11ème Salon du cheval : Tbourida, compétitions équestres… mais pas seulement    Mission royale pour Akhannouch    Budget italien : Un accord avec Bruxelles sera « très compliqué à trouver »    Une femme arrêtée pour port public et illégal d'un uniforme de police    Brexit : La question irlandaise peut faire échouer l'accord, souligne Michel Barnier    Ouverture mercredi du pont géant reliant Hong Kong à la Chine continentale    Casablanca: CFC signe un protocole d'accord avec un centre financier de Shanghai    Grand stade d'Agadir : 500 stadiers bénévoles formés à la gestion des flux    Le conseil communal de Mohammedia destitue son président (PJD)    Un cadavre mutilé dans la banlieue de Mohammédia identifié par la DGSN    Trésor : Un déficit budgétaire de près de 23 milliards DH en septembre    Paiement auprès des commerçants et eMarchands affiliés au CMI : 18,4 milliards DH réglés par cartes bancaires marocaines    PLF 2019. Cap sur la croissance    Météo : De la pluie pour ce début de weekend    Mobilisation des terres collectives. La mise en œuvre pour 2019    Sahara marocain: Le processus politique conforté sur la voie onusienne    Man City-Messi. "La pulga" fidèle au FCB à tout prix    Ministère des MRE. Promotion de la culture amazighe    Ajdir et ses interpellations!    ONU: La Palestine présidera le «Groupe des 77 + la Chine» en 2019…    Benguérir : L'adaptation aux changements climatiques au coeur d'une conférence    Aucune hausse des tarifs de la vignette automobile dans le PLF-2019    Dons et greffes d'organes: encore des efforts…    Un Jumelage destiné au renforcement des capacités de l'administration pénitentiaire    Enseignement. La loi-cadre sous la loupe des députés    Lutte contre l'immigration illégale : Madrid plaide pour une augmentation de l'aide accordée par l'UE au Maroc    La troupe « L'instant théâtre » présente à Tunis sa pièce théâtrale « Maqamat Badi Zaman Al-Hamadani »    Exposition : La Galerie Banque Populaire met la sculpture en partage        JOJ de Buenos Aires: le Maroc rafle sept médailles    Buffet irrésistible au Parlement    L'Institut français d'Oujda déménage    Au moins 18 morts dans une fusillade en Crimée    L'émissaire de l'ONU pour la Syrie annonce sa démission    News    Intensification de la coordination et de la concertation entre la Chambre des représentants et le Parlacen    Signature d'un mémorandum d'entente entre le Maroc et l'OADA    Pitoyable    Mieux vaut pousser tôt au premier accouchement    Divers    Vers l'accélération de la transformation digitale du secteur public    Les partenariats public-privé, un outil de promotion de l'agriculture et des TIC en Afrique    Löw sauvé par "la meilleure défaite de l'année"    Aziz Karkach : Le MCO veut s'assurer très tôt le maintien chez l'élite    Participation massive attendue au 20ème semi-marathon international de Laâyoune    Vasti Jakson & Maya Kyles en résidence artistique avec des musiciens nomades de M'hamid El Ghizlane    L'œuvre poétique de Laabi, un hymne à l'être humain dans tous ses états    Azilal accueille son premier Salon du livre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une artiste à part
Publié dans Le temps le 18 - 03 - 2011

Parler à S. Fikri est un plaisir qui ne se refuse pas. Le temps d'un dialogue au bout du fil avec une artiste hors pair.
