Europa League : Milan à la relance, Tottenham et Naples pour faire le trou    ANAM. Trois cliniques sanctionnées pour surfacturation    Kaspersky : Quand l'organisation traditionnelle du travail n'est plus souhaitable    Guerguarate: la Chambre des représentants de Belgique salue l'intervention marocaine    La campagne marocaine de vaccination anti-Covid démarre le 4 décembre    Evolution du coronavirus au Maroc : 4979 nouveaux cas, 336.506 au total, mercredi 25 novembre à 18 heures    Le Souverain, se recueille sur la tombe de Feu SM le Roi Hassan II    Décès de Maradona: l'UEFA a fait une annonce    La Colombie commémore l'anniversaire de l'accord de paix avec les FARC sur fond de divisions et de violence    La Suède demande à l'Iran d'annuler l'exécution d' un scientifique irano-suédois    Abdellatif Jouahri appelle à renforcer la résilience économique pour affronter les défis futurs    OMS: la pandémie a légèrement ralenti en une semaine    Musée Mohammed VI: L' art de découvrir Rabat autrement    Beyoncé en tête des nominations aux Grammys, devant Taylor Swift et Dua Lipa    Ahmad Ahmad saisit le TAS après la décision de la FIFA    Le Raja fixe une nouvelle date pour son assemblée générale    Immobilier: Aradei Capital n'envisage plus sa conversion en OPCI    Digital Brunch. Quelles tendances digitales en 2021 ? Les experts répondent (VIDEO)    Message du roi Mohammed VI au président du Suriname    Alerte météo au Maroc: averses orageuses et chutes de neige à partir de ce mercredi    La Toile sous le choc: une mère indigne torture sa fille à Larache    Diplomatie d'entreprise ou comment tirer son épingle du jeu    Communiqué du bureau politique du PPS du mardi 24 novembre 2020    El Guerguerat: les Marocains du Danemark à bras le corps pour la patrie    Commerçants et hôteliers broient du noir    Migration: Le Maroc joue un rôle constructif et fédérateur sur les plans régional et international    Réouverture des mosquées : le retour à la normale se confirme    Yto Berrada expose au Mathaf de Doha    Vers le lancement de l'Observatoire national de la criminalité    Hommage à Hassan II : Un Royaume solide en héritage    Le silence de la haine ou la solution finale pour les Palestiniens    Lewandowski, Mané ou encore Mbappé en lice pour le prix    Université Moulay Ismail : l'offre de formation renforcée    Tennis : Medvedev, le maître de Londres    Haut Karabakh: Paris réclame un «droit de regard»    Lotfi Bouchaara sur BBC : "le Maroc est disposé à négocier avec des parties et non pas avec un fantôme"    Les beaux-arts et la nourriture de l'esprit    Edition digitale réussie : 15.000 e-spectateurs pour Visa for Music    Nouvelle publication chez Orion éditions : Linda Chiouar s'immerge dans l'univers des anxiolytiques    Fidadoc 2020 : Une édition digitale du 14 au 19 décembre 2020    Les Ateliers de l'Atlas 2020 dévoilent les projets retenus    Droits compensateurs aux engrais marocains : l'OCP réagit à la décision des Etats-Unis    FLDF : Les violences faites aux femmes exposent !    Equipe nationale / 5 joueurs covidés : Un possible cluster lors du dernier rassemblement !    Equipe nationale : Le Maroc participera à la Coupe Arabe de la FIFA (Qatar 2021)    Inclusion financière au Maroc : Pour combler les écarts, un "véritable" choc s'impose    L'ONU salue la poursuite du dialogue inter-libyen au Maroc    USA: Trump prêt à céder le pouvoir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Faut-il craindre une nouvelle grogne sociale à cause du pain ?
Publié dans Le Soir Echos le 19 - 08 - 2013

Vous êtes ici : Actualités / A La Une / Faut-il craindre une nouvelle grogne sociale à cause du pain ?
