Made In Morocco : Les Marocains veulent consommer local, mais...!    Milan : trois jeunes marocains prendront part aux négociations de la pré-Cop26    Maroc / Royaume-Uni : construction du "câble" électrique sous-marin le plus long du monde    Tunisie : des manifestants redoutent «un retour à l'ère de Ben Ali» et dénoncent la France    Compteur coronavirus : 734 nouveaux cas, plus de 18,3 millions de personnes complètement vaccinées    Dakhla : six morts dans un accident de la route    Le marocain SMDM et le portugais Movicortes créent une joint-venture    Les indicateurs en hausse du 20 au 24 septembre    Un «marchepied» vers l'amélioration de l'inclusion financière    Le Médiateur du Royaume souligne le rôle de la médiation institutionnelle    Mali / Affaire Wagner : Moscou sort de son silence    Allemagne : La page Merkel tournée dimanche    Angela Merkel s'apprête à quitter la scène    Mondial Futsal 2021: Le Maroc quitte la compétition la tête haute    Plus d'une tonne de cocaïne saisie au large des Canaries    Bourita réaffirme l'engagement continu du Maroc    Italie : Interpellation du leader indépendantiste catalan Carles Puigdemont    En une semaine, une troisième découverte archéologique au Maroc anime les médias    Royaume-Uni : Palier à une pénurie de main-d'oeuvre par des visas temporaires    La créativité et l'art se manifestent en «Muse»    Démolition du cinéma L'Opera à Salé    L'exilé du Mogador: un autre regard sur la guerre du Rif    Ligue 1 : Paris SG, le grand huit    Angleterre: Liverpool vire en tête, City dompte Chelsea, United se rate    Hamdallah bien parti pour quitter Al-Nasr    Mondial Futsal / Quart de finale : Maroc-Brésil sur BeIN Sports à 14h00    Algérie : le procès du frère de l'ancien président Bouteflika reporté    Interview avec Hassan Aourid «L'islam politique au Maroc connaît une crise profonde»    Belgique. Le fonds activiste Bluebell Capital Partners demande le départ de la marocaine Ilham Kadri, PDG de Solvay    Etats-Unis : au moins trois morts dans le déraillement d'un train    Décès de Abdelouahab Belfquih: affaire classée, pas d'acte criminel    Ouverture exceptionnellement de centres de vaccination au profit des élèves    L'ADFM revendique une rupture avec les pratiques du passé    Agadir : deux tonnes de drogue saisies, sept interpellations    Les enjeux de la capitale du Souss!    Algérie. La descente aux enfers    Coupe du monde féminine U20 : Reprise cet après-midi du reste du temps du jeu du match Bénin-Maroc interrompu hier    Témoignage : «Monkachi, un homme politique»    Exposition : Voyage dans l'âme de Zokhrouf    Somalie: huit morts et sept blessés dans un attentat suicide à Mogadiscio    Championnats du monde de Force athlétique : Le Marocain Nezar Ballil remporte la médaille de bronze    Au moins huit soldats tués dans une embuscade de l'Iswap dans le Nord-Est du Nigéria    Musique: morceaux conquérants    A propos de la campagne contre le Maroc : Quand parler de coordination n'est pas faire preuve de paranoïa    Moulay El Hassan El Mounadi du PAM, élu président du Conseil de l'arrondissement Ennakhil à Marrakech    Image : La FNM célèbre la photographie artistique    Festival: Il était une fois... le Street Art (Part I)    Maroc-USA : Exercices militaires conjoints liés à la prévention des catastrophes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Minna Sif et son Massalia Blues
Publié dans Le Soir Echos le 28 - 01 - 2013

C'est une étrange vocation que la littérature. Il ne suffit pas de se croire appelé pour être entendu, c'est-à-dire, en l'occurrence, lu. Et le lecteur conserve toute liberté de récuser ce qu'il lit.
Ce préambule marque l'embarras ressenti en lisant, seize ans après Méchamment berbère (Ramsay, 1997, J'ai lu 2000) le nouveau roman de Minna Sif Massalia Blues (Alma éditeur, 2013). J'avais été tout à fait charmé par le brio de la fille d'un « membre respecté de l'Amicale des travailleurs marocains, maçon bénévole pour l'aménagement de la mosquée de la rue Camille-Pelletan. » Mina Sif, née en Corse en 1965 « au milieu des châtaignes et des figatelli » collectionnait « des souvenirs tendres de mamies à poils durs du menton, qui nous habillaient amoureusement de robes de dentelles moisies d'amidon vieilli, avant de nous promener fièrement de voisines en voisines ».
