne contienne aucune allusion à l'affaire du Sahara. « Saad Eddine El Otmani nous avait annoncé le retrait de confiance de Christopher Ross et voilà que nous l'accueillons de nouveau à bras ouverts sans en connaître les raisons et les arguments », lance-t-il. Et d'annoncer que son groupe vient d'adresser une demande dans laquelle il estime urgent la réunion de la commission des affaires étrangères. Rachid Talbi Alami insiste, par ailleurs, sur le rôle « constructif » que doit jouer l'opposition et la nécessité pour le gouvernement de prendre en compte ses critiques. « Dans le PLF, nous avons constaté une mixture entre les courants classique, marxiste, libéralisme... au point de perdre l'orientation générale », renchérit le député de l'opposition.
* Tweet
* *


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.