Après l'augmentation du prix du lait, les Marocains craignent que l'on touche à celui du pain. Le risque d'une éventuelle hausse du prix de ce produit alimentaire de première nécessité est bien réel. La Fédération nationale de la boulangerie et pâtisserie du Maroc (FNBPM) a brandi cette arme fatale si leurs revendications ne sont pas satisfaites. « Nous avons deux options. Soit l'arrêt de l'activité soit l'actualisation du prix du pain. Selon la loi de la concurrence, le prix du pain est libre. Nous avons donc le droit de relever le prix du pain », menace le président de la Fédération nationale de la boulangerie et pâtisserie du Maroc (FNBPM), Lahoussine Azaz. Il poursuit : « Les professionnels prendront la décision lors d'une réunion prévue la semaine prochaine à Settat ».
La Fédération nationale de la boulangerie et pâtisserie du Maroc réclame du cabinet de Benkirane l'application des promesses de l'ancien gouvernement. Pour rappel, Abbas El Fassi a réussi en octobre 2011 à convaincre le bureau de la Fédération nationale de la boulangerie et pâtisserie du Maroc de maintenir le prix du pain durant quatre ans en contre-partie d'un contrat-programme visant la restructuration et la modernisation du secteur.
Principal acquis : la réduction des coûts de production
L'accord a été paraphé par le ministre de l'Agriculture et de la Pêche maritime, le ministre de l'Emploi et de la formation professionnelle, le ministre de l'Industrie, du commerce et des nouvelles technologies et le ministre délégué chargé des affaires économiques et générales, et par le président de la Fédération nationale de la boulangerie et pâtisserie du Maroc.
« Le contrat-programme a été signé avec l'Etat et non avec des personnes du gouvernement. L'actuel gouvernement devra prendre ses responsabilités et honorer les engagements de l'Etat. Pour nous, ce contrat-programme est un acquis », insiste Lahoussine Azaz, qui confie avoir envoyé au chef de gouvernement une lettre de demande d'audience. Abdelilah Benkirane a répandu favorablement à la demande des professionnels. « Une réunion est prévue la semaine prochaine. Nous espérons que le chef de gouvernement répondra favorablement à notre revendication qui est la mise en application du contrat-programme qui ne nécessite aucune enveloppe financière mais plutôt un courage politique. Nous avons déjà rencontré les ministres Aziz Akhanouch et Nizar Baraka qui nous ont assuré que le contrat-programme sera appliqué mais jusqu'à ce jour rien n'a été concrétisé», poursuit Lahoussine Azaz. En effet, l'accord cadre ne prévoit pas d'enveloppe financière. Il cible plutôt un accompagnement du secteur via le programme Rawaj pour le développement du commerce intérieur, dans le but de diversifier les produits, de même qu'il porte sur la libéralisation des prix et la liberté de concurrence. Le principal acquis pour les professionnels est l'allégement des charges comme la réduction du coût de l'énergie. En contre partie, les professionnels du pain se sont engagés à maintenir le prix du pain à 1,20 DH.
Quel risque ?
Une éventuelle augmentation du prix du pain a été évoquée lors des discussions sur la réforme de la caisse de compensation. L'Etat subventionne la farine dite nationale de blé tendre de moindre qualité ( elle a une couleur noire contrairement à la farine de luxe de couleur blanche). Le ministre de l'Intérieur, Mohand Laenser, s'y est opposé. Pour lui, le pain est synonyme de stabilité sociale. Les tragiques émeutes de 1981 à Casablanca, connues sous le nom « des émeutes du pain », sont toujours vivaces dans les esprits. Flash-back. Nous sommes en juin 1981. Le gouvernement décide la baisse des subventions sur des produits de première nécessité. Les prix de la farine, l'huile, le beurre et le sucre entre autres connaissent une augmentation importante. En guise de protestation, la CDT décrète le 20 juin une grève générale. La situation dégénère en manifestations et en sanglantes émeutes dans plusieurs villes surtout à Casablanca. L'intervention de l'armée s'est soldée par la mort de plusieurs dizaines de manifestants. Benkirane prendra-t-il le risque de provoquer une nouvelle tension sociale ? La balle est dans son camp.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.