Massalia Blues est donc le retour en librairie de Minna Sif. Un retour (marseillais en diable, et qui nous mène longuement au Maroc) à ce besoin évoqué dans l'autoportrait fermant le volume: « L'écriture m'a sauvé la vie à plusieurs reprises. » Et de rappeler une expérience déjà évoquée dans Méchamment berbère, celle d'avoir été, enfant, « le traducteur, l'interprète et le lecteur de ses parents ».
Les petits faits vrais et les émotions ravageuses qui traversaient le premier roman de Minna Sif, on les retrouve accommodés à la sauce picaresque dans Massalia Blues avec foison d'épisodes misérabilistes affublés des cotillons de l'exaltation et des lampions de l'exagération. C'est la manière de raconter qui apparait boursoufflée à force d'adjectifs qui finissent par ressembler à des envahisseurs tout à fait importuns. Animatrice d'ateliers d'écriture, Minna Sif force le ton pour nous épater. Mais trop, c'est trop ! Les rires sont-ils condamnés à être tonitruants ? Les suppliques larmoyantes ? Les chats faméliques ? Les doigts fébriles ? Les quantités effarantes ? Le fatras hétéroclite ? Les expressions toutes faites en viennent à déparer les trouvailles. C'est tout l'étrange de l'affaire : un roman où des vies tuméfiées sont censément peintes au scalpel mais les couleurs dégoulinent de partout. L'émotion ne parvient pas à faire son chemin. Brahim, « clandestin [qui] refuse de demander des papiers à la préfecture » serait, nous assure-t-on « clochard céleste, conteur roublard ». Le hic, avec la roublardise, c'est qu'elle à besoin de dupes. Des récits qui se veulent truculents, Minna Sif en déversent sur nous. Ils ont cependant quelque chose d'outré, de forcé plus que de forcené. Cela finit par lasser sans créer jamais d'empathie. L'excès se nourrit de l'excès, dans une fresque qui se veut furieuse. Brahim se raconte et il raconte les siens demeurés au pays. Nous apprenons tout de lui, jusqu'aux conditions de sa naissance. Il raconte la détresse des uns, les comportements oiseux des autres dans une prolifération d'abus et de tourments sur fond d'ignorance, de lâcheté et d'outrances. Ces récits nous sont sans doute distillés à partir de faits plus ou moins vraisemblables. Mais il ne suffit pas de témoigner de comportements outranciers pour que le lecteur soit pris aux tripes. On ne croit pas à ce Brahim qui documente sa fable hénaurme. Et on n'y croit pas, parce que la rouerie de l'auteur ne se dissimule jamais, charriant des effets de style en veux-tu en voilà, et qui, souvent, ratent leur cible. Mais Minna Sif est vraiment un écrivain puisqu'à défaut d'aimer Massalia Blues, à défaut de voir et de croire ce qu'elle entend nous montrer, il passe dans son livre au-delà de ses préciosités racoleuses, un souffle puisé dans une authentique passion pour l'écriture. Autant elle peut émouvoir, même si elle en fait trop, virant à la caricaturiste, lorsqu'elle évoque les chibanis, autant elle donne l'impression de tirer à la ligne lorsqu'elle narre des comportements rocambolesques, des crapuleries ou des misères sans nom. Qui la romancière va-t-elle convaincre en écrivant : « On mariait certaines vieilles filles qui le voulaient bien à des prétendants aveugles, les globes grouillant de moucheront bleutés » ? Ce « qui le voulaient bien » est d'anthologie ! Les lecteurs qui le voudront bien trouveront à Massalia Blues de la verve et de l'énergie. Cette verve et cette énergie, j'espère que Minna Sif en modèrera les roucoulades et retrouvera, une prochaine fois, le ton sincère qui faisait aimer son roman Méchamment berbère. On mesure bien tout le travail qu'a réclamé Massalia Blues. Que Minna Sif travaille donc moins, la prochaine fois, et qu'elle laisse revenir vers nous l'enfant qu'elle fut, avec des mots et des maux plus simples, des songeries et des contes sans surcharge..


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.