L'auteure-compositrice-interprète ne fait pas défaut à sa réputation. Sa voix rassurante accueille et met en confiance. A cœur ouvert, elle nous raconte son parcours et nous confie ses inspirations. «Avant de commencer à composer, j'écoutais énormément les génies de mon époque. J'ai toujours été très portée sur la musique country, Nass El Ghiwan et Oum Kaltoum. Plus tard, ce sont ces mêmes mélodies qui ont conditionné mes chansons.» La chanteuse fait partie de cette génération d'artistes qui se sont approprié leur art. Elle sélectionne avec soin chaque parole et chaque rythme et ne cache pas une certaine appréhension à l'écriture de chacune de ses compositions. Parolière engagée, elle chante la paix, l'amour et le déni du racisme et de l'intolérance. Pourtant, Saïda Fikri n'avait pas vraiment d'idéal à défendre lorsqu'elle fait ses premiers pas dans l'émission Nadi Achabab en interprétant avec brio les succès de Dolly Parton. A quatorze ans, elle n'avait qu'une seule idée en tête à cette époque : montrer ce qu'elle savait faire avec une guitare et avec sa voix.
Il faudra attendre 1994 pour voir la chanteuse clamer ses revendications. Elle sort un premier album et donne un concert en Belgique, à l'occasion d'une marche contre la discrimination, organisée sur la grande place de Bruxelles. Le résultat est sans appel, l'art de Fikri plaît et ses mélodies séduisent. Elle se produira plusieurs fois au Maghreb et en Europe et sera invitée en 1998 par le gouvernement belge pour représenter la femme maghrébine. Elle ne peut toutefois s'empêcher de tempérer : «Malgré tous les honneurs qui m'ont été accordés par la communauté internationale, je soutiens toujours que les valeurs de tolérance et de paix que je chante sont des convictions purement personnelles et marocaines. Mes seules inspirations sont issues de mon vécu et celui de mon entourage».
Nul n'est prophète dans son pays
Fait assez surprenant, la chanteuse est rarement sollicitée par la télé marocaine. En dehors de sa reprise de My coat of many colors, sa seule apparition depuis le lancement de sa carrière professionnelle se limitera à l'enregistrement d'une chanson avec Malek dans les studios de la première chaîne(TVM). Saïda Fikri ne cherche pas à s'expliquer la frilosité des producteurs marocains : «Je n'a jamais refusé une opportunité de me produire au Maroc. C'est pour moi un grand plaisir de pouvoir jouer dans mon pays, de retrouver mon public. Le problème ne vient pas de moi en tout cas. Peut-être est-ce dû à ma longue absence du pays ; mais une chose est sûre, je ne cherche pas la cause de ce manque de médiatisation. Je préfère consacrer mon temps et mon énergie à écrire des chansons qui me satisfont et font vibrer mon public, avant de penser à plaire aux médias».
Nul n'est prophète dans son pays. Saîda Fikri réagit à cet adage en préférant positiver, assurant que l'on est surtout «prophète chez soi», car c'est aux siens que le message doit être transmis et non à des étrangers. Elle soutient que son parcours ne lui a jamais inspiré le moindre sentiment de rejet de la part des siens et continue à puiser la force de sa musique dans un terreau résolument national. Son style basé sur sa propre souffrance, celle qu'elle a vécue ou dont elle a été témoin, est bien celui d'une petite Marocaine native de Casablanca. Aujourd'hui installée aux Etats-Unis, elle poursuit son combat lyrique et le rêve d'être libre.
Témoignage d'amour
Saïda Fikri qui n'avait plus remis les pieds sur scène au Maroc depuis des années retrouvait pour la première fois un public qui ne connaissait d'elle que sa voix. «J'ai été agréablement surprise par l'accueil qui m'a été réservé à Mawazine. Il y avait des personnes âgées de 7 à 77 ans qui interprétaient mes chansons par cœur. Je n'avais qu'un envie : leur témoigner ma gratitude en leur chantant tous les morceaux qu'ils demandaient. Jusqu'à aujourd'hui je n'arrive toujours pas à croire que les Marocains se souviennent de moi et m'aiment autant.» Depuis sa terre d'adoption, l'artiste continue d'écrire des paroles pour le seul public qu'elle se reconnait, les Marocains. Autre marque de reconnaissance envers ses compatriotes, Saïda Fikri a décidé d'exporter la culture et l'art marocains à Stamford, le temps d'un festival, autour du folklore de «son Maroc natal».
Yassine Ahrare